Jérôme Alquié
(scénario & dessin)
d’après Leiji Matsumoto

Capitaine Albator : Mémoires de l’Arcadia, tome 3

Les Cœurs brûlants d’amour

Bande dessinée, science-fiction / space-opera
Publiée le 06 novembre 2020 chez Kana

Comment garder le cap pour ne pas tomber de Charybde en Scylla, pour ne pas sombrer dans la haine et la vengeance ? La tâche nécessite de tenir la barre fermement. Ni compas ni boussole, le meilleur guide rester le cœur. Capitaine Albator, notre avenir est désormais entre tes mains. Puissiez-vous accomplir votre mission avec succès, ton et ton Arcadia…​

​Dans ce tome 3 tous les personnages arrivent au bout du chemin :

* Au cœur du Mont Fuji, Talika réveille Mona la Sylvidre de Feu. Celle-ci a tellement souffert qu’elle a perdu à la fois la mémoire et la raison : il n’y aura pas de retrouvailles pour les sœurs mutantes maudites… Talika en a rien à faire, pour elle ce sont des instruments pour se venger des Sylvidres. Et elle compte bien réduire en cendres leur terre promise, même si pour cela des milliards d’êtres humains doivent périr.

* Mais la Terre est importante pour Albator comme pour Sylvidra, bien que pour des raisons différentes voire opposées. L’ennemi de mon ennemi est mon ami, est c’est ainsi que les adversaires font une trêve puis une alliance pour empêcher Talika de parvenir à ses fins. L’Âme de l’Arcadia sera la lame, et le sang des reines sera le poison !

– Que de grandes choses nous pourrions accomplir ensemble, si seulement nous n’étions pas ennemis.

* Celui qui recherche la vengeance doit se préparer à creuser plusieurs tombes… C’est ainsi que la droit de quota de flashbacks nous montre comment celle qui voulait devenir la meilleure jardinière de la galaxie est tragiquement devenue une créature de métal et de silicone. Traumatisme et damnation, contrition, traumatisme à nouveau et finalement rédemption : c’est la formule gagnante du tragicness to the max qui a fait ses preuves depuis la nuit des temps, n’est déplaise aux petits cercles intellos prout prout qui du haut de leurs tours d’ivoire se croient au-dessus du commun des mortels. Ici Albator est la contrition et Imer est la rédemption : OMG que c’est beau !

Il n’y pas de mal à se faire du bien. Tout cela n’est certes que que fanservice pour la Génération Y (surtout quand Leiji Matsumoto rejoint l’équipage de l’Arcadia en enfilant un bandana à tête de mort en déclarant que lui aussi compte se battre sous la bannière de la liberté). Mais quand c’est aussi réussi, ça fait vraiment du bien par où cela passe… Jérôme Alquié on remet ça quand tu voudras, pour que tous ceux qui se battent sous la bannière de la liberté se retrouvent quelque part dans la boucle du temps !!!

PS : Manquerait plus que des pointures de la BD reprennent Goldorak… Ah bon ben, je vous annonce que Xavier Dorison, Denis Barjam, Brice Cossu, Alexis Sentenac et Yohan Guillo font le faire ! OMG nous sommes morts et au paradis des geeks !!!

note : 7+/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This