La Quête des héros perdus

Roman, fantasy

Publié en septembre 2003 en VF

Publié en avril 1990 en VO («Quest for Lost Heroes»)

Résumé : L’Empire drenaï n’existe plus. Sous la main de fer du fils du célèbre Tenaka Khan, les Nadirs continuent leur progression. Mais un jour, les esclavagistes capturent une jeune villageoise dont Kiall, un jeune homme timide, est amoureux. Comme un héros de légende, il va partir à la recherche de son aimée. Et il ne sera pas seul car, sortis de leurs retraites, viennent se joindre à lui les anciens héros de la bataille de Bel-azar. Et l’un d ‘entre eux possède un secret qui pourrait bien changer la face du monde. Car dans ses veines coule le sang du Fléau nadir, l’espoir du peuple drenaï. Il est le dernier Comte de Bronze !

Au vu des critiques assassines des anti-gemmell et des avis mi-figue mi raisin des pro-gemmell, je m’attendais au mieux à un truc plutôt léger sur le fond et plutôt brouillon sur la forme. Et au final je me suis retrouvé avec un western médiéval de bonne facture. Un spécialiste du western spaghetti pourrait lister toutes les inspirations manifestes et tous les clins d’œil, mais plus encore DG nous offre avant l’heure un western crépusculaire à la Impitoyable (le présent livre est de 1990, le film de Clint Eastwood est de 1992). Il a associé cette démarche à un revival heroic fantasy de la plus belle eau 2 ans plus tard dans le 2e opus de la trilogie Waylander.

Résultat de recherche d'images pour "western spaghetti inventory"

Difficile de savoir si on puise dans Howard ou dans Moorcock (qui puisait dans Howard). Difficile de savoir si on puise dans Kurosawa ou dans Leone (qui puisait dans Kurosawa). Dans tous les cas une histoire toute empreinte de mélancolie et d’amertume qui annonce les aventures d’Olek Skilgannon. La Quête des héros perdus poursuit les événements évoqués dans l’épilogue du Roi sur le seuil : à la mort de Renya, Tenaka a conquis la majeure partie du monde connu à la tête des Nadirs qui règnent en maître de la Nouvelle Gulgothir à Hao-tzing, de la Vagria à Naashan. Dans Le Roi sur le Seuil, nous suivions Tenaka, descendant d’Ulric promis à un grand destin, perdu et dépressif parmi les Drenaïs. Dans La Quête des héros perdus, nous suivons Charéos, descendant de Rek promis à un grand destin, perdu et dépressif parmi les Gothirs. Et difficile de ne pas penser à Gladiator (1999) dans le triangle maudit Tenaka, Jungir, Tanaki / Marc-Aurèle, Commode, Lucilla.

Le roman porte bien son titre : DG nous présente toute une galerie personnages complètement désabusés, sans illusion aucune sur un monde hypocrite dirigé par des connards sociopathes prêts à tout et au reste pour augmenter leur pouvoir et leur richesse. Dévorés par la nostalgie, ils sont tous prisonniers d’un passé doré qu’ils n’ont aucunement contribué à sauver, à restaurer ou à ressusciter. D’où l’aura de désenchantement qui transpire des éléments du roman, totalement contrebalancé par un rêveur qui va tout dynamiter (alors que l’année précédente il avait rédigé un Renégats d’une noirceur délétère se terminant par un fin nihiliste)… Qui est le véritable héros de cette quête absurde sinon ridicule qui va se transformer en road movie sword & sorcery ? – Charéos qui au bout de cette quête encensée va embrasser la destinée qu’il a fui toute son existence durant – Beltzer qui ne vit que pour retrouver les quelques instants plénitude qu’il a connu dans sa vaine existence – les amants de brokeback mountain Finn et Maggrig qui vont tout quitter juste pour un dernier combat – Tanaki la femme forte qui doit lutter chaque jour contre l’hypermachisme de son peuple – Chien-tsu l’artiste martial qui va placer son devoir au-dessus de sa vie et de son honneur – l’assassin Harukas, amoureux d’une femme qui lui offre son corps mais pas son cœur – Asta Khan qui va jusqu’au cœur des ténèbres par loyauté envers son défunt khan – le capitaine Salida, qui seul contre tous s’oppose contre la corruption du système Bon gré mal gré, tout ce beau monde va devoir suivre la soif d’idéal et de justice du jeune Kiall. Il est le catalyseur de cette comédie humaine : en les emmenant au-delà des frontières gothires dans les infinies steppes nadires, il va les confronter à leurs rêves et à leurs cauchemars, à leurs forces et à leurs faiblesses. Lui aussi va perdre ses illusions, mais en allant jusqu’au bout de ses promesses par refus de la fatalité de la pourriture, il va offrir à tous une lueur d’espérance dans un monde de brutalités. Car cet un univers brutal que nous décrit DG : ainsi la dénouement confrontation Tanaki / Tsudaï est quasi insoutenable. (attention on retrouve exactement la même scène, mais en bien pire dans 10 000 de Paul Kearney)

– Vous ne pouvez pas attaquer l’armée nadir à vous trois, déclara Harokas.
– Que proposes-tu ?
– A quatre, ce serait plus équilibré.

L’auteur n’est pas ici au sommet de son art, loin s’en faut car il fera mieux (mais pas forcément plus plaisant) plus tard :
– des deus ex machina pour faire avancer l’intrigue à marche forcée (Okas, Asta Khan, Tanaki, Harokas, Tenaka…)
– des transitions sont écourtées, nuisant à la fluidité du récit (mais on à kilomètres des DG brouillons début eighties)
– des évolutions sont précipitées, nuisant à l’immersion du récit (mais on à kilomètres des DG brouillons début eighties), car Charéos, Beltzer, Finn et Maggrig se rallient bien rapidement à cette non-quête, Tanaki passe de pétasse narcissique à rêveuse mélancolique en quelques pages, Harukas change de fusil d’épaule si rapidement qu’on le croirait sorti du même tonneau que les assassins bisounours de Waylander
– les portails dimensionnels sont une pièce rapportée ratée, les trips shamaniques pouvant flirter avec le WTF
– le duel judiciaire final, dans la grande tradition capes et épées, une fois encore n’offre pas les émotions espérées
– les leitmotivs pas assez exploités se devinent trop aisément car encore car Belzer deviendra Bison (voire Angel et Piercollo), Finn deviendra Kedra (voire Wulf et Ekodas), Chien-tsu deviendra Kysumu, Asta Khan deviendra à la fois Kesa Khan et Nosta Khan, Okas deviendra Renard-A-Un-Oeil, la relation Attalis / Charéos, d’inspiration autobiographique, deviendra la relation Sigillus / Tarantio… Tout cela sort du même imaginaire et des mêmes valeurs humanistes.

Dans les DG eighties, on termine par un épilogue frustrant : celui de La Quête des Héros Perdus est le « pire » de tous ! Car le roman n’est finalement que le prologue du récit le plus épique de tout le Gemmell Universe : la fameuse Guerre des Jumeaux… Qui va l’emporter : Aradan le phénix drenaï élevé par Charéos ou Tsubir l’aigle nadir élevé par Asta Khan ? (en sachant que le successeur de Kiall, autre héritier de l’Unificateur, va forcément peser dans la balance) Nous ne le saurons jamais, car David Gemmell nous a quitté avant d’écrire cette saga…

Que serait un livre de David Gemmell sans clins d’œil à l’immense œuvre de l’immense Michael Moorcock ?  La relation Tanaki / Tsudaï ressemble juste ce qu’il faut à celle de Yasmina et Theleb Karna dans Elric de Melniboné, on retrouve les diatribes anti-impéralistes : la noblesse gothire qui rêve de sa soi-disant grandeur passée se perd en fêtes décadentes, on retrouve les diatribes anti-libérales : la noblesse gothire collabore avec l’ennemi pour perpétuer l’exploitation de son propre peuple… Puisse tous ces crevards narcissiques thuriféraires de la compétitivité connaître le même sort que le ploutocrate M. L. Crassus !

note : 7,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This