Jean-Luc Istin (scénario)
Kyko Duarte (dessin)

Mages, tome 1 : Aldoran

Bande dessinée, fantasy
Publiée le 19 juin avril 2019 chez Soleil

Sur les Terres d’Arran, suite à l’affaire « Lah’saa-Slovtan », les Mages doivent désormais obéir à une nouvelle loi : être recensés et servir un seigneur humain ! S’il refuse, le mage est traqué par l’ordre des Ombres, emprisonné ou selon le cas, exécuté ! Tyrom, un vieil ermite, s’attache bien malgré lui à Shannon, une gamine espiègle de Castlelek. Cette cité indépendante est convoitée par le roi Gerald qui entend l’annexer à son royaume. Alors, quand Tyrom voit un mercenaire menacer Shannon, il s’interpose. L’instant d’après, la dépouille fumante du mercenaire gît à ses pieds. Il ne comprend pas ce qu’il vient de se passer. Est-il un mage ? Et si oui, pourquoi a-t-il perdu la mémoire ?

Et le tome 1 de la nouvelle série des Terres d’Arran intitulé Aldoran commence par un récit « Gilets Jaunes » : ouf les auteurs commencent à se remettre de leurs traumatismes macroniens… Page 3 la jeune fille Shannon persuadée de vivre une vie ennuyeuse présente sa ville paumée et sans histoire, alors que page 50 la jeune femme Shannon persuadée de vivre une vie passionnante présente sa ville bastion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité : mais que s’est-il passé entre l’introduction et la conclusion pour que l’univers fassent évoluer les personnages à ce point-là et que les personnages fassent évoluer l’univers loin du TINA reagano-thathéro-macronien ???

Castlelek était un coin paumé avant que la renaissance des Elfes Rouges (voir Elfes tome 21) en fassent un carrefour aussi prospère que convoité par ses puissants voisins, dont le roi Gerald de Koromor qui propose d’apporter l’ordre et la sécurité que la cité a toujours possédé en échange de lourdes taxes (vous savez ces gens qui inventent des menaces imaginaires pour qu’on leur donne plus d’argent de plus de pouvoir pour pouvoir lutter contre lesdites menaces imaginaires et/ou exagérés quand elle ne sont pas créées de toutes pièces : Rahan fils de Craoh se battait déjà contre eux durant les Âges Farouches). Shannon fille de Keirn est une enfant qui a soif d’aventure contrairement à son ami Pier plus casanier tu meurs, et les deux gardiens troupeaux se demandent bien qui est le géant yrlanais qui vit à l’écart de leur communauté.

La curiosité peut être un défaut et/ou une qualité, et en voulant découvrir son identité elle découvre que le dénommé Tyrom ignore lui-même qui il est et que c’est pour cela qu’il reste à l’écart des autres. Le grand placide et la petite espiègle se lient d’amitié, et quand des bandits attaquent la ville Shannon et Tyrom s’interposent. Le miracle se produit et ils se regardent en chien de faïence pour savoir lequel des deux compères est un élémentaliste ? Mais pour le mage Ravenfied et le connétable Irébor (sosie de l’acteur James Cosmo) la chasse est ouverte : il faut retrouver Aldoran accusé d’avoir assassiné le roi Arléon (« Aloran m’a tué » : dédicace au scandale de l’affaire Omar Raddad ?)…

– Tout ça pour ça ?
– Tout ça pour la vérité et la justice. Ces deux-là n’ont pas de prix.

Depuis que l’Incident Lah’saa a été attribué au mage Slovtan (voir Elfes tome 16), magie et magiciens sont été déclarés dangers publics potentiels et ils doivent protéger et servir ou être traqués, arrêtés et emprisonnés par l’Ordre des Ombres (euh les invasions nécromanciennes, l’ordre nain hérétique du Dragon ou l’Haruspice qui voulait devenir maître du monde ne leur avaient pas déjà mis la puce à l’oreille ? les mêmes causes produisent les mêmes effets !). Mais le mage élémentaliste Aldornan se demande bien pourquoi ils ne doivent servir que les puissants tous plus crevards les uns que les autres, et il pensait avoir troussé son Roi Arthur avec le dénommé Arléon avant que ce dernier ne se fasse assassiner… A force de côtoyer Shannon et Tyrom il trouve enfin réponse à ses questions existentielles : il n’existe pas de meilleur monarque que le peuple souverain qui n’a besoin d’aucun homme providentiel et d’aucune élite autoproclamée pour se gouverner lui-même (contrairement à ce que prétendent ces derniers et ces dernières avec la complicité des médias prestitués) !
Allons plus loin en faisant un peu de macroéconomie : comme le disaient R.E. Howard, Fritz Leiber, Roger Zelazny ou Michael Moorcock, il suffit de remplacer le sorcier par le banquier et la magie par l’argent pour passer tout naturellement de l’heroic fantasy au roman social ! Pourquoi en 1973 on a cédé à la pression des vautours financiers en retirant l’argent au service des gens pour le mettre au service des puissants ? C’est une question qu’aucun journaliste stipendié n’oserait poser ! (aucun d’entre eux ne mentionne également que le gouvernement italien est en train de court-circuiter la banque centrale européenne pour revenir aux méthodes ayant fait leurs preuves durant les Trente Glorieuses, mais interdites par les Chicago Boys car ne créant pas assez d’inégalités dont pourrait tirer parti les nantis)

Le prolifique Jean-Luc Istin devrait miser sur la qualité plutôt que sur la quantité, car ici pour un lancement de série il a eu le temps de bien travailler comme il fallait, et avec inspiration pour ne rien gâcher. Les 50 pages sont bien utilisées et malgré quelques inégalités / hétérogénéités Kyko Duarte aux dessins et J. Nanjan aux couleurs assurent de bons graphismes. C’est donc au nom de la justice et de la vérité que Shannon et Tyrom deviennent des super-héros (pré)destinés à protéger leur cité, et ni agresseurs ni agressés ils attendent de pieds fermes les homines crevarices du monde entier…

Seuls les plotmasters des Terres d’Arran ont en tête la chronologie de ces dernières mais on connaît bien des gens qui auraient besoin de leur aide : les Moïse nains Dröh, Brum et Kardum, les semi-elfes de Trein Er’Madenn Fern, les parias de la Cité des Sang-Mêlées ou les Orcs pacifistes et progressistes du Pays des Vents… Ce n’est pas la fin, c’est le commencement : la saga approche des 50 tomes, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire en œuvrant à la convergence des luttes… JUSTICE FOREVER ?

PS : la série suivra élémentalistes, runiques, nécromanciens et alchimistes et après Adolran nous découvrirons Eragan le runique, Altherat le nécromancien et Arundill l’alchimiste (qui sera confié aux bons soins de Nicolas « No Pasaran » Jarry et Bojan « No Future » Vukic : j’ai hâte hein, mais pas forcément les porte-monnaie des lecteurs et des lectrices !)

note : 8/10 (moins pour l’exécution que pour les intentions qui elles sont excellentes !)

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This