Shinobu Ohtaka
(scénario & dessin)

Orient : Samourai Quest, tome 6

Manga, uchronie / fantasy
Publié en VF le 03 février 2021 chez Pika
Publié en VO à partir de 2018 par Kodansha dans le Shuukan Shounen Magazine (« オリエント»)

Grâce à l’aide de la déesse obsidienne dont il est l’hôte, Musashi parvient à mettre en déroute les deux bushi noirs. En outre, il réussit même haut la main l’épreuve du sabre, révélant la vraie couleur de son âme : un rouge flamboyant ! Le clan Kanemaki fait désormais route vers de nouveaux horizons, à l’est. Mais un obstacle de taille les y attend : un oni d’une puissance insoupçonnée. L’alliance Uesugi, dont le père de Kojirô aurait pu faire partie, œuvre à sa destruction. Pour en savoir plus, la fine équipe décide de s’infiltrer dans le château du chef de clan… mais à quel prix ?

Difficile de succéder à un très bon tome 5 ! Dans ce tome 6 le Clan Kanemaki repart à l’aventure en quête d’information sur le Chevalier d’Or du Sagittaire et d’Athéna, euh pardon du père Kojirô Kanemaki et de la Déesse Obsidienne. Et après l’épisode « désert », voici l’épisode « jungle » qui finalement ne sert que d’intermède…

Nous sommes toujours dans un uchronie arcanepunk du Sengoku Jidai (= le XVIe siècle japonais). Et en accompagnant la dénommée Michiru Saruwatari nos héros font se retrouvent au port d’Harima point de ralliement d’une grande alliance menée par les clans Uesugi et Takeda. Le but des deux plus puissants guerriers du Japon est de vaincre le Kishin Vert de l’Île d’Awaji (un kaijû ressemblant fort à Yamata-no-Orochi, qui s’il est un dragon est l’équivalent de l’Hydre de Lerne dans la mythologie japonaise) !

Sauf que Tatsuomi le leader de la Grande Alliance est un fondamentaliste des traditions, et que nos héros sans clan ni bannière sont suspectés d’espionnage et immédiatement mis aux arrêts. Ce m’as-tu vu de Naotora Takeda leur vient en aide, et après un douloureux passage aux travaux forcés ils finissent par intégrer différents escadrons de l’Opération Overlord… Malheureusement tout le monde semble jouer « à qui à la plus grosse ? » (épée, force, organisation, ascendance) pour devenir le patron de son bataillon, et c’est ainsi que Musashi se retrouve dans un combat « triple menace » contre un petit binoclard prétentieux et un grand richard orgueilleux…

– Tout ce bleu ! Ce lac est gigantesque !
– C’est pas un lac, enfin ! C’est la mer !
– Quelle différence ?!

Pas fan du délire SF dans l’univers arcanepunk de l’auteur : après les motos, voici les hélicos et les chars d’assaut, et je ne parle même pas des forteresses mobiles issues d’un comic super-héroïque ou d’un épisode de G.I. JOE !
Ça va mieux côté relationship drama (même si on se passerait bien de quelques blagues « hentai »), avec Michiru Saruwatari handicapée sociale victime de tocs dès qu’elle doit interagir avec plus d’une personne à la fois (la difficulté à s’intégrer, c’est une thématique abordée dans toutes les œuvres de l’auteur). La confrontation entre Tatsumo Uesugi et notre Musashi est elle aussi intéressante, car finalement leur vision du monde est assez proche. Mais le patricien d’en haut est toujours aveuglé par des œillères aristocratiques, alors que le plébéien d’en bas qui a connu tous les malheurs du monde a ouvert les yeux depuis bien longtemps déjà…

Comme dans Magi – The Labyrinth of Magic on découvre l’univers en même temps que les jeunes aventuriers, mais autant c’était vachement bien maîtrisée dans la série précédente de l’auteure, autant ici c’est un peu chelou même si je lui fais confiance pour retomber sur ses pied.
On a toujours ce problème de la poule et l’œuf (puisqu’il faut tuer un kishin pour fabriquer l’arme permettant de tuer un kishin), et on là on balance directement le grosbillisme des familles avec le Kishin Noir qui a déjà avalé la moitié du Japon et qui continue de s’étendre… Alors oui il y a 150 ans un oni noir surpuissant a divisé le Japon entre les prêtre l’adorant comme un dieu et les guerriers le combattant comme un démon. Du coup ce n’est pas la guerre civile et l’anarchie qui ont détruit le Pays du Soleil Levant, mais la réorganisation de la population devant faire table rase du passée tout en étant coincée entre collabos et résistants. Il y avait là une mine de thématiques à exploiter, et malheureusement même s’ils sont abordés on passe bien trop vite dessus.

ATTENTION SPOILER C’est là qu’on nous déclare que le père de Kojirô était un samouraï de l’Alliance Uesugi avant de fuir avec la Déesse d’Obsidienne. Et c’est à qu’on nous montre que les Siths à sa recherche viennent en aide au Kishin Vert après avoir trucidé le Kishin Bleu. On reprend donc le thème de l’organisation secrète partisan du « diviser pour régner » qui veut dominer le monde, thème déjà présent dans la série précédente de l’auteure ! FIN SPOILERS

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This