Gou Tanabe
(scénario & dessin)
d’après H.P. Lovecraft

Les chefs-d’oeuvre de Lovecraft :

Les Montagnes hallucinées

2ème partie

Manga, horreur / science-fiction
Publié en VF le 07 mars 2019 chez Ki-oon
Publié en VO en 2018 par Enterbrain chez Comic Beam

A son arrivée au campement du Pr Lake, l’équipe du Pr Dyer découvre un véritable charnier… Seul Gedney, l’assistant du biologiste, aurait vraisemblablement réussi à fuir en traîneau. Mais l’homme a-t-il réellement une chance de survivre dans ces contrées hostiles ? Rien n’est moins sûr… Il est pourtant le seul qui saurait expliquer le spectacle de désolation que les scientifiques ont sous les yeux et surtout le mystérieux tumulus qui renfermait les spécimens décrits par son mentor quelques jours plus tôt ! Bien décidé à retrouver le disparu, le géologue part en expédition au-delà des montagnes…

Comme vous le savez l’intertextualité est mon dada donc je suis obligé d’écrire que tout commence en 1838, quand Edgar Allan Poe surprend tout le monde en publiant Les Aventures d’Arthur Gordon Pym de Nantucket, une histoire inachevée racontant une exploration polaire aux frontières du réel : c’est un choc culturel qui marque Jules Verne, Jorge Luis Borges, Gaston Bachelard et Howard Phillips Lovecraft… Le Maître de Providence qui a révolutionné le genre fantastique reprend et transcende le récit d’origine pour le transposer dans son propre imaginaire horrifique : c’est un nouveau choc culturel qui inspire John W. Campbell, Christian Nyby, John Carpenter et Gô Nagai…

Le récit d’HPL se veut une suite directe de celui d’EAP, mais les variations sur le thème sont désormais tellement nombreuses qu’il faut bien connaître toute les œuvres concernées pour identifier les apports de tel ou tel auteur dans les nouvelles versions de ce qu’il faut bien appeler un Mythe (et ici malgré tous les codes du récit d’exploration à l’ancienne, impossible de ne pas être plonger dans le film d’horreur moderne de John Carpenter) : l’homme qui confronté à l’inconnu se retrouve confronté à lui-même ! Et Dans les Montagnes hallucinées c’est loin du soutien et du réconfort de la civilisation qu’en 1931 des pionniers à la fois aventuriers et intellectuels, quelque part les meilleurs des leurs, découvrent dans la douleur que l’homme est immensément loin d’être la mesure de toutes choses, qu’il n’a pas été crée par Dieu à son image et placé au centre d’un univers créé pour son bon plaisir, non face à l’immensité du temps et de l’espace ils ne sont qu’une espèce parmi d’autres et que l’humanité est loin d’être la plus évoluée ou même la plus dangereuse ! A l’image des Martiens de H.G. Wells qui faisaient subir aux Anglais ce que les Anglais avaient fait subir aux Aborigènes d’Océanie, les Choses Très Anciennes d’Antarctique font subir aux Américains que ce que les Américain ont fait subir à leurs découvertes : des tests, des expériences, des dissections et des vivisections… Mais HPL va plus loin encore en s’inspirant du Mythe de Frankenstein avec des êtres antédiluviens à la fois bourreaux et victimes : tout pouvoir rencontre un jour un pouvoir plus grand encore, et en jouant aux apprentis sorciers les Choses Très Anciennes ont donné vie aux créatures qui allaient anéantir leur civilisation toute entière…

– Nous nous retournâmes tous les deux pour jeter un dernier regard en arrière et nous vîmes une chose que nul œil humain n’aurait jamais dû réfléchir. Un amas informe de bulles protoplasmiques, faiblement phosphorescent, remplissait tout le tunnel et se ruait vers nous à une vitesse invraisemblable, écrasant sur son passage les malheureux manchots affolés !

Le tome 2 de 340 pages est tout aussi fidèle et tout aussi bien dessiné que le premier, et on suit une quête de savoirs blasphématoires : et au-delà des nuages Pabodie et Danforth découvrent sur un haut plateau isolé au centre de l’enfer blanc l’ultime bastion des Choses Très Anciennes… La curiosité est un vilain défaut, mais ils ne peuvent s’empêcher d’explorer les ruines cyclopéennes construites par d’autres mains que celles des hommes. Et c’est en décryptant les bas-reliefs qu’ils découvrent l’Histoire et la Culture d’une civilisations antédiluvienne qui n’a rien d’humaine. Il ne s’agit rien de moins que le Mythe de Cthulhu raconté par ceux qu’ils l’ont précédé sur Terre et qui ont assisté à son arrivée : nous assistons à une théomachie / titanomachie prenant la forme d’un affrontement dantesque entre ce qui ressemble fort à une Atlantide et à une Lémurie peuplées de créatures bien éloignés des bipèdes anthropomorphes… Au bout de leur quête ils apprennent et comprennent ce qui est arrivée aux Choses Très Anciennes, sauf qu’il est déjà trop tard : leurs bourreaux qui au-delà de l’espace et du temps sont déjà sur leurs traces ! Ils fuient pour leur vie, et celui des deux qui se retournera pour voir de ses propres yeux l’horreur qui les poursuit ne retrouvera jamais la raison…

Je me répète mais la démonstration est faite : plus que jamais le frisson existentialiste d’H.P. Lovecraft plonge ses racines dans le frisson existentialiste d’H.G. Wells : si dans La Guerre des mondes les Martiens faisaient subir aux Anglais que ce que les Anglais faisaient subir aux Tasmaniens, ici les Shoggoths dissèquent les Choses Très Anciennes qui dissèquent les humains qui dissèquent les animaux… Quelle est la distinction entre la recherche scientifique et la brutalité sadique ? L’homme n’est donc plus la mesure de toute chose placé au centre de l’univers par un dieu aimant et protecteur, mais une création comme une autre d’un univers qui se moque bien de lui, insignifiante créature face à l’immensité de l’espace et du temps parcourus par des titans à une échelle qui nous dépasse totalement…

note : 9/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This