Koyoharu Gotouge
(scénario & dessin)

Demon Slayer

tome 13

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 09 décembre 2020 chez Panini Manga
Publié en VO de février 2016 à mai 2020 par la Shūeisha dans le Weekly Shōnen Jump (« 鬼滅の刃 / Kimetsu no Yaiba »)

Les lunes supérieures Hantengu et Gyokko et ont infiltré attaqué le village caché des forgeurs de sabres. face à Hantengu qui se dédouble et devient plus fort à chaque attaque, Tanjiro, Genya et Nezuko sont à la peine. de son côté, Tokito, le pilier de la brume voit le jeune forgeur Kotetsu se faire attaquer par un démon. Décidera-t-il de l’aider, lui qui est toujours si égoïste ?​

L’éditeur japonais ne faisant pas d’effort, je n’en ferais pas non plus. Demon Slayer est un manga du magazine phare Weekly Shonen Jump, donc plus un produit qu’une œuvre. D’ailleurs les responsables éditoriaux interviennent tellement dans le processus créatif avec leurs cahiers des charges à la con fait de repompages éhontés, de plagiats assumés, de recyclages divers et variés, bref de bons vieux gloubi-boulga, qu’ils revendiquent la propriété intellectuelle des titres qu’ils supervisent (ce qui a provoqué le départ de tous leurs auteurs historique dans les années 2000).

Donc dans ce tome 13 on a deux lieutenants du grand méchant qui lancent une attaque surprise pour massacrer le village caché des forgeurs de sabres pour porter un coup fatal à l’organisation des pourfendeurs de démons :

* Tanjiro, Nezuko et Genya affrontent un boss à tiroir qui défusionne ou fusionne en fonction des besoins du scénario. C’est le recyclage de l’Arc Boo de Dragon Ball, qu’Akira Toriyama avait délibérément saboté pour qu’on lui foute enfin la paix. Mais comme ce sont les chapitres qui ont fait les meilleurs chiffres de ventes du Weekly Shonen Jump, donc ses managers sans cœur et sans âme imposent de repomper toute cette merde même si cela n’a aucun sens…
On aurait pu avoir un truc genre Hydre de l’Herne avec Hantengu le démon de la peur se subdivise à chaque coup reçu. C’est ainsi qu’apparaissent les démons des émotions primaires :
– on a le démon du plaisir, une harpie avec une attaque sonique
– on a le démon de la colère, un prêtre qui maîtrise la foudre
– on a le démon de la joie, un artiste qui maîtrise le vent
– on le démon du chagrin, un lancier qui fait des trous partout… panne d’inspiration sans doute ?
Pour faire bonne mesure, tout ce beau monde peut s’éparpiller en puzzle comme Baggy le Clown dans One Piece. Et bien sûr ça régénère les membres coupés en une seconde, et ça se lole quand on leur écrase la face et qu’on leur arrache la tête… C’est nul, alors qu’avec une bonne simultanéité des combats cela aurait pu marcher (et en plus lesdits combats sont très confus dans le découpage des planches, d’ailleurs on multiplie les onomatopées géantes qui occupent 30 à 50% des planches pour qu’on ne voit pas trop que lesdits combats sont vraiment très confus)

* Muishiro le Pilier de la Brume affronte Gyokko que se téléporte de récipient en récipient. On a un méchant psychopathe à la JoJo qui débite des discours de méchant psychopathe à la JoJo, qui ressemble à un stand psychédélique à la JoJo et qui génère des monstres psychédéliques à la JoJo. Ça marche dans JoJo’s Bizarre Adventure parce Hirohiko Araki a lu jusqu’à la lie un paquet de biographies de serial killers pour façonner des méchants d’anthologie dans une ambiance baroque et bariolée, alors que les managers sans cœur et sans âme du Weekly Shonen Jump se contentent de faire des repompages eco+…

– Tous ceux qui me prêtent main forte n’ont qu’un seul souhait, un seul sentiment, vaincre les démons et protéger la vie des humains. Je dois répondre à leur attente !!!

Tite Kubo l’auteur de Bleach disait que quand il ne savait plus quoi raconter il inventait un nouveau méchant pour mettre en scène un nouveau combat. C’est exactement ce qu’on fait ici, mais comme c’est nul on fait croire qu’on raconte quelque chose en recourant au droit de quota de flashbacks. Sauf que pour les gentils c’est toujours la même chose (marqués par une tragédie ils doivent faire leur preuve vis-à-vis de leur famille intransigeante), et que pour les méchants c’est toujours la même chose aussi (ils sont issus de la basse société et son martyrisés par la haute société jusqu’au point de rupture où Muzan le démon de la tentation leur offre la libération). D’ailleurs on consacre un long droit de quota de flash-back sans aucunement expliquer le fait qu’il soit capable de copier les pouvoirs des démons en les bouffants… Soupirs…

Non attendez, je n’ai encore fini de râler :
– toutes ces histoires de mémoire génétique avec des méchants qui ont des visions du passé parce qu’ils ont bu le sang du grand méchant et avec des gentils qui ont des visions du passé parce qu’ils ont le même sans que le grand gentil… pourquoi cultiver des idées totalitaires dans un manga pour adolescents ? c’est irresponsable en plus d’être particulièrement malsain !
– on a un délire sur « ce qui ne tue pas rend plus fort », avec un Muishiro transpercé de tout partout mais ne ressent aucune douleur et avec un Genya troué de tout partout qui ne ressent aucune douleur… on est dans le recyclage « samouraï » de l’esprit plus fort que le corps : c’est ridicule certes, mais c’est surtout glauque et malsain pour des raisons que le raison ignore !
– on a un délire suprématiste qui correspond tellement aux valeurs de la ploutocratie mondialisée que ça en fout les jetons… de tout temps on a dit « les femmes et les enfants d’abord » parce qu’ils représentent l’avenir d’une communauté, et là on a des gentils et des méchants qui comme les hypercapitalistes libéraux jugent la valeur d’un individu uniquement sur la richesse qu’il peut immédiatement rapporter

Cela va marcher avec le public cible qui sont les adolescents (comme par exemple avec Tokyo Ghoul repompage de Parasite), parce que les managers sans cœur et sans âmes du Weekly Shonen Jump sont persuadés qu’ils n’ont pas le recul, la mémoire, et la culture nécessaires pour s’apercevoir qu’ils font sciemment de la merde parce qu’ils sont des grosses feignasses cupides. Leur chance est que la mayonnaise peut prendre avec Koyoharu Gotouge qui est bien plus humble dans sa démarche que le bobo hipster Tite Kubo…

note : 5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This