Tsutomu Nihei
(scénario & dessin)

Blame!, tome 6

Manga, science-fiction / cyberpunk / Hard Dark
Publié en VF le 12 avril 2002 chez Glénat Manga
Publié en VO entre juin 1998 et septembre 2003 par Kodansha dans Afternoon (« ブラム!, Buramu! »)

Peut-être sur Terre… Peut-être dans le futur… Killy est un cyborg taciturne qui erre dans une gigantesque cité labyrinthique, s’étendant sur des milliers de niveaux. Armé d’un revolver amplificateur de radiations et accompagné de Shibo, un scientifique, il part en quête du « net-gene », un programme qui aurait échappé à la contamination globale d’un virus informatique, et qui serait capable de gérer le monde.

Dans ce tome 6 le mangaka met en scène son positionnement politique : pour sauver les Chantiers Orientaux des Silicates et des Sauvegardes, Main-Serv et Seu doivent entrer en révolution contre le Maître Contrôle Principal en plein déni de réalité… Autrement dit, pour échapper au totalitarisme d’extrême-gauche et au totalitarisme d’extrême-droite il ne faut pas hésiter à neutraliser son propre gouvernement obnubilé par sa propre conservation au mépris de toute la population (ce que savent très bien faire par exemple les Sud-Coréens ou les Islandais, alors qu’ailleurs on cire les pompes des animaux politiques qui ne savent rien faire d’autre que durer, cad prendre le pouvoir, le garder et l’augmenter au lieu de créer comme savent si bien le faire la ploutocratie mondialisée et les créatures qu’elle a fait élire à coup de pognon et d’entourloupes médiatiques).

L’ultime combat de Seu et Ivy pète une classe de ouf, Killy affronte Maeve fusionné au Super-Silicate du futur, Main-Serv affronte le MCP dans le pour sauver ce qui peut encore l’être, Shibo réfugiée dans le corps de Mirai Shibo affronte San-kan qui a récupéré le contrôle de son être… Duels de kaméhaméha sur fond de Gotterdammerung cyberpunk : la supracoolitude rencontre l’epicness to the max ! (Mais pourquoi le talentueux Tsutomu Nihei ne s’est-il pas dédié à la Fantasy au lieu de se consacré à la Science-fiction ???)

[Shibo] Qui êtes-vous ?
– Je m’appelle Shibo. Je viens d’un autre monde.
[Shibo] Ici rien ne m’étonne…

ATTENTION SPOILERS Les Chantiers-Orientaux s’autodétruisent dans leur projet fou de téléportation à l’aveuglette, mais Main-Serv préserve ce qu’il reste de l’humanité en la digitalisant avant de se réfugier avec Seu dans un bulle spatio-temporelle faisant figure d’univers de poche… après avoir confié à Killy et Shibo 2.0 un échantillon de net-gène : à charge pour eux de trouver un terminal génétique pour achever leur quête de la résosphère ! FIN SPOILERS
Le chevalier errant et son écuyer continuent leur quête à travers les gastes terre cyberpunks, ce qui nous offre deux récits courts mettant en scène un mécanisme de clonage perpétuel et un liftier technorganique leur proposant de passer au niveau suivant pour la modique somme de 800 heures : vont-ils finir par regretter ce bon vieux Charon, le nocher des enfers ?

 

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This