Buichi Terasawa
(scénario & dessin)

Gun Dragon 2

Manga, science-fiction / polar
Publié en VF le 08  mars 2018 chez Isan Manga
Publié en VO en 2004 dans Super Jump (« Shinsengumi GUNDRAGON série :  GUNDRAGON II »)

À l’ouverture des frontières spatiales, une force spéciale, composée d’humains comme d’extra-terrestres, est créée afin de maintenir la paix entre les différents peuples : les Gun Dragon. L’agent Omega n’est plus la même depuis que son coéquipier, Alpha, a perdu la vie dans l’attaque d’un vaisseau des Gun Dragon par la terrible sorcière Ashura et Lucifer, son bras droit. Le temps n’efface pas ses blessures et elle se réfugie dans le travail. Pendant une de ses missions, alors qu’elle est en planque chez Himler, un célèbre trafiquant d’armes, quelle n’est pas sa surprise quand elle voit débarquer Ashura…

L’humanité a atteint les étoiles… ou plutôt les étoiles ont atteint l’humanité ! L’Alliance des Terriens et l’Union des vies extraterrestres ont trouvé un terrain d’entente et la police mixte de Gun Dragon assure la sécurité de Dejima situé dans l’archipel des Ryûkyû quelque part entre Taïwan et le Japon, un véritable comptoir commercial intersidéral de 10000 âmes qui s’est développé autour du seul astroport autorisé de la Terre (à l’image du comptoir de Nagasaki, seul port étranger autorisé durant le Japon durant l’Époque Edo).

Nous suivons dans ce tome 2 la quête de vengeance de l’Agente Omega (interprétée par Midori, mensurations 56 / 57 / 88) contre Ashura (interprétée par Reiko, mensurations 103 / 59 / 91), car l’Agent Alpha à la fois son collègue, son partenaire et son amant s’est sacrifié pour lui sauver la vie quand leur vaisseau transportant des trésors historiques de la Terre a été attaqué par la reine sorcière alien et son bras droit démoniaque dénommé Lucifer… Plusieurs années plus tard c’est à Dejima que la flic de choc et de charme sosie de Jane et de Dominique dans Space Adventure Cobra file le trafiquant d’armes dénommé Himler avant de tomber nez à nez avec sa Némésis ! Et elle emmène avec elle tout son équipe dans une traque qui va les amener dans un conflit cosmique entre le Yang et le Yin, entre le Bien et le Mal ! Si l’Agente Lambda tombe rapidement sous les coups de l’ennemi (bien qu’incarnée par Yurika Kako, mensurations 92 / 62 / 88), on s’attarde sur l’Agent Théta (un alien aux allures de ptérodactyles qui joue le rôle d’interprète interstellaire), et l’Agente Upsilon (incarnée par Miiku, mensurations 86 / 59 / 87), passionnée de mécanique et détentrice d’une tenue capable de se transformer en véhicule anti-gravité (qu’elle conduit en tenue d’Eve, évidemment), mais aussi sur le renfort que constitue l’armaroïde Zéro Fighter qui semble avoir un lien avec l’Agente Oméga…

– Tu veux y aller avec cette voiture ?
– Oui… La carrosserie est allemande, les suspensions italiennes, et le carburateur est anglais, mais le moteur est japonais.
– et ce joli petit cul… Il est fabriqué en France ?

C’est sans doute en dessous du tome 1, mais aussi parfaitement complémentaire du tome 1… Les personnages photographiés et incrustés dans des environnement 3D sont plus nombreux : l’œuvre transmédia bascule vraiment dans le roman photo certes, mais nous offre aussi plus d’interactions, dialogues et punchlines que précédemment… On bascule aussi du polar cyberpunk à la science-fantasy (et c’est presque un peu dommage car il y avait à faire avec Clara la femme-araignée cyborg ou les Meggidiens muets communicant avec leurs tatouages vivants), puisqu’on a une reine sorcière collectionneuse d’épées magiques qui veut faire basculer la création de la prédominance de la technologie la prédominance de la magie en faisant de la Lune et non pas de la Terre le centre de l’univers (et on transférant les âmes de ses sujets démoniaques dans les corps mécaniques des machines de guerre appelées War Wolves), que veut contrecarrer Hakuja la princesse cosmique et sa monture métallique qui confient à l’Agente Oméga les lames du Dragon de la Terre et du Dragon du Ciel ! (à charge pour elle de trouver l’épée du Taiji qui combinée à ces dernière permettrait de vaincre à coup sûr la reine-sorcière badass et bombasse venue de la planète Sodome)… et au final Alpha et Oméga sont réunis de nouveau, mais de la plus tragique des manières !

 

PS : je note qu’en VO le Gun Dragon est comparé au Shinsengumi, cette légendaire unité d’élite de la fin du Shogunat qui avait pour principale caractéristique d’être méritocratique, donc d’accueillir de manière absolument mixte aristocrates et roturiers en ne recrutant que sur le seul talent ! Évidemment elle a été la cible de toute la haine de la noblesse japonaise qui fit tout pour éliminer jusqu’au dernier de ses membres, et le dernier d’entre Hijikata Toshizô aka le véritable « dernier samouraï » s’est battu jusqu’à son dernier souffle pour défendre la République d’Ezo contre le Japon impérial déjà raciste, suprématiste et totalitaire sous les applaudissement de la ploutocratie mondialisée et des États-Unis prétendus défenseurs de la liberté… Ce n’est pas un hasard car le mangaka d’Hokkaido comme tous ses collègues régionaux n’a jamais caché être en très en colère contre notre Monde De Merde !!!

note : 5,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This