Yasuhisa Hara
(scénario & dessin)

Kingdom, tome 4

Manga, histoire / antiquité
Publié en VF le 15 octobre 2018 chez Meian
Publié en VO depuis 2006 par la Shueisha dans le Shuukan Young Jump (« キングダム »)

Le roi de Qin, Ei Sei, a qui un coup d’état a ravi son trône, ambitionne de renouer une ancienne alliance avec le roi des montagnes. Les pions avancent et la stratégie de reconquête de Kanyou, la capitale, se met en place. Découvrez la nouvelle histoire du premier empereur de Qin et l’un des épisodes décisifs vers son unification de la Chine !

C’est ambitieux et c’est abouti, et ce n’est que premier arc de la saga. Ce tome 4 est un très bon shonen nekketsu, très Saint Seiya sur le fond et très Hokuto no Ken sur la forme. Et toujours sous la supervision du général Ouki et de son fidèle Tou, fufufu…

Dans la cour du palais Ei Sei et Yôtanwa affronte la garde commandée par Shi, et le brave et fidèle Shôbunkun doit protéger l’un et l’autre (même si la reine des montagnes affirme ne pas avoir besoin de protection). Dans l’aile droite la Team Shin affronter les sicaires de Saji. Le bonhomme semble invincible, mais Shin lui tient tête. Heki se sacrifie pour lui offrir la victoire, ultime cosmos, coup fatal et les gentils remportent la victoire sur les méchants. Jusqu’à la maison du zodiaque suivante, euh on passe directement au palais du Grand Pope. Plus Seiya que jamais, Shin ne veut laisser personne derrière lui. Et c’est Karyo Ten qui lui annonce malgré ses efforts que le compagnon d’armes qu’il porte sur son dos est mort avant d’arriver à destination…

– Ne vous démoralisez pas ! La victoire est proche ! Nous n’avons rien d’autre à faire que tenir ! Alors tenez ! Tenez à tout prix ! Tenez même si votre épée se casse ! Tenez si vous perdez vos bras ! Tenez même si vous vous videz de tout votre sang ! TENEZ !

Tout se joue donc dans la salle du trône, et c’est la guerre des monstres !
– Rankai était un enfant sauvage, mais on l’a dressé pour être une machine à tuer
– Bajio était un enfant sauvage, mais on l’a éduqué pour protéger et servir
Ils sont tous les deux les serviteurs de leur maître, mais si le premier est un esclave le second est un homme libre.

Il y a des limites à la douleur, mais pas à la peur. Si la Team Shin arrive à faire davantage peur à Rankai que l’usurpateur, la partie est gagnée. Mais entre Sei Kyou qui est prêt à tuer pour ses préjugés, et Shin qui est prêt à mourir pour ses convictions, la partie est jouée d’avance !

Sei Kyou est tellement représentatif des élites autoproclamées nées avec une cuillère en argent dans bouche et qui pètent dans la soie qu’on le met juste à côté de cette pourriture de Geoffrey Baratheon / Lannister. Ils pensent qu’il a « ceux qui sont tous » qui peuvent faire ce qu’ils veulent comme ils le veulent, et « ceux qui ne sont rien » qui n’existent que pour les servir (et donc leur servir de défouloir). Décidément le reagano-thatchéro-macronisme qui aimerait bien établir la loi de la jungle du darwinisme social, c’est de la merde, cela a toujours été de la merde, et cela sera toujours de la merde n’en déplaisent à tous les pseudo-journalistes, pseudo-économistes et pseudo-intellectuels bien payés pour être « la voix de leur maître » ! (le fameux Bloc Bourgeois pour qui tout va bien tant que le ciel ne lui tombe pas sur la tête) 

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This