Colin Johnson (scénario)
Ken Chou (dessin)
D’après Kennedy Xu

Daomu, pilleurs de tombes (partie 1)

Comics, fantastique / horreur
Publié en VF le 04 mai 2016 chez Les Humanoïdes Associés
Publié en VO en 2011 (« The Lost Tomb / 盗墓笔记 »)

Il y a trois types de pilleurs de tombes. Les premiers viennent du Nord. Ils respectent les morts et l’Histoire. Ils prennent le strict nécessaire pour perpétuer leur propre fonctionnement et croient en une coexistence harmonieuse avec les occupants des tombes. La deuxième faction vient du Sud. Elle pille et vole sans scrupule, retenue ni stratégie. Elle s’empare de ce qu’elle veut et saccage le reste. La troisième faction se trouve entre le Nord et le Sud. Ses membres se considèrent comme des protecteurs avant tout. Ils maintiennent l’équilibre entre l’homme et la nature. Ils opèrent dans l’ombre. Ce sont les Daomu.

Sean Wu est un jeune voyou de Détroit qui multiplie les galères quand sont père qui l’a abandonné lui et sa mère reprend contact avec lui… Mais il n’a même pas le temps de vider son sac que celui-ci est brutalement assassiné par un inconnu masqué !
Il est alors obligé d’assister aux obsèques en Chine avant de prendre connaissance de son héritage : un palais somptueux, une fortune colossale, une société secrète donc chacun des membres est prêt à mourir pour lui, mais aussi un sarcophage contenant la momie d’une créature à six bras ! Pour assuré la « transition », il part en expédition au Shandong avec Oncle Tsai, Pan, expert en armes à feu, et Kilan, expert en armes blanches, pour récupérer un crâne dans un vaste complexe mortuaire surnommé le Palais des Sept Étoiles… C’est ainsi qu’il entre dans l’univers des pilleurs de tombes qui sillonnent un monde souterrain infini peuplé d’insectes géants, de morts-vivants vindicatifs et de plantes carnivores gigantesques… Qui a tué son père ? Pourquoi ce dernier a-t-il abandonné sa famille avant de trahir son clan ? Qui sont les Daomu et l’entreprise Coral Inc. qui semblent se disputer rien de moins que le secret de l’immortalité ?

Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu si froid. On a cru qu’il neigeait, mais ce n’était que les restes calcinés de zhiqian qui voletaient à travers le cimetière. Je suppose que la Chine tient toujours à brûler son argent. Tant mieux pour elle.

Cet Indiana Jones chinois fait la part belle au fantastique et à l’horreur car on est finalement vite plongé dans un huis-clos où le narrateur et donc le lecteur ne peuvent plus croire en rien ni personne… C’est la couverture qui m’avait intrigué, puis j’ai décidé de me lancer. Ce premier tome de 128 pages du diptyque Daomu, pilleurs de tombes est une adaptation réalisée par Colin Johnson de la websérie de Kennedy Wu qui est devenue bestseller en Chine : cela se sent assez fortement dans la narration, bien plus sophistiquée qu’à l’accoutumée dans le monde de la bande dessinée car passé un cap les phylactères mélangent le temps présent, les pensées du Sean Wu qui peuvent provenir de temporalité différentes, et les extraits du journal de son père Xia Wu qui pourrait nous livrer toutes les clés de l’intrigue s’il n’était pas aussi cryptique…
Les graphismes de Ken Chou, qui réalise les dessins et les couleurs, m’ont beaucoup fait penser aux partis pris des comics indépendants car on lorgne du côté des graphic novels. On alterne le crayonné et le soigné, le simple et le compliqué, l’artisanal et le digital mais pourtant l’ambiance de l’ensemble reste assez homogène.

note : 7,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This