Tsutomu Takahashi
(scénario & dessin)

Sidooh, tome 3

(pour public averti)

Manga, histoire / 19e siècle
Publié en VF en août 2007 chez Panini
Publié en VO de 2005 à 2010 par la Shûeisha dans le Shuukan Young Jump (« 士道 »)

Shotaro affronte Asagi au cours d’un combat à mort organisé dans le cadre de la cérémonie des cœurs purs. Face au champion du Dorentaï, le jeune garçon doit compenser son manque d’entraînement par sa volonté de survivre…

Avec ce tome 3 le récit change radicalement de direction, mais pas de ton (autre parallèle avec le Rainbow de George Abe et Masasumi Kakizaki) : c’est plus que jamais « noir c’est noir, il n’y plus d’espoir ! » 

ATTENTION SPOILERS Dans le combat à mort qui l’oppose à la jeune pousse de la secte, les dés sont pipés et Shotaro aurait dû se laisser tuer. Mais grâce aux bons conseils de, il tente néanmoins le tout pour le tout. Et c’est toujours sur ses bons conseils qu’il bluff pour sauver sa vie et celle de son frère… Le spectacle de Maître Rugi tourne au désastre, mais grand acteur celui-ce retourne sa veste en faisant des deux frères ses nouveaux protégés. Et c’est ainsi que Shotaro et Gentaro passent de victimes à bourreaux en faisant leur l’idéologie mortifère du Village du Cœur Pur qui voulaient les tuer (dès que tu as le mot « pur » dans le nom d’un groupe, tu sais que cela va gravement partir en cacahuètes)… FIN SPOILERS

En route pour la Guerre de Boshin !
Le récit reprend en 1860 avec la Purge d’Ansei. Si vous ne connaissez pas l’histoire japonaise, je vais tenter de résumer le truc. A tout début du XVIIe siècle, le Clan Tokugawa ont récolté les fruits du travail effectué par Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi, en mettant une pâtée monumental à tous ses rivaux lors de Bataille de Sekigahara avant d’unifier pour de bon le Japon. Le Bakufu c’est la dictature du Shogun, et le Clan Tokugawa qui règne d’une main de fer dans un gant de fer, en interdisant tous les contact avec l’étranger et en interdisant le christianisme à coup de dizaines de milliers de crucifixion… Les vaincus ont ruminé leur vengeance pendant 250 ans, et pour eux le fait que le régime ait cédé face aux ultimatums des Américains est une preuve éclatant de leur faiblesse, donc que le moment est venu de reprendre le pouvoir par la force. Le ton monte entre les conservateurs qui veulent chasser tout ce qui étranger, et le gouvernement réformateur qui ne sait que trop bien que la compte à rebours à la modernisation est lancé pour ne pas se faire bouffer. Le premier ministre Naosuke II lance une répression tous azimuts, et en retour il se fait assassiner par ses opposants le 24 mars 1860. C’est ainsi que tout va rapidement dégénérer en en guerre civile : c’est la Guerre de Boshin, racontée par beaucoup d’œuvres japonaises, mais aussi par dans le roman Gaijin de James Clavell…

– Y a-t-il quelque chose de plus beau qu’un visage d’enfant endormi ? Tant de douceur… Tant de pureté… Pourquoi faut-il qu’on perde tout cela en grandissant ?

Kiyozo Asakura est missionnée par Maître Rugi pour former un commando de Dirty Dozen qu’il nomme « Byakurentaï », le Bataillon Blanc.
Ce dernier doit le représenter dans la guerre de l’ombre que se livrent partisans et opposant du Shogun (avant que ne débutent de véritables batailles rangées). Bien sûr on est toujours dans une vision cynique et pessimiste du monde propre à l’auteur : les partisans du Shogun veulent juste conserver le pouvoir*, les opposants du Shogun veulent juste prendre le pouvoir, les Occidentaux veulent juste faire du business non éthique comme ils disent, et Maître Rugi veut avoir un pied dans chaque camp pour être sûr de faire prospérer sa secte hautement lucrative quel que soit le prochain régime (religion, pouvoir, et pognon : un mélange maudit)… Et dans tout ce gros merdier où se déchaînent les plus bas instints de chacun, la Team Asakura veut juste faire son boulot en touchant le maximum d’argent !

On retrouve donc les frères Yukimura devenus des enfants soldats pour le Village du Cœur Pur.
Ils doivent faire leurs preuves en ramenant la tête d’un déserteur voulant fuir les magouilles dégueulasses de Maître Rugi. Puis ils font la connaissance de leurs nouveaux compagnons d’armes : Ino un rônin jeune mais déjà très expérimenté, Mozu une ninja au cœur de pierre qui a une histoire avec le boss, et Samejima voleur et éclaireur eux sens très aiguisés… Enfin ils rejoignent à Edo les guerriers du han de Mito qui ont assassiné Naosuke II, mais ils se font attaquer par surprise dès leur arrivée : To Be Continued !

* Une fois arrivée au pouvoir ils vont reprendre et amplifier la politique de modernisation du Shogun qui étaient le prétendu moteur de leur opposition au Shogun. Et en pire car si le Bakufu avait mis en place une politique de méritocratie, l’Empire va cultiver ce bon vieux «  le peuple c’est de la merde, seules comptent les élites » alors que le Bakufu avait mis en place une forme de méritocratie. C’est donc tout à fait logiquement que dès leurs premières années de règne la nouvelle majorité va éliminer ceux qui croyaient sincèrement en leurs idées durant leurs années dans l’opposition… Des politiques quoi, la lie de l’humanité qui entend continuer à nous gouverner parce qu’ils seraient meilleurs que les autres (la bonne blague) !

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This