Buichi Terasawa
(scénario & dessin)

Cobra the Space Pirate

Tome 9 :

Secret of the Sword

Manga, science-fiction / space opera
Publié en VF le 26  juin 2021 chez Isan Manga
Publié en VO par le Shueisha dans Shuukan Shounen Jump (« Cobra Space adventure / コブラ Space adventure »)

Ce tome contient 3 aventures de la série d’origine de Cobra, mises en couleurs par Buichi Terasawa :
– « Le Secret des Hommes épées » : Arrivés de la planète Zados, Cobra, Dominique et Lady sont attaqués par d’étranges chevaliers armés d’épées.
– « Le Cimetière sous-marin » : En vacances avec Dominique, Cobra assiste à l’attaque d’un bateau transportant un milliard de dollars.
– « Le Retour de Cobra » : Sur une planète à l’ambiance Far-West, Cobra sauve la vie de Jeff, le jeune assistant du shérif au cours de sa confrontation avec des membres de la bande de Crazy Joe.

​Buichi Terasawa a été élève d’Osamu Tezuka le créateur de la Planète Manga, compagnon de route de Shotaro Ishinomori (Cyborg 009) et de Leiji Matsumoto (Albator), ainsi que le mentor de Tetsuo Hara (Hokuto no Ken), Tsukasa Hojo (City Hunter) et Hirohiko Araki (JoJo’s Bizarre Adventure)… Désolé, j’ai des vertiges, Syndrome de Stendhal oblige… Bon vivant et cinéphile boulimique (mais pas que au vu sa connaissance pointue de la littérature SFFF), son Univers Zéro est un régal pour les amateurs de culture populaire !

 

Le Secret des Hommes Épées :

Ce récit a été placé avant la conclusion de l’Arc de l’Arme Absolue dans le manga d’origine et après ce dernier comme loner dans l’adaptation animée. Dès l’arrivée de l’élément déclencheur, Cobra déclare qu’on se croirait dans un film d’horreur. Et en fait c’est exactement cela ! Cobra et Dominique sont en exploration sur un planète désertique non répertoriée qui fait figure de jackpot pour tous les chercheurs d’or de la galaxie. Sauf qu’il tombe sur ville fantôme avant de tomber sur ceux qui ont fait la cité minière une ville fantôme… Et ces derniers ressemblent vachement à des zombies !!!

Selon Bill Gates, Elon Musk, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg et tutti quanti le transhumanisme va sauver l’humanité car quand les êtres de chair et de sang seront devenus des êtres de métal et de plastique les animaux et les végétaux seront à l’abri de leurs besoins naturels besoins. La moitié de la nourriture produite dans le monde est détruite avant d’être vendue, mais on va culpabiliser l’homo sapience de manger trop et de manger mal tandis que les homines crevarices vont continuer bien tranquillement leur business non éthique synonyme d’infinis gaspillages….

Ce manga a été écrit en 1980, avant même l’émergence du mouvement cyberpunk, avant même l’essor de l’informatique et du numérique, et il nous démontre exactement le contraire. Les posthumains seront encore plus rapaces et encore plus destructeurs que les humains, et ils détruiront le monde puis l’humanité ou l’humanité puis le monde. Et pourtant tout est western : les indigènes chasseurs-cueilleurs qui se contentaient de ce dont ils avaient besoin ont cédé aux sirènes du pouvoir et de l’argent apportées par les colons pour commettre des écocides puis des génocides… Tous les gourous des i-machins qui ne servent à rien oublient que nous sommes humains, et donc qu’à des problèmes humains il faut des solutions humaines. Donc les auteurs de SF ont déjà cernés le problèmes qui vont nous tomber sur le coin de la gueule à plus ou moins courte échéances, et les solutions possibles pour les éviter. Oui mais non, gloire au pognon pour ceux qui sont tout et qu’importe tous les autres qui ne sont rien… Monde De Merde reagano-thatchéro-macroniste…

Ben sinon après le western horrifique, on passe à la science-fantasy vintage avec des épées intelligentes buveuses d’âmes, une ancienne race déchue qui souhaite reconquérir son empire disparu, et l’opposition entre le roi bon et le chevalier félon. Et je rajoute que vaisseau du peuple des épées et le look à la Dark Vador du grand méchant sont 100% Star Wars
Comme dans tout bon récit de cape et épée qui se respecte, tout se finit en ordalie avec un duel à mort. Et le roi Sieg assisté par un corps organique affronte l’usurpateur Babel assisté par un corps robotique. Sauf que l’allié de Sieg est Cobra, que Cobra est immortel, et qu’il ne craint même lpas es pouvoirs psychique de son adversaire basés sur la synesthésie (mais quelle idée géniale !)…

– Gamin, tu ne devrais pas trop montrer ton étoile… ça ne m’impressionne pas du toute et même mieux, ça fait une super cible pour s’entraîner.
– Amusant. Essaie donc pour voir !

Le Cimetière sous-marin :

En vacances sur une planète dédiée au tourisme balnéaire, Cobra et Dominique assistent à la destruction du paquebot Queen Galathay avant de faire face aux terribles Seamen : Dominique est enlevée et Cobra empoisonné doit se remettre aux bons soins de la très séduisants de phare dénommé Eris comme la déesse grecque de la discorde…

Mais Cobra n’est pas né de la dernière pluie et découvre rapidement le pot aux roses avant d’aller porter secours à Dominique. Mais pour la sauver il va devoir investir la base sous-marine de ses adversaires avant d’affronter leur leader Iron Head, une puissante rokurokubi qui se prend pour une invincible guerrière aquatique ! Ah ça, on sent l’influence du film L’Espion qui m’aimait et l’ombre de Caroline Monroe de la reine de la Série B italienne place sur le charadesign féminin de cet épisode…

Mais nous sommes d’abord et surtout dans un résumé voire un manifeste de l’Univers Zéro : une ambiance à la James Bond, des décors à la Star Wars, les cowboys fascistes de Tire encore si tu peux, les monstres des Dents de la Mer et de Piranhas, les créatures du folklore orientale et les chevaliers du folklore occidental… D’ailleurs quelques planches epicnesse to the max de cette remasterisation en couleurs n’aurait pas dépareillées à la grande époque de Frank Frazetta, Boris Vallejo et Julie Bell pour vous situer le niveau de supracooltiude !!! Aquaman scénarisé et dessiné par Buichi Terasawa : OMG je suis mort et au paradis des geeks !!!

 

Le Retour de Cobra : (le premier et le dernier chapitre de la série d’origine ont le même titre)

Dans le western de Tonino Valerii, le jeune Personne venait de nulle part pour offrir une dernière gloire à son héros d’enfance Jack Beauregard. Dans ce manga l’expérimenté Cobra vient de nulle part pour offrir une première gloire à l’inexpérimenté Jeff, jeune chevalier blanc de la chanteuse aveugle Priscilla qui fut autrefois l’une des mille et une demoiselles en détresse qu’il a secourues… Car la bande de Crazy Joe prévoit de détruire la ville après voir braqué son « money train » !
Just think of it, 150 pure bred sons of bitches on horseback and you facing’em alone. You’ll be written up in all the history books. You’ll end in History!

Au bout du bout, notre superman déguisé en lonesome cowboy s’en va à l’horizon rejoindre le soleil couchant. Cela aurait pu être une belle fin ouverte pour la saga Cobra ou un passage de témoin entre deux générations de héros funky…

 

J’ai toujours trouvé meilleurs les récits de l’auteur en noir et blanc plutôt qu’en couleurs. Il a toujours été un pionnier du Dessiné Assisté par Ordinateur, mais s’il a abandonné ses crayons et ses pinceaux c’est contraint et forcé à cause d’une longue et terrible maladie qui aurait pu lui coûter la vie et qui l’a longtemps laissé gravement handicapé. N’empêche que quand il passe en mode nekketsu, il est encore capable de planches et d’idées de ouf !

note : 7/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This