Jianhe, Zheng
(scénario et dessin)
Zhihui, Deng (dessin)

Vers l’ouest, tome 5

Manga, fantasy
Publié le 24 août 2018 chez Urban China

Loup Blanc, Ao Xué et Xuanzang ont survécu au combat contre Guanyin. C’était pourtant loin d’être gagné, car même à trois contre un, ils n’étaient pas de taille. Au final, ils ne doivent leur salut qu’à l’intervention providentielle de Tathâgata. Ils vont avoir besoin d’aide pour continuer leur quête, et alors qu’ils arrivent enfin au point de départ de la route du démon, ils vont donc chercher l’inégalable Zhu Bajie…

Avec ce tome 5 le gros kif continue ! Il y a 3 manières de lire « Vers l’Ouest » :
– une relecture antisystème d’un des plus grand mythe de l’humanité (et les auteurs fliqués par le PCC sont fous à lier de prendre de tels risques face à la censure dictatoriale de leur pays)
– une saga shenmo, l’équivalent asiatique d’un épopée la High Fantasy…
– un « Saint Seiya » chinois, et les clins d’oeil à ma saga culte sont si nombreux et si talentueux que cela en devient vertigineux !

La Team Loup Blanc guidée par le saint homme badass Xuanzang commence son périple sur la route des démons, et leur première étape est la ville de montagne des cochons géants pour recruter ce bon vieux Zhu Bajie… Mais celui qui aurait dû en être le leader en est le larbin, et quand son frère usurpateur Zhu Yonglie les prend au piège pour les tuer et leur ravir la flamme sacrée il doit choisir entre la soumission ou la rébellion : à l’image du tome 2, les auteurs étendent longuement les tourments intérieur du disciple Zhu Bajie traumatisé par les mêmes événements que son mentor et soumis aux mêmes tourments. Mais grâce à la force de l’espoir et l’amitié le sympathique cochon garou retrouve sa cosmoénergie et le légendaire râteaux à neuf dents change de camp !
On passera sur quelques gimmicks vidéoludiques, mais on notera que les auteurs reprennent le même combo que dans « Le Geek, sa blonde et l’assassin » avec un vrai-faux gentil boloss, un vrai-faux méchant beauf et une petite garce avide de grosses teubs qui manipule les deux pour obtenir le beurre, l’argent du beurre et des grosses teubs (et avec ses histoires de transformations en hulks porcins cela peut vite finir en grand n’importe quoi ! ^^)… La différence étant que le problem solver n’est plus un serial killer misophobe mais un saint homme badass (fortement membré et tombeur de meufs humaines et inhumaines semble-t-il ^^)…

Ce n’est pas grave de tomber, l’important c’est de pouvoir se relever. le.

Pendant que l’empereur du ciel et les rois asuras aiguisent leurs armes pour la guerre totale, Xuanzang envoient chier les uns et les autres pour guider humains, démons et dragons vers une troisième voie, celle qui selon les nombreux et hauts placés cultistes de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher n’existe pas, n’a jamais existé et n’existera jamais…
Le cliffhanger de fin est génialement terrible et terriblement génial : le Général Céleste de l’Est charge son meilleur assassin de tuer Xuanzang, et il s’agit de Sha Wujing le guerrier des sables ancien disciple et compagnon d’armes du saint homme badass… Prochain épisode l’histoire du petit démon qui devint un grand homme et qui pour sauver ses amis se rebella contre les dieux pour devenir l’espace d’un instant presque aussi fort qu’eux ! Have you ever feel your cosmo ? ^^
En bref les meilleurs auteurs de comics hongkongais passent un mythe universel à la moulinette pour déclarer la guerre à la ploutocratie mondialisée : Oh Yeah !!!

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This