Kamome Shirahama
(scénario & dessin)

L’Atelier des sorciers, tome 1

Manga, fantasy
Publié le 7 mars 2018 chez Pika
Série débutée en 2016 en VO

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a acheté à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique ! Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Que voilà une sympathique série que l’on peut recommander à tous les publics ! Bien sûr il ne pas s’arrêter au pitch « Harry Potter en manga », et de la même manière il ne faut pas s’arrêter aux gimmick shojo bien établis depuis Candy à la fin des années 1970… Alors oui, on est dans le récit d’apprentissage avec un émule de Cosette qui est modeste et naïve, mais courageuse et généreuse, et dont la gentillesse et sincérité vont être mises à rude épreuve face aux pimbêches issues de la bonne société qu’elle va devoir côtoyer (ça et les sorcières préadolescentes qui étudient sous la houlette d’un beau-gosse à lunettes et à la tignasse rebelle)… Mais cela respire la bonne humeur et la bonne volonté, et les dessins sont magnifiques, de véritables bonbons pour les yeux !

La magie est un miracle qui colore le monde.

Mais qu’est-ce que cela raconte ? Dans un monde médiéval-fantastique où la magie innée et héréditaire est réservé à l’élite, la petite couturière Coco découvre par inadvertance le grand secret des sorciers : la magie est acquise et non innée, et absolument tout le monde peut la pratiquer ! Par inadvertance elle lance un sortilège interdit qui pétrifie sa mère et sa maison : comme tout les autres roturiers elle doit avoir sa mémoire effacée, mais pour le jeune magicien Kieffrey elle la seule piste permettant de retrouver les terroristes de la Confrérie du Capuchon… C’est décidé, Coco sera sa nouvelle apprentie à l’atelier des sorciers !
Depuis la crise des subprimes, à part les politiciens et les économistes plus personne ne croit au Japon en la pérennité du capitalisme libéral, et comme je l’avais signalé dans une liste dédiée aux mangas des années 2010 difficile désormais de trouver un titre qui ne soit pas peu ou prou antisystème.

ACHTUNG SPOILERS Comme dans City Hall on nous dit que naguère la magie était accessible aux masses mais que c’était l’enfer sur terre, mais que maintenant qu’elle est mise au secret tout va pour le mieux dans le meilleur dans mondes… Dans ce cas là pourquoi utiliser le flash des men in black sur toute la population au lieu faire preuve de pédagogie et d’expliquer la situation ? Si on a interdit les sorts qui font du mal aux gens pour ne conserver que ceux qui font du bien aux gens, pourquoi la magie et ses effets sont accessibles aux patriciens et non aux plébéiens ? D’ailleurs pourquoi Kieffrey est-il en froid avec ses supérieurs à cause de ses sujets ? Et pourquoi les terroristes révèlent à Coco qu’elle est le dernier espoir de l’humanité ? On nous aurait menti ??? FIN SPOILERS

C’est catégorise seinen, pourtant on suit tous les codes du shojo : doit-on s’attendre à pas mal de surprises par la suite ?

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This