Justin Dix (réalisation)
Eddie Baroo, Justin Dix & Adam Patrick Foster (écriture)

Crawlspace

Film, science-fiction / horreur
Sorti en novembre 2012  (« Crawlspace »)

Une escouade de soldats d’élite est envoyée pour infiltrer et enlever la principale équipe scientifique de Pine Gap, une base souterraine australienne top secret après qu’elle ait été attaquée par des forces inconnues. Leur mission est compromise lorsqu’ils rencontrent une jeune femme dépourvue de mémoire, ne sachant plus qui elle, ni comment elle est arrivée sur place. Tandis qu’ils essaient de s’échapper, le groupe découvre rapidement que tout n’est pas ce qu’il parait et que la base est devenue une sorte de terrain d’essai pour quelque chose de bien plus sinistre encore…

Un survival-horror qui s’inspire beaucoup du cinéma de David Cronenberg. Et pour ne rien gâcher nous suivons la quête d’identité d’Amber Clayton. C’est un film à twists donc difficile d’en parler sans spoiler…
Au début, j’ai ragé en pensant que ce n’était pas un film de SF. Ensuite j’ai levé les yeux au ciel en me disant que c’était un ersatz de Resident Evil version Paul Anderson. Et puis pas du tout en fait, car avec les premières révélations, j’ai trouvé cela bigrement intéressant !
ATTENTIONS SPOILERS On marie les créatures illusionnistes d’Hughes et Sandra Martin (Djiins) aux télépathes de David Cronenberg (Scanners) : on ne peut se fier à ce que les images nous montrent du coup on tombe on tombe dans la parano avec les caméléons mémoriels, les persuasifs névropathes et toutes ces armes psychiques diverses et variées qui font partie d’une longue série d’expérimentations douteuses. Donc les mercenaires blasés et les scientifiques louches aux discours bien flippant à souhait s’entretuent tout naturellement. Mais c’est con que les révélations sur Eve et Adam arrivent trop vite… FIN SPOILERS

 

Narration et réalisation sont efficaces, mais les visuels rencontrent le mur des limites du cinéma australien. Les sons lourds et angoissants collent très bien à l’ambiance du film : le score a été bien pensé et exécuté. Par contre c’est frustrant que l’énorme potentiel ne soit pas exploité
ATTENTION SPOILERS Ne pouvait-on pas mieux faire que reprendre l’explosion de tête du Scanner de 1981 ? Quel manque d’imagination… Il y a tellement mieux à faire : hallucinations traumatiques, basculements dans la folie, régressions mentales… On n’a encore jamais vu qqch exploitant à fond les pouvoirs psychiques et c’est bien dommage ! FIN SPOILERS

Et puis le sad end est mien de bien un peu trop classique dans le genre horrifique…
ATTENTION SPOILERS Roméo se suicide, le complexe explose et Eve s’enfuit… mouais. Cela aurait été tellement mieux que le cobaye n°8 achève sa réécriture mémorielle : Roméo aurait trouvé sa rédemption et Eve son garde-du corps… OMG cela aurait fait un duo à la Bonnie and Clyde mortellement dangereux ! FIN SPOILERS

J’ai de plus en plus de respect pour le cinéma australien qui a décidé de ne pas singer Hollywood. Et j’irai bien voir ce que donne les autres films du réalisateur-scénariste Justin Dix.

note : 7/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This