Shinji Makari (scénario)
Ji-Hyoung Song (dessin)

Issak, tome 6

Manga, histoire / XVIIe siècle
Publié en VF le 04 juillet 2019 chez Ki-oon
Publié en VO à partir de 2017 par Kodansha dans Afternoon (« イサック »)

Dans l’espoir d’œuvrer pour la paix entre catholiques et protestants, le prince Heinrich s’est rendu au château de Krahenstein afin d’y rencontrer le compte von Harrach, l’un des nobles les plus influents à la cour de Vienne. Hélas, le duc Maximilien a eu vent de sa venue en Bavière et cherche à tout prix à la capturer !
Autre mauvaise nouvelle : l’armée protestante a été vaincue à Prague à cause de l’intervention inattendue de Lorenzo. Afin de prêter main-forte à Frédéric V, il faut à présent se rendre dans la marche de Brandebourg. Seulement, la route est longue et traverse de nombreux territoires ennemis… Issak parviendra-t-il à retrouver son ennemi juré ?

Dans ce tome 6 , la Baronne de Krahenstein n’a peur de rien et de personne, et surtout pas du Duc Maximilien de Bavière… Toujours est-il qu’au sein de la Team Issak certains doivent rejoindre le Brandebourg alors que d’autres doivent rejoindre la Pologne ! La solution vient du très humanistes camérier du pape qui leur propose de participer conjointement au rapatriement de Charles d’Autriche, le Grand Maître de l’Ordre des Chevalier Teutoniques. Pourquoi ? « Parce qu’un jour la guerre pendra fin et que tous devront apprendre à vivre ensemble pour travailler main dans la main… » (message à transmettre au président, ses ministres et ses députés, car s’ils persistent à diviser pour régner ils récolteront ce qu’ils méritent à savoir du goudron et des plumes !)

Après avoir échappée aux hommes du Duc de Bavière d’héroïque manière, la Team Issak arrive dans un patelin où le peuple souverain est le sur point de pendre un couple de banksters usuriers (bien fait pour eux !). Mais l’establishment local est hautement soulagé quand les « premiers de cordées voleurs de chevaux » accusent « une dernière de cordée voleuse de poules » de tous les maux, et c’est ainsi qu’étrangère et innocente Zetta est promise au bûcher en lieu et place des Thénardiers de Victor Hugo fiers appartenir à l’élite autoproclamée grâce à l’argent qu’ils ont extorqué…

– Pourquoi est-ce que vous iriez si loin pour nous aider ? Vous êtes le fils du Comte von Harrach ? Un prêtre catholique et camérier du pape, de surcroît…
– Un jour, la guerre prendra fin et tous les chrétiens devront apprendre à vivre ensemble. A ce moment-là, vous et moi seront amenés à travailler main dans la main… Alors j’espère de tout cœur que vous survivez à ce conflit !

Cela ressemble tellement à tel ou tel fait divers de notre actualité que j’ai envie de vomir. Mais nous sommes dans une fiction et non dans la réalité donc la justice finit par triompher. D’étrange manière d’ailleurs, tellement le mystérieux Klaus qui veut son propre navire pour explorer l’Orient et l’Occident change plusieurs fois son fusil d’épaules : on pourrait reconnaître la version cape et épée du légendaire Han Solo !

Encore un bon tome pour une série historique de qualité pour ne pas dire de grande qualité. Le cliffhanger ? Arrivée à la forteresse de Mergentheim, la Team Issak doit affronter des cavaliers cosaques !

note : 8,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This