Matz (scénario)
hilippe Xavier (dessin)

Tango, tome 2 :

Sable rouge

Bande dessinée, polar 
Publiée le 19 octobre 2018 chez Le Lombard

Certains ont le don d’attirer la violence où qu’ils aillent. John Tango est de ceux-là. Après avoir survécu de peu à l’enfer de la Cordillère des Andes, il a repris la mer pour rendre visite à son grand-père sur sa petite île des Bahamas. Mais l’île est convoitée par la mafia locale. Les vacances seront de courte durée…

Philippe Xavier et Matz ont décidé de transformé leur standalone en serial, et au vu de son succès on ne saurait trop leur en blâmer car car vous le savez tant qu’on gagne on joue… La qualité est toujours au rendez-vous avec les bons dialogues de l’autre et les bons graphismes de l’autre (et la bonne synergie entre les deux auteurs qui semblent s’entendre comme larrons en foire), mais je trouve qu’on grille les cartouches un peu trop tôt en présentant dès ce tome 2 intitulé Sable Rouge la famille donc les origines de John Tango et en utilisant les grosses ficelles pour mettre son duo avec Mario Borgès immédiatement à contribution. On passe de l’Altiplano aux Caraïbes, avec des mafieux en conflit avec des retraités de la marine pour la possession d’un îlot devant servir de base arrière aux trafics en tous genres (à commencer par celui de drogue qui est le plus juteux) : évidemment dans ce faux paradis comme ailleurs les autorités sont aux abonnées absents car aux ordres de ceux qui payent le mieux… On est habitué aux beaux-gosses et aux belles gosses, mais vu que la joyeuse troupe est mené par Mike le grand-père de l’anti-héros présentant de faux-airs d’Antoine et de Pierre Richard (mais j’imagine sans problème que les sources d’inspiration sont sûrement autres) on se retrouve avec Les Tontons flingueurs sous les tropiques (autrement dit un revival L’Aventure c’est l’aventure) ! Quand la loi fait défaut les hors-la-loi doivent se faire justice eux-mêmes : le mélange action / humour est parfait, et les balles et les punchlines fusent…

Le calme, l’infini. Le vrai désert, c’est la mer. La vraie paix, c’est sur la mer qu’on la trouve.

Un bonne Série B bien calibrée, mais on espère un tome 3 plus pêchu avec les millions de la mafia naviguant vers Panama le royaume de la délinquance en col blanc… Ayant assisté avec impuissance au déclin irrémédiable des séries IRS, XIII, et Largo Winch j’ai quand même tendance à me méfier un peu, mais je ne désespère pas de voir se développer un buddy movie latino-américain…

note : 7/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This