Koyoharu Gotouge
(scénario & dessin)

Demon Slayer

tome 10

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 12 août 2020 chez Panini Manga
Publié en VO de février 2016 à mai 2020 par la Shūeisha dans le Weekly Shōnen Jump (« 鬼滅の刃 / Kimetsu no Yaiba »)

Tanjiro, Zenitsu et Inosuke sont partis en mission dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara avec Tengen Uzui, le pilier du son. En effet, c’est là-bas que les trois kunoichis de Tengen, envoyées en reconnaissance pour débusquer un démon, ont disparu. Pour mener leur enquête dans les maisons des courtisanes, Tanjiro et ses compagnons doivent se déguiser en filles. Mais malgré tous leurs efforts, le démon semble introuvable. Nos héros réussiront-ils à le débusquer avant qu’il ne dévore les courtisanes ?!

Tome 10 très bizarre qui veut faire de l’epicness to the max mais qui empile de manière pas très digeste les vieilles ficelles habituelles du shonen nekketsu…
Dès la première page pleuvent les gros clichés éculés. On précise d’abord que les femmes sont moins fortes physiquement que les hommes donc ne serviraient à rien par rapport aux hommes. C’est à sujet à débat (remember les tennismen et les tenniswomen des années 2000), mais en plus dans un domaine requérant autre chose que la seule force physique qu’est-ce qu’on en a à foutre ??? Ensuite on blablate sur le fait que les civils sont faibles et indolents, et seuls comptent vraiment les militaires qui eux sont. Les idéologues du Japon Impérial totalitaire n’auraient pas dit mieux, donc il faut que certain auteurs de mangas mainstreams arrêtent de toute urgence de cirer les pompes de la Bête Immonde au prétexte que leurs élites font du révisionnisme politique. Parce qu’enfin on enfonce le clou avec des perdreaux de l’année qui ne comprennent pas qu’on puisse faire passer sa survie avant son travail, et qu’une quelconque forme de souffrance fusse-t-elle la plus extrême puisse empêcher un receveur d’ordres de réaliser les tâches données par les donneurs d’ordres… (putain, demandez à toutes les familles de « kamikazes » ce qu’elles pensent de la mentalité de merde estampillé « esprit samouraï » !)

J’y ait cru un petit moment avec Tanjiro excédé par les discours suprématistes caricaturaux de son adversaire qui devient la Colère de Dieu sur Terre, avant que ne prenne la relève Nezuko en mode berserk. Pour le reste malheureusement on combine des clichés de shonen mainstream à rallonge qui ont déjà fait preuve à plusieurs reprises de leur médiocrité :

Les gens qui se mettent en colère pour les autres, ils oublient souvent de se protéger.

– marre du gimmick de la régénération à l’infini car ça tue immédiatement toute tactique, toute stratégie, donc tout suspens… Entre les personnages qui remplacent leurs membres amputés à la vitesse de la lumière et les créatures qu’il faut vaincre en leur coupant la tête mais qui la tête écrabouillée continuent comme si de rien n’était je ne sais pas ce qui le plus fumé

– on reprend tout le gloubiboulga du « super fort / super faible » qui n’a strictement aucun sens mais qui est repris ad nauseam par les shonen mainstream, parce qu’un manga a par le passé décroché la martingale avec en dépit du bon sens en recourant à ce schmilblick sans queue ni tête (oui je te vois dernier arc de la saga Dragon Ball, bien que le mal ait déjà été initié dans l’arc précédent par Cell qui contredisait lui-même les niveaux de puissances qu’il avait lui-même établis)

– après avoir passé plusieurs tomes et plusieurs années à maîtriser les techniques du « souffle de l’eau », Tanjiro laisse tout tomber pour développer ex-nihilo les techniques du « souffle du feu »… Peut-être parce les techniques de feu c’est visuellement plus cool que les techniques de l’eau, ou peut-être parce que l’auteur c’est aperçu que les techniques de l’eau pour un fils et une fille de charbonnier ce n’était pas cool ? (d’où la mort du Pilier du Feu pour préparer le power-up de Tanjiro et le foreshadowing autour du « souffle du soleil »)

– pas fan du sempiternel « boss à tiroir », et encore moins fan des personnages « duals » dont on a pu constater la nullité dans par exemple The Rise of Skywalker… Daki belle et sophistiquée qui ne supporte pas les gens plus faibles qu’elle réalise un caprice de gamine pourrie gâtée avant de céder la place à Gyutaro laid et stupide qui ne supporte pas les gens plus faibles que lui. Déjà que tout cela n’est pas très engageant, on doit supporter le dernier arrivé qui se la pète grave avec ses faucilles de sang télécommandées à la fois explosives et empoisonnées : on se croirait dans du JoJo’s Bizarre Adventure ou du Hunter X Hunter eco+, donc OMG que c’est mauvais !!!

– comme dans One Piece, Naruto et Bleach on reprend un truc nul à chier, à savoir qu’on envoie balayer la philosophie commune à tous les shonens nekketsu (à savoir qu’avec des efforts et de la volonté de tous les obstacles on peut triompher) pour mettre en avant un héros adolescent orphelin élu par une prophétie de mes couilles… Au lieu de promouvoir l’égalité et la méritocratie on assène avec des arguments d’autorité qu’on ne peut rien accomplir si on n’est pas un « fils de », donc on est dans l’idéologie conservatrice le plus rétrograde qui soit, une honte sans nom au XXIe siècle…

 

PS : en bonus l’origin story d’Innosuke, et cette parodie cartoonesque où tout le monde hurle et gesticule ne remonte pas le niveau loin de là !

note : 5-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This