Orient : Samourai Quest, tome 07 – Shinobu Ohtaka

MANGA UCHRONIE / FANTASY. Dans ce tome 7, la grande alliance des bushis est en route pour l’Île d’Awaji. Dans l’escadron de Musashi c’est la soupe à la grimace, alors que dans l’escadron de Kojirô Kanemaki et Tsugumi Hattori c’est la fête du slip… Mais au-delà de Musashi, c’est bien la guerre totale entre prêtres dirigés par la Confrérie d’Obsidienne et guerriers dirigés par la Grande Alliance. Les deux camps sont à la recherche de la « Déesse d’Obsidienne », et le Yataro Inuda et le gTatsuomi se livrent à une partie de « je sais que tu sais que je sais »… Leurs pions sont Musashi et Michiru, qui vont devoir faire des choix déchirants ! Allez vite, la suite !!!

JoJo’s Bizarre Adventure, Arc 8 : Jojolion, tome 20 – Hirohiko Araki

MANGA FANTASTIQUE / THRILLER. Décidément cet Arc 8 souffle le chaud et le froid. Avec ce tome 20, les mêmes causes produisent les mêmes effets : le mangaka est toujours aussi confusant sur le long terme et toujours aussi passionnant sur le court terme… Ici on emprunte « horriblement » au Body Horror de David Cronenberg, et on n’en finit plus de trembler pour deux femmes victimes d’un médecin psychopathe, qui considère la gent féminine comme un réservoir de cobayes pour ses fantasmes déviants déguisés en délires scientifiques. Remember le criminel contre l’humanité Shirô Ishii, gracié par ces gros connards d’Etats-Unis !

Dr. Stone Reboot : Byakuya – Boichi

MANGA SCIENCE-FICTION / HARD SCIENCE. Boichi utilise un shonen mainstrem pour faire du grand humanisme sur fond de hard science, et c’est génial. Car après être passé sous les fourches caudines des préjugés dégueulasses des responsables éditoriaux, il repart de nouveau en croisade contre les forces obscures de la crevardise. Oui en tant qu’individus nous ne sommes rien face à l’immensité de l’humanité. Oui en tant qu’espèce nous ne sommes rien face à l’immensité de la création. Oui en tant que planète nous ne sommes rien face à l’immensité du cosmos. Mais au fond de la Boîte de Pandore il reste et il restera toujours l’Espoir. La malédiction du « Roseau Pensant » de Pascal ne pèse rien face au fait que l’éternité ne suffirait pas à échanger et à partager avec le reste de nos semblables…

Terminus 1 – Stefan Wul

ROMAN SCIENCE-FICTION / SPACE OPERA. Dans une ambiance très western, tout commence par le jeune Julius qui s’échappe d’un tripot de la planète Argole dans lequel un partie de poker a tourné au vinaigre : on dirait Han Solo à Mos Easley 20 avant « Star Wars » ! Encore un récit d’aventure particulièrement frustrant, car ne tenant pas ses belles promesses initiales : tous les ingrédients sont bons, mais la mayonnaise ne prend que partiellement en raison de problèmes de construction, de narration voire de caractérisation… J’ai souvent comparé Stefan Wul à René Barjavel, mais ici je me suis vraiment demandé s’il n’avait pas la même démarche que Roger Zelazny, tout-à-tout passionné et amoureux de l’humanité…

Retour à « 0 » – Stefan Wul

ROMAN SCIENCE-FICTION. Dans Retour à « 0 », on est dans un space-opera lunaire qui puise largement dans le roman d’espionnage, mais dans le roman d’espionnage de gare à plusieurs étapes du roman. La lune est une prison-dépotoir de tout ce qui est indésirable sur Terre… Une fois les enjeux exposés, notre héros a fort à faire : crash sur la lune, confrontation avec les créatures indigènes aux pouvoirs psioniques, traversée d’une plaine volcanique recouverte de coulées de lave. Puis intégration au système communiste lunaire en mode double-jeu, collectes de renseignements, opérations de désinformation, incitations à la sédition, sabotages planifiés ou effectués… Stefan Wul se moque gentiment du roman d’espionnage old school, mais volontairement ou non il en reprend les clichés…

Tarzan, seigneur de la jungle – Christophe Bec et Stevan Subic

BD HISTOIRE. A une époque où la guerre faisait rage entre darwinistes et créationnistes Edgar Rice Burroughs explore les frontières entre l’homme et l’animal, entre la civilisation et la barbarie, entre la raison et la passion. A l’époque du triomphe de l’Occident, il met un coup de pied dans la fourmilière avec un bon sauvage aux antipodes du suprématisme, de l’impérialisme, du colonialisme, du racisme et du sexisme… Bien évidemment les ayatollahs SWJ ont lancé une fatwa contre la prétendue incarnation du patriarcat raciste et sexiste du mâle blanc hétéro cis. Et bien évidemment ils n’ont rien compris, et faute de comprendre le passé ils veulent l’effacer comme ont voulu le faire tous les révisionnistes totalitaires… Mais ici, nous sommes d’abord et avant tout en face d’une excellente adaptation en bande dessinée d’une œuvre qui a largement contribué à la longue lutte des populares contres les optimates !

Inspecteur Kurokôchi, tome 23 – Takashi Nagasaki et Kôji Kôno

MANGA POLICIER. Avec un climax survenant rapidement, ce tome 23 est un long épilogue où sept hommes et femmes s’opposent de tout leur cœur et de toute leur âme à l’ultime mensonge du petit monde de l’entre-qu’eux. Qui d’entre eux va céder le premier ? Le suspens est insoutenable, et il le devient d’autant plus quand Robin doit choisir entre son Batman et ses convictions les plus profondes. Le twist de fin qui survient après plusieurs retournements de situations oblige lecteurs et lectrices à tout relire depuis le début : Kuro était en fait Shiro, et entre ripoux et justiciers il n’y a jamais eu la moindre ambiguïté… Sic Semper Tyrannis : ce n’est pas la fin mais le commencement, et le chevalier noir est remplacé par le chevalier blanc !

Alpi the Soul Sender, tome 4 – Rona

MANGA FANTASY. On reste dans le seinen écologiste plutôt classique dans sa conception et dans son exécution : c’est bien fait, mais un peu trop gentil quand même. Toutefois ce tome 4 reste très plaisant grâce à sa partie thriller plus sombre que les chapitres qui l’ont précédée. La série se aussi trouve des antagonistes avec cette mystérieuse organisation secrète qui veut contrôler les forces de la nature à son seul profit, quitte à les asservir puis à les détruire. On la connaît bien puisqu’on a la même IRL : l’hypercapitalisme ultralibéral et son culte de l’Argent-Roi…

Sirènes & Vikings, tome 4 : La Vague invisible – Nicolas Mitric, Francesco Trifolgi et Maria Francesca Perifano

Nicolas Mitric (scénario)Francesco Trifolgi et Maria Francesca Perifano (dessin)Sirènes & Vikings, tome 4 : La Vague invisibleBande dessinée, fantasy / mythologiePubliée le 24 mars 2021 chez Les Humanoïdes AssociésModeste marchande de poisson, Lydveig a-t-elle...

Chimères de Vénus (Les), tome 1 – Alain Ayroles et Etienne Jung

BD SCIENCE-FICTION / STEAMPUNK. Dans cette série dérivée nous découvrons les chimères de Vénus : d’un côté nous avons Hélène Martin, actrice d’opéra-bouffe, qui veut rejoindre Vénus et l’occasion de délivrer son Aurélien bien-aimé ; d ’un autre côté nous avons Aurélien d’Hormont, poète et rêveur, qui s’évade du bagne de Nouvelle Cythère pour retrouver son Hélène bien aimée… Le génial Alex Alice est remplacé par les expérimentés Alain Ayroles au scénario et Etienne Jung au dessin, et on ne perd pas en qualité ! On reste dans un hommage à la SF des origines avec Jules Verne, H.G. Wells et Arthur Conan Doyle (mais pas que). Vite, la suite !

Chimères de Vénus (Les), tome 1 – Alain Ayroles et Etienne Jung

BD SCIENCE-FICTION / STEAMPUNK. Dans cette série dérivée nous découvrons les chimères de Vénus : d’un côté nous avons Hélène Martin, actrice d’opéra-bouffe, qui veut rejoindre Vénus et l’occasion de délivrer son Aurélien bien-aimé ; d ’un autre côté nous avons Aurélien d’Hormont, poète et rêveur, qui s’évade du bagne de Nouvelle Cythère pour retrouver son Hélène bien aimée… Le génial Alex Alice est remplacé par les expérimentés Alain Ayroles au scénario et Etienne Jung au dessin, et on ne perd pas en qualité ! On reste dans un hommage à la SF des origines avec Jules Verne, H.G. Wells et Arthur Conan Doyle (mais pas que). Vite, la suite !

Promised Neverland (The), tome 19 – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

MANGA SFFF / THRILLER. Le tome 19 est encore plus dense et encore plus intense que le tome 18 ! Car si une révolution peut en cacher une autre pire encore, une dictature peut elle aussi aussi en cacher une autre pire encore… « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » Comment peut-on fonder une civilisation sur la compétitivité mortifère où les meilleurs partent en premier et où au final 1 gagnant se lole sur la tombe des 99 perdants ? Nous ne sommes pas des ressources humaines corvéables et exploitables à merci. Et nous ne sommes ni des chiffres ni des numéros.

Moine Mort (Le), tome 1 : Le Manuscrit condamné – Jean-David Morvan et Scietronc

BD FANTASY. Entre terre et mer, c’est dans un monastère perdu au bout du monde qu’un adolescent va découvrir la lutte d’un homme contre le pouvoir de la religion et la religion du pouvoir. Loin de ses terres de prédilection Jean-David Morvan a autant sinon plus d’ambition que Wilfrid Lupano dans « Alim le tanneur ». Et c’est son très talentueux protégé Scietronc qui déploie un style hybride pour ne pas dire protéiforme qui risque de prendre par surprise pas mal de monde… (sinon ce n’est parce que le récit se déroule dans un monastère qu’il faut sortir la comparaison avec « Le Nom de la rose » comme j’ai pu le voir par ailleurs, car ici elle est fort inopportune et c’est à se demander si ceux qui l’on sortie ont lu / vu les œuvres concernées)

Valois, tome 3 : Furia Francese – Thierry Gloris et Jaime Calderon

BD HISTOIRE / MOYEN-ÂGE. On connaît bien la chanson : le conquérant devient un occupant, les sujet deviennent des rebelles, et ceux qui vous ont accueilli à bras ouvert vous poignardent dans le dos… La Ligue de Venise est ainsi un alliance italienne puis européenne contre la France, qui vont amener 150 ans de guerres sur le Vieux Continent. Dans les intrigues de cour comme sur les champs de bataille nos « persuaders » franco-espagnols sont aux premières loges. Et ils sont même en première ligne quand les Italiens découvrent à Fornoue la Furia Francese ! Entre grand sérieux et grosse déconne Thierry Gloris est toujours aussi efficace, et les dessins de Jaime Calderon sont du bonbon pour les yeux. Pourtant malgré sa qualité pas sûr que cette série ait trouvé son public… The End ou To Be Continued ?

Valois, tome 2 : Si Deus Pro Nobis, Quis Contra Nos ? – Thierry Gloris et Jaime Calderon

BD HISTOIRE / MOYEN-ÂGE. D’un côté nous avons le méconnu game of throne français de la vallée de la Loire et d’un côté nous avons le très connu le game of throne italien de la vallée du Tibre. Le malheur vient du cardinal Giulliano Della Rovere qui va offrir l’Italie en pâture à l’ogre français pour se venger du pape Alexandre VI… La Renaissance de l’Europe s’écrit donc dans le sang, et la Divine Providence du scénario fait monter en grade notre valeureux charentais et notre bouillant catalan. En faisant le planton devant les appartements de leur nouveau suzerain, ils sont aux premières loges des intrigues, des complots et des histoires de cul. Et paf, les voilà sous les charmes des femmes du Clan Borgia venues amadouer le roi valois ! Entre grand sérieux et grosse déconne Thierry Gloris est toujours aussi efficace, et les dessins de Jaime Calderon sont du bonbon pour les yeux : To Be Continued, Oh Yeah !!!

Valois, tome 1 : Le Mirage italien – Thierry Gloris et Jaime Calderon

BD HISTOIRE / MOYEN-ÂGE. D’un côté nous avons le méconnu game of throne français de la vallée de la Loire et d’un côté nous avons le très connu le game of throne italien de la vallée du Tibre. Le malheur vient du cardinal Giulliano Della Rovere qui va offrir l’Italie en pâture à l’ogre français pour se venger du pape Alexandre VI… La Renaissance de l’Europe s’écrit donc dans le sang, et tout cela nous est raconté à travers les yeux d’un duo à la « The Persuaders » / « Amicalement vôtre » formé par le noble charentais Henri Guivre de Tersac et le roturier catalan Blasco de Villallonga. Cela va barder : « Montjoie », « Catalunya, « Saint-Denis », « Santiago » ! Entre grand sérieux et grosse déconne Thierry Gloris est toujours aussi efficace, et les dessins de Jaime Calderon sont du bonbon pour les yeux : To Be Continued, Oh Yeah !!!

Nains, tome 20 : Svara du Bouclier – Nicolas Jarry et Nicolas Demare

BD FANTASY / HEROIC FANTASY. « Retour vers l’enfer » de Ted Kotcheff ou « Il faut sauver le soldat Ryan » de Steven Spielberg ? Non, « La Quête des héros perdus » de David Gemmell !!! On nous livre un formidable portrait de femme avec Svara à la fois fille et sœur, épouse et mère. Mais elle est d’abord et avant tout Perceval dans la Quête du Graal ! Pour elle et ses compagnons qui ont choisi de braver l’ordre établi pour aller sauver quelqu’un au-delà des lignes ennemies, il n’y a que la mort ou la rédemption… Avec Nicolas Jarry et Nicolas Demare, Svara, Volgrir, Erodur et Burlock vont vous mener au sommet de l’humanité pour mieux vous faire pleurer. Mais comme moi vous connaissez l’histoire de la Boîte de Pandore : quand on a tout perdu, il ne nous reste plus que l’espoir !

Sidooh, tome 05 – Tsutomu Takahashi

MANGA HISTOIRE / XIXe siècle. Dans « Sidooh » nous sommes dans la chronique de la fin d’une époque avec des gens vont connaître l’enfer. Noir c’est noir il n’y a plus d’espoir, et on nous plonge et on nous noie dans la misère humaine, avant de nous jeter au visage toutes les saloperies de l’humanité… A côté des heurs et malheurs de Shotaro et Gentaro, « Rémi sans famille » et « Princesse Sarah » c’est de la franche rigolade ! On retrouve le style très caractéristique de Tsutomu Takahashi, un mangaka expérimenté qui avec ses graphismes à la fois réalistes et fantastiques a été le sensei du célèbre Tsutomu Nihei. Dans ce tome 5 les victimes devenues bourreaux participent activement à la Guerre de Boshin, dans un récit entre opérations d’espionnage et opérations de commando. D’attentats en représailles, le Japon entre révolution…

Golgotha, tome 1 : L’Arène des maudits – Alcante, Laurent-Frédéric Bollée et Enrique Breccia

BD HISTOIRE / ANTIQUITÉ. Je n’arrive pas à cerner les ambitions des auteurs. Ce tome 1 généreux en sexe et en violence est un game of thrones romain qui ressemble trop au « Spartacus » de Steven S. DeKnight pour que cela soit fortuit (avec des morceaux de « Barabbas » dedans : les vrais savent)… Graphiquement j’avais déjà rencontré l’excellent artiste argentin Enrique Breccia dans la série « Les Sentinelles ». Ici dans un registre qui se veut sérieux j’ai mis du temps à m’y accoutumer, tellement je l’ai trouvé étrange avec avec des visages et des corps « freaks », et des décors ou des paysages « surréalistes » . J’ai retrouvé un peu l’esprit de « Métal Hurlant », du coup impossible de m’enlever de la tête le travail d’Alejandro Jodorowsky. Et dans ses délires le maestro chilien est capable du meilleur comme du pire, donc je vais attendre le tome 2 avant de me forger un véritable avis… Dans tous les cas un récit intriguant, intéressant et très soigné !

Pin It on Pinterest

Share This