Takashi Nagasaki (scénario)
Kôji Kôno (dessin)

Inspecteur Kurokôchi, tome 4

Manga, seinen, policier
Publié le 9 septembre 2015 chez Komikku Éditions

Un vent de panique souffle sur l’Assemblée du cerisier, cette société secrète fondée que le casse des 300 millions de yens. Qui est vraiment Momotarô, le tueur légendaire que traque Kurokôchi ?

Quant à Sawatari, le tueur multirécidiviste actuellement poursuivi par le procureur bien Yatarô Echigo, il pourrait bien sortir de détention en toute impunité…

Les machinations de Kurokôchi sont-elles vouées à l’échec ou le ripou le plus machiavélique de l’histoire du Japon a-t-il un dernier atout dans sa manche ?

Dans ce tome 4, la guerre de l’ombre entre l’inspecteur Kurokôchi, le machiavélique justicier, et ses adversaires hauts placé continue : il utilise le gouverneur Sawatori pour détruite l’Assemblée du cerisier, et il utilise l’Assemblée du cerisier pour se débarrasser du gouverneur Sawatari… Mais l’inspecteur sans foi ni loi veut aller plus loin encore pour s’attaquer aux racines du mal :
– qui dirige vraiment l’Assemblée du cerisier ?
– qui est le Momotaro le légendaire nettoyeur ?
– qui a ordonné en 1968 le casse des 300 millions de yen, devenus 40 ans plus tard un pécule de 30 milliards alimentant une organisant criminelle d’échelle internationale ?

La narration est digne de « 20th Century Boys » : on remonte le temps de quelques jours, de quelques semaines, de quelques mois, avant de plonger dans les années 1970 voire 1960… Et les pièces du puzzle s’emboîtent, chaque petite phrase recelant une importance cruciale pour l’avenir des uns et des autres : les manipulations de Kurokôchi, les enquêtes de Shingo Seike, les interrogatoires du procureur public, les purges au sein des membres du Cerisier qui ne savent plus à quel kami se vouer, les heurs et malheurs des yakuzas boucs-émissaires de Sakura Holdings…
Kurokochî est également confronté à Yatarô Echigo, l’homme le plus intègre du monde qui a refusé le pot de vin qui aurait pu sauver la vie de son fils unique… Dans leur course pour mettre l’ignoble Sawatori hors d’état de nuire, ils opposent leurs méthodes et leurs visions du monde. L’auteur met en parallèle les homines crevarices qui expliquent que le mal nécessaire est invincible et Kurokôchi qui explique que ceux pour la fin justifie tous les moyens rencontrent tôt ou tard une triste fin… en oubliant de s’inclure dans le lot ! Car en se croyant au-dessus du commun des mortels, il pêche par hybris/démesure et nous entrons dans la tragédie : confronté aux terribles conséquences de ces actes, il va devoir révéler dans le tome 5 ce qu’il a vraiment au fond du cœur… Magistral ! Attention chef-d’œuvre ?

[Kurokôchi] Tu l’as dit, je suis un cafard corrompu jusqu’à la moelle… ça me permet de déceler ceux qui tirent les ficelles rien qu’à leur gueule ! Et toi, tu n’as pas la tronche d’un génie du mal !

Tremblez politiciens corrompus, tremblez financiers véreux, tremblez patron voyous, Bébel et Dirty Harry ont trouvé un successeur en la personne de l’inspecteur hors-la-loi qui ne reculera devant rien ni personne pour vous faire tomber, car il est habité par sa mission : niquer le système bien profond pour détruire votre monde de merde ! Oh yeah, et lisez cela en écoutant une bonne BO de Lalo Schiffrin !!!


PS1: je ne remercierais jamais assez les Editions Komikku, portées à bout de bras par Sam Souibgui, d’avoir apporté un vent de fraîcheur au manga en France…
PS2: l’œuvre a aussi été adaptée en série télévisée

note : 9,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This