Akiko Higashimura
(scénario & dessin)

Le Tigre des neiges, tome 3

Manga, histoire / XVIème siècle
Publié en VF le 09 juillet 2019 chez Le Lézard Noir
Publié en VO à partir de 2015 chez Shogakukan (« Yukibana no Tora »)

An 14 de l’ère Tenmon (1545) – Kagetora a seize ans. Kuroda Hidetada, fidèle vassal du clan Nagao depuis des décennies provoque une insurrection contre Harukage, le frère de Kagetora. Apprenant la nouvelle, cette dernière rentre immédiatement au château de Kasugayama et part en expédition punitive contre Kuroda, faisant ainsi retentir son nom jusqu’à l’extérieur de la province. La même année, Kagetora tombe sur un brigand à la taille de colosse alors qu’elle parcourt les montagnes. Fasciné par la beauté de Kagetora, le géant demande avec insistance à travailler pour elle… C’est ainsi qu’elle fait la rencontre de son futur vassal fidèle Kojima Yataro. Mais peu à peu, la force imposante de Kagetora a pour conséquence de diviser dangereusement le clan Nagao… En cette époque troublée qu’est Sengoku, le destin de Kagetora est précipité dans un engrenage vertigineux…

Dans ce tome 3 Akiko Higashinura continue de marcher dans les pas de Riyoko Ikeda la mangaka qui a fait entrer le women’s lib dans le monde des shojo avec Lady Oscar / La Rose de Versailles
D’un côté on a un grand frère faible, doux et indulgent voire apathique, et d’un autre côté une petite sœur forte, dure et intransigeante en plus d’être énergique. Alors que les seigneurs voisins s’interrogent la relation entre le seigneur et son bras droit, les seigneurs locaux testent les limites de leurs relations jusqu’à la trahison… Faut-il pardonner ou punir ? Le grand frère et la petite sœur ont chacun leurs idées sur la question. Homme ou femme, seigneur ou vassale : la mangaka habituée à des sujets plus légers parvient à dédramatiser son propre récit avec ironie et autodérision lors de ses « pauses thé »… En parallèle on suit le destin du « bon sauvage » Kojima Yatarô dont les dieux du hasard font le yojimbo de Kagetora / Uesugi Kenshin !
L’héroïne est bien consciente qu’on l’autorise à agir « en homme » parce que son aîné et seigneur a choisi d’agir « en femme », d’où sa loyauté absolue à celui qui l’a toujours soutenue. C’est ainsi qu’elle se permet de redevenir femme pour faire plaisir à sa mère dont les jours sont comptés. Mais gare à celui qui prendrait tout cela pour des signes de faiblesse ! To Be Continued !!!

Insurrection : nom fém. Action de se soulever pour renverser le pouvoir établi.

note : 7/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This