Gô Nagai
(scénario & dessin)
d’après Dante Alighieri

La Divine Comédie, tome 3

(pour public averti)

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 18 septembre 2015 chez Black Box
Publié en VO en 1994 par Kôdansha dans Bokura Magazine (« Dante Shinkyoku / ダンテ神曲 »)

Après deux tomes complets consacrés au voyage de Dante en Enfer, ce troisième volume le voit poursuivre son parcours dans le Purgatoire, avant de la terminer dans le Paradis.

Dans ce tome 3, c’est en escaladant Satan que Dante et Virgile passent le point d’inversion de la gravité spirituelle et sortent de l’Enfer. Ils rencontrent au pied du Purgatoire Belacqua l’ergoteur, Buonconte de Montefeltro, Sordello da Goito, l’Empereur Rodolphe, Ottokar II de Bohême, Charles d’Anjou, Frédéric II de Sicile. Après les âmes damnées, Dante converse ainsi avec les âmes absoutes, mais pour être digne de contempler de Paradis notre quêteur de vérité doit au Purgatoire se débarrasser de ses péchés pour perdre à chacune de ses terrasses l’un des 7 « P » tracé sur son front par l’ange du jugement :
– 1ère terrasse : en compagnie d’Omberto et d’Oderisi, Dante porte un rocher pour se débarrasser de l’orgueil, son péché le plus lourd
– 2e terrasse : Dante, épargné par l’envie, passe peu de temps en compagnie des repentis qui se sont cousus les paupières pour ne plus avoir à jalouser
– 3e terrasse : les bourreaux et les victimes échangent leur rôle pour comprendre ce que c’est qu’exercer la colère et la subir, et Dante est plus que jamais soumis assailli par le doute après sa rencontre avec Marc de Lombardie
– 4e terrasse : les paresseux courent vers le salut pour expier leurs fautes
– 5e terrasse : les avares s’aplatissent sur le sol pour expérimenter l’égalité et l’humilité (parmi eux un pape pécheur lais repentant dont Dante tait charitablement le nom)
– 6e terrasse : le poète Stace conduit nos quêteurs parmi les gourmands qui doivent résister aux fruits de la tentation
– 7e terrasse : le poète Guido Guinicelli indique le chemin parmi les luxurieux qui doivent résister aux feux de la passion

Si les hommes ont été créés par Dieu, alors pourquoi sont-ils si mauvais ? Et puisque c’est lui qui fait tourner le monde, pourquoi est-il dans un tel état ?

Dante lavé de ses péchés est soumis à l’ordalie du feu divin, mais Virgile qui n’a jamais été baptisé ne peut pas aller plus loin… C’est seul que Dante croise au paradis terrestre les 24 vieillards couronnés et les quatre bêtes couronnés de l’Apocalypse, ainsi que les 3 muses que sont l’espoir, l’amour, et la foi… Après avoir bu les eaux du Léthé et de l’Eunoé, Béatrice conduit Dante aux cieux :
– la Lune abrite ceux qui consacrés leur vie à Dieu, comme Piccarda Donati
– Mercure abrite ceux qui ont fait le bien tout au long de leur vie
– Vénus abrite ceux qui ont aimé avec sincérité
– le Soleil abrite les hommes et les femmes de savoirs, comme Thomas d’Aquin
– Mars est réservé à ceux qui se sont battus pour la foi, comme Cacciaguida
– Jupiter est réservé à ceux qui ont fait régner la justice sur Terre
– Saturne est réservée aux âmes contemplatrices, comme Saint Benoît, Saint Pierre ou Saint Jacques
Libérés des lois de la physique, Dante et Béatrice connaissent leur apothéose et rejoignent l’Empyrée… FIN !

 

On sent quand même que sans démériter, loin s’en faut, le mangaka est plus inspiré par les sarabandes infernales que pas les danses angéliques, mais c’est tout à son honneur d’avoir été au bout de son projet d’adaptation. Quelques coquilles et une bulle incompréhensible car incohérente gâchent un peu le travail éditorial juste là très appréciable. Au final, une vulgarisation intéressante d’un chef-d’œuvre, à découvrir pour les curieux et qui personnellement me donne furieusement envie de plonger dans l’Histoire et la culture florentine…

note : 6/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This