Leiji Matsumoto (scénario)
Kouiti Shimaboshi (dessin)
d’après Leiji Matsumoto

Capitaine Albator Dimension Voyage, tome 10

Manga, science-fiction / space opera
Publié en VF le 10 juillet 2020 chez Kana
Publié en VO de 2014 à 2020 par Akita Shoten dans Champion Red (« キャプテンハーロック~次元航海 / Captain Harlock ~ Jigen Kōkai »)

L’Arcadia est encerclé par l’armada des Sylvidres. Cette fois-ci, les pirates de l’espace vont devoir montrer comment ils se battent ! Sous les ordre d’Albator, tout l’équipage va s’unir pour la bataille finale. L’heure est venue de l’ultime affrontement d’Albator et de la reine Sylvidra !

Je suis très déçu par ce tome final car on a passé une dizaine de tome à revisiter tous les coins et recoins du leijiverse, et après autant de pages consacrées à du foreshadowing lostien on réalise un sprint final qui n’exploite aucunement tous les éléments précédemment mis en avant… Ce tome 10 est censé corriger apporter une fin à la série mère qui s’arrêtait juste avant la confrontation entre l’Arcadia du Capitaine Albator et l’armada de l’Impératrice Sylvidra. C’est plein de bonne volonté certes, mais impossible de kiffer !

Attention Spoilers C’est tellement « naze » que je ne sais même pas par où commencer… L’armada de l’Impératrice Sylvidra composée de milliers et de milliers de vaisseaux est tellement important qu’il lui faut plusieurs heures pour se mettre en place. On est donc à 1 contre 100000 au bas mot, mais les Sylvidres craignent tellement Albator qu’elles mettent en place un stratagème diabolique qui consiste à exploiter son bon cœur en se servant de vaisseaux civils bourrés à craquer de réfugiés au premier rang. On a des dramas opposants la commandante militaire Cleo prêtes à tout et au reste, à commencer par baigner ses mains dans le sang des siens comme de celui de ses adversaires, et la commandante civile Teshiusse qui elle n’est pas prête à céder aux sirènes de « la fin justifie les moyens ». Autant de cas de conscience contredit largement tout ce qui a été montré auparavant, avec des aliens impitoyables préférant le sacrifice de la vie des autres comme de la leur pour accomplir leur mission (et hop une quenelle supplémentaire envers cette saloperie de Japon Impérial), et œuvrant à la suprématie de femelles végétales exploitant et asservissant es mâles animaux… Pour s’en sortir on sort le deus ex machina de la base secrète contenante un hangar secret abritant un super-vaisseau secret. Donc grâce à Warrius de la Flotte Gaia, Yattaran de la Team Albator arrive à la rescousse avec un nouvel Arcadia (fanservice + ventes de produits dérivés). Les Sylvidres qui passent au bas mot de 100000 contre 1 à 100000 contre 2 sont en panique totale, et les anciens comme les nouveaux compagnons d’Albator lui ouvrent la voie vers un nouvel affrontement avec Sylvidra. Nouvelle fourberie de Cleo, nouveau coup de théâtre ici incarné par Namiko, nouvelle punchline d’Albator, nouvelle tirade énigmatique de Sylvidra… THE END ! Fin Spoilers

Nous sommes des pirates. Nous nous battons uniquement pour nos convictions sous l’étendard à tête de mort.

C’est à la fois cliché et inattendu, donc je peux parler du dénouement sans gros risque de spoilers. Borkazander gagne les élections présidentielles terriennes et on parle de nouvelle page de l’Histoire de la Galaxie, mais impossible de voir en quoi il y a un quelconque changement (plus les choses changent et plus elles sont les mêmes en fiction comme dans la réalité)… Kirita de la Flotte Gaia fait des extras pour offrir un territoire aux Sylvidres dans la zone des Néogamilas, donc c’était bien la peine de faire autant de foreshadowing autour de la Terre qui aurait été leur seconde planète mère (sans parler qu’on explique aucunement le lien entre les Néogamilas et les Gamilas qui était les antagonistes des humains dans dans Space Battleship Yamato)…

Mais ce qui m’a remonté le moral, c’est qu’on fait du bon relationship drama autour du passage de témoin entre le maître et l’élève. Albator rejoint un nouveau vaisseau avec son ancien équipage, Tadaishi Daiba héritant ainsi de son ancien vaisseau avec la Sylvidre Namiko, la meurtrière de son père à laquelle par amour il a fini par pardonner, et les frères tokargiens qui ont pardonné à leur père qu’ils accusaient d’être un collabo alors qu’il était un héros… Que voilà les bons éléments de base d’une nouvelle série au sein du leijiverse !!!

note : 6/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This