Yamazaki Mari
Tori Miki
(scénario & dessin)

Pline, tome 9

Manga, histoire / antiquité
Publié en VF le 21 octobre chez Casterman
Publié en VO à partir de 2013 par la Shinchosha dans Shincho (« Plinius / プリニウス »)

Néron a quitté Rome pour cette Grèce dont il est tant épris. Alors qu’il prend part aux Jeux olympiques et s’adonne au théâtre ou à la musique, une nouvelle conspiration menace. De leur côté, Pline et ses compagnons parviennent à Rhodes, pour être aussitôt emmenés vers Corinthe où les attend un Néron dont l’esprit sombre de plus en plus… Cette fois, le naturaliste n’évitera pas les retrouvailles avec l’empereur.

Avec ce tome 9 intitulé L’Opium d’Andromaque la Team Pline continue son odyssée et nous visitons Rhodes, Corinthe et Tyr, et chaque destination et chaque transition sont l’occasion de développer des saynètes qui sont autant de tranches de vie. Mais ces dernières sont trop courtes, et personnellement j’aurais aimé qu’on passe plus de temps avec Félix entraîneur d’un lutteur qui n’arrive pas à concilier esprit d’empathie et esprit de compétition, avec les joyeux dauphins de la Mer Méditerranée ou avec les très touchants adieux de Tanitia…

Le fil directeur reste le game of thrones romain, car pour Néron en Grèce the show must go on ! Les auteurs s’amusent à le dépeindre en rockstar camé aux boulettes de pavots, et peut-être qu’IRL c’était un peu ça quand même. Les aristocrates romains étaient encore tous avec un balai dans le cul avec leurs petites compétitions à la con où il faut être plus riche et plus puissant que les autres dans le petit monde de l’entre-soi, alors que l’empereur était déjà dans une civilisation de la communication où il faut mettre en scène le spectacle du pouvoir vis-à-vis du peuple… L’épisode Corbulon où on met à mort le meilleur général que Rome ait connu depuis un siècle pour des raisons polico-politiciennes nous montre bien cela (et c’est la fin pour le régime néronien car on a éliminé le seul homme qui aurait pu trouver des solutions aux rébellions qui vont emporter la dynastie julio-claudienne dans la tombe) !

La compétition sportive est une des choses qui donne le courage d’affronter la vie, mais il y en a plein d’autres… Un cœur soucieux de autres, n’en voilà pas une, par exemple ? 

Tigellin le Ministre de l’Intérieur « prêt à tout et au reste » (on a inventé l’expression pour lui, c’est pour vous dire) veut comme d’autres avant lui et d’autres après lui être empereur à la place de l’empereur, mais pour cela il faut remplir 3 conditions :
1) Il faut éviter que l’Empire aux abois financier ne sombre avant qu’il ne s’en empare, mais il ne peut pas taxer les aristocrates car sinon cela remettrait en cause le suprématisme aristocratique, il ne peut pas taxer les citoyens car sinon cela remettrait en cause le suprématisme romain, et il ne peut pas taxer davantage les non-citoyens car sinon cela déclencherait des rébellions à répétition que le pouvoir n’a pas les moyens financiers de mater…
2) Il faut s’assurer que personne ne prenne le pouvoir avant lui, donc il fait en sorte de couper toutes les têtes qui dépassent parce que la concurrence c’est bien mais le monopole c’est mieux ! Nous assistons donc à des éliminations à répétition autant destiner à tuer la concurrence qu’à remplir les caisses car les biens des condamnés sont confisqués pour alimenter le fisc impérial après la bourse de Tigellin (voir condition 1)
3) Il faut s’assurer que le pouvoir soit suffisamment affaibli pour tomber comme un fruit mûr quand il aurait décidé de s’en emparer, donc il nourrit les lubies de l’empereur, lui conseille les pires décisions possibles et imaginables, et fait en sorte que les têtes quoi tombent comptent parmi les plus populaires (et les plus riches, voir condition 1)
J’aimerais bien qu’un historien nous disent combien d’homines crevarices ont survécu biologiquement ou politiquement à une telle stratégie de la la terre brûlée…

ATTENTION SPOILERS Plautina revient dans le récit et son calvaire s’arrête enfin. Mais son enfant est-il ou n’est-il pas l’héritier que Néron a tellement désiré ? FIN SPOILERS
Sinon je le redis à chaque tome, mais ça toujours un peu bizarre la cohabitation de décors ultra soignés ultra réussis et de personnages très expressifs qui le sont moins qu’ils soient plutôt réalistes ou plutôt cartoonesques…

PS: Pline ne veut pas répondre à la convocation de Néron, donc à son arrivée au port de Rhodes il demande à ses compagnons de simuler les premiers symptômes d’une maladie très contagieuse venue de l’étranger, et pour ne pas prendre de risque les soldats romains les mettent immédiatement en quarantaine stricte… Bref, les militaires du Ier siècle étaient moins cons que les managers du XXIe siècle ! (mais chut, il ne faut pas le dire pour ne pas froisser leur égo jupitérien)

note : 7/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This