Mitsu Izumi
(scénario & dessin)

Magus of the Library, tome 3

Manga, fantasy
Publié en VF le 17 octobre 2019 chez Ki-oon

Le concours pour devenir kahuna est sur le point de commencer. Si Shio parvient à passer les trois épreuves qui l’attendent, il pourra enfin réaliser son rêve… Seulement, le premier examen promet d’être coriace : la pression est telle, que chaque année, de nombreux candidats abandonnent en cours de route cet « écrit infernal » ! Installé dans la chambre qui lui a été assignée, le jeune sang-mêlé éprouve lui des difficultés à répondre aux questions. Tout à sa copie pour finir dans les temps, il a cependant oublié un détail d’importance… Le test est éliminatoire, et seuls les postulants qui reçoivent une convocation sont autorisés à se présenter à l’oral ! L’aventure de l’adolescent va-t-elle s’arrêter ici ?

 

Ce tome 3 est d’un tel niveau que si on n’était toujours pas dans la mise en place de l’intrigue je l’aurais jugé PARFAIT ! On prend tout son temps pour poser les personnages et leurs sentiments, mais aussi l’univers et les lois qui le régissent, et pourtant on amène tellement d’éléments que se suis obligé d’écrire que Mitsu Izumi suit à la lettre toutes les règles du vachement bien  : l’univers doit faire évoluer les personnages, et les personnages doivent faire évoluer l’univers !!! Mais surtout OMG il est impossible de lister pour ce seul tome tout ce qu’on apprend sur l’univers qui s’approfondit à chaque chapitre voire à chaque page…

Dans un 1er temps, on suit un concours scolaire qui semble suivre les us et coutumes de l’élitisme japonais mais qui en fait le dézingue intégralement de A à Z. Dans un monde où la rivalité entre les peuples pourraient très rapidement conduire celui-ci à sa propre perte, comment inculquer l’esprit de solidarité quand toute la société est basée sur la compétitivité ? (tiens donc, ça rappelle fortement notre Monde De Merde IRL) Comment travailler collectivement quand tout vous incite à agir individuellement, quitte à saboter les efforts d’autrui pour très égoïstement profiter de leurs fruits ? (tiens donc, ça rappelle fortement notre Monde De Merde IRL) Ah ça on sent bien le traumatisme du peuple japonais qui ne sait plus à quels saints / kamis se vouer face aux saints sacrements yankee de Jack Neutron le DRH maudit de General Electrics qui un jour pourrait bien être accusé de crimes contre l’humanité (le Lugei Noir, livre maléfique ayant causé des millions de morts est-il allégorique de l’autobiographie d’Adolf Hitler ou du managkiller ? Le doute pourrait être permis)… C’est ainsi qu’on met scène les efforts pour remporter la victoire de la raciste, élitiste et suprématiste huronne Nachika Kuapan qui doit collaborer avec les métis Shio (moité elfe) et Ohga (moitié féline) qu’elle méprise et qu’elle mésestime. Car la bête de concours typique du système scolaire nippon trouve la solution uniquement grâce à la générosité de Shio et la ruse d’Ohga alors qu’elle se rend compte que ses formidables intelligence et mémoire ne sont rien face à celles de la belle-gosse lakota qui concoure en même temps qu’eux… De nouveaux Trois Mousquetaires sont-ils nés ? Seul l’avenir de la série nous le dira ! « Un pour tous et tous pour eux », c’est la devise officielle de la Suisse et ce n’est pas pour rien…

Les rêves, ça ne s’arrête ni quand on les réalise ni quand ils sont brisés. Ce qui compte, c’est le voyage qu’ils nous permettent d’entreprendre !

Dans un 2e temps, on enchaîne les révélations à un rythme hallucinant sans pour autant rompre l’équilibre de la narration : comment un auteur peut-il être aussi bon ? Nous sommes carrément dans le domaine de la magie !
Le continent avait toujours été suffisamment fertile pour nourrir une mosaïque de cultures, jusqu’à ce que le Héraut de Grande Absinthe fasse peser sur lui une menace inédite et que la mort couleur de cendres dépossède de nombreux peuples de leurs terres ancestrales… Partout, les luttes pour l’espace vital devenu exigu éclatèrent : c’est ce qu’on a appelé la Grande Guerre ! Les mages les plus puissant du monde réalisèrent une grande alliance pour combattre et vaincre le Héraut de la Grande Absinthe, mais l’un d’eux ne revint jamais de la bataille finale… Ils se réunirent à nouveau leurs forces et à l’issue d’intenses pourparlers, ils parvinrent à mettre fin au conflit en divisant les terres restantes pour créer les actuels territoires autonomes (donc l’Homme Blanc soit dit en absent). Bien que cet arrangement ne satisfasse pleinement personne, les héros forgèrent la paix grâce aux liens qui les unissaient et au prestige dont ils jouissaient des populations.

95 années ont passé, et les archimages qui jadis ont sauvé le monde ont cédé leur place à d’autres… Ainsi chaque ethnie a vu émerger un nouveau leader, et dès que les derniers combattants de la Grande Guerre seront partis, les nouveaux chefs feront tout ce qui est en leur pouvoir pour favoriser leur propre ethnie donc fatalement la haine et la violence, le mépris et l’indifférence…

L’Ordre des Kahunas est là pour que la savoir et l’information ne servent pas de support à une nouvelle guerre, mais peut-on sauver l’humanité d’elle-même ?

ATTENTION SPOILERS Une créature magique enfermée dans un livre est libérée pour semer la ruine et la désolation dans la capitale, et son objectif final est la Grande Bibliothèque. Sa route croise celle de Shio qui révèle sa maîtrise de la magie de l’eau et celle d’une mamie fugueuse qui s’avère être la plus puissante magicienne de la terre, mais aussi et surtout la dernière survivante de la grande guerre contre le Héraut de la Grande Absinthe… La vieille femme qui avait renoncé à la vie trouve en Shio qui lui a demandé quels étaient ses rêves de nouvelles raisons de vivre : former le successeur de son compagnon d’arme qui n’est pas revenu de la grande guerre et qui est mort pour la paix, alors que les nouvelles générations se préparent à s’entre-déchirer et que le Grand Ennemi fait à nouveau parler de lui ! Rétablir un équilibre rongé depuis des années et sur le point d’être rompu, voilà l’objectif d’un être humain qui a trop vécu et qui n’a plus guère d’années à vivre… Et voilà pourquoi se sont battus Dohko de la Balance, Aiolos du Sagittaire et Mû du Bélier contre l’incarnation des forces occultes de la crevardise Saga des Gémeaux : JUSTICE FOREVER !!! Et en plus l’héritage d’Hayao Miyazaki est lui aussi est présent avec le « squirrel-fox » albinos du personnage principal, hôte animal d’une femme ou d’une djinn maudite par une sorcière, qui bien que tombée amoureuse de son prince charmant Shio continue de bien cacher son jeu… FIN SPOILERS

Dans un 3e temps, Shio Fumis retourne dans son village natal en attente des résultats des concours qu’il a passés. Bien que pessimiste, dans l’expectative il ne ne sait pas s’il doit dire au revoir à sa communauté ou à ses rêves. C’est l’occasion pour tout ceux qu’il l’ont connu de faire leur coming out car la force de l’espoir et de l’amitié se doit de triompher, d’où le beau droit de quota de flashback consacré à tel ou tel membre du microcosme autour duquel a gravité notre héros en devenir. Car il ne faut pas raisonner en termes de minorité et de majorité, mais agir au nom du plus grand nombre ! Le relationship drama est parfait, et quand le dragon Serrano vient chercher Shio Fumis pour qu’il accomplisse son destin, lecteurs et lectrices ne peuvent se poser qu’une seule question : sera-t-il Seiya de Pégase, Shiryû du Dragon, Hyôga du Cygne, Shun d’Andromède, Ikki du Phénix, eux tous réunis ou bien un nouveau Fingolfin face à un nouveau Morgoth ??? Shio Fumis doit aller de l’avant car il est certes est le héros de sa propre histoire, mais son histoire est de défendre la liberté, l’égalité et la fraternité face aux forces obscures de la crevardise ! (OMG la ploutocratie mondialisée s’étrangle de rage, mais elle n’a qu’à crever pour que puisse mieux vivre le reste de l’humanité !)

Certains tournés vers le passé pensent que les cimetières sont les meilleurs lieux pour faire le lien entre les générations, d’autres tournés vers l’avenir pensent qu’il s’agit des bibliothèques ! Et je suis obligé, bien que cela me dégoûte au plus haut point, de mentionner ceux qui pensent qu’il faille fermer ses dernières car les liseuses individuelles seraient bien mieux que les livres collectifs que « peuvent toucher les pauvres avec leurs saletés et leurs microbes », dixit un élu de ma circonscription qui entre Parti Socialiste et Les Républicains a récupéré tout naturellement récupérer l’étiquette La République En Marche (élu sans aucun surprise détesté de tous les côtés, parce quand tu hais le peuple c’est parfaitement normal que tu sois haï par la population, mais protégé par la loi de l’entre-soi qui règne dans ce milieu mafieux).
Nous sommes carrément au point d’équilibre entre Magi – The labyrinth of magic et L’Atelier des sorciers (et je ne vous parle même pas de l’héritage caché de cette fabuleuse saga qu’est Saint Seiya) : de beaux messages humanistes sont véhiculés par une scénarisation sans faille et une mise en scène de toute beauté… Difficile pour tous les autres titres de la Planète Manga de passer après celui-ci ! OMG qu’il est beau et qu’il et bon de voir sous nos yeux un mangaka accéder au plus niveau de son art : To Be Continued, Oh Yeah !!! (Et pour ne rien gâcher, vous savez quoi ? Je reste intimement persuadé que malgré ma prolixité ma chronique ne fait que survoler le sujet…)

note : 9/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This