Ian Manook

Yeruldelgger, tome 2

Les Temps Sauvages

Roman, polar
Publié le 28 janvier 2015 chez Albin Michel

Quand le vent du Nord s’abat sur les steppes enneigées d’Asie centrale, personne ne vous entend mourir. Pour Yeruldelgger, le salut ne peut venir que de loin, très loin… Afin d échapper à un complot dont il est la cible, Yeruldelgger enquête sur la mort d une prostituée et la disparition de son fils adoptif, tandis que ses équipiers cherchent à élucider deux morts très étranges. Leurs recherches les mènent aux confins de la Mongolie, de la Russie et de la Chine, ainsi qu au Havre, où la découverte des cadavres de 6 jeunes garçons dans un container va donner à cette affaire une toute autre dimension.

Qu’est-ce que c’est que ce sac de noeuds de 580 pages ??? J’aimerais dire que cela jump the shark très rapidement, mais en fait ça jump the shark tout le temps… (sans parler des What The Fuck ? et des Deus ex Machina)

Trop c’est trop ?
L’IGS (ça existe en Mongolie ?), la Sécurité Nationale (ça existe en Mongolie ?), les services secrets chinois, Vladimir Poutine, le FSB et les mafias russes, Angela Merkel et le Bundesnachrichtendienst, David Cameron et le MI6, des enlèvements, des assassinats, des trafics de clandestins, du vol à la tire à l’échelle internationale pour au final un banal règlement de compte entre homines crevarices… OK, on est dans un mélange entre Rocambole et John le Carré avec un John McLane des plaines, mais passé un cap le joyeux délire de la Série B jamesbondienne devient juste un gros nanard à la Steven Seagal et j’ai arrêté de chercher à comprendre la logique du roman policier où criminels et enquêteurs mettent tous la charrue avant les bœufs. Pire, je ne savais même plus pourquoi on avait commencé par deux scènes de crime à la « Les Experts Mongolie » / « NCIS Oulan Bator », dont tout le monde y compris les enquêteurs et les lecteurs finissent par se contrefoutre (qui était le cavalier gelé ? OSEF ! Pourquoi il a été écrasé par yack jeté d’un hélicoptère ? OSEF !! Pourquoi des bidasses en délire ont-ils été tués à cause de cela ? OSEF !!! Bref faire simple et cohérent quand on peut faire compliqué et incohérent…)
Et pour ne rien gâcher, l’auteur se fait plaisir avec Armen l’Arménien (humour j’imagine), le barbouze au placard qui reprend du service. Allez zou, déjà que cela part des tous les sens parfois sans aucun sens, il faut ajouter Laurent Fabius, la DSGE, la BAC et la Ferroviaire, OSS 117 et Jason Bourne avec l’inévitable évocation du génocide de 1917… Soupirs

Des milliers d’assauts quotidiens de petites turpitudes, de bassesses, de méchancetés, de jalousies qui se formaient en tourbillons pour devenir des vols, des crimes, des assassinats. Son métier ne lui donnait à voir que le côté obscur de l’humanité.

N’importe quoi ?
Le personnage principal qualifié de ninja shaolin (sic), emprunte consécutivement à Kojak, Dirty Harry, Starsky et Hutch, Crockett et Tubbs, Rick Hunter, Martin Riggs, Robert Goren, Horatio Caine et surtout Chuck Norris. OK l’auteur l’envoie où il veut le voir sévir à grands coups de révélations à la Docteur House, sans se soucier de la cohérence de l’ensemble (genre le gros délire à la Tarantino sur le hockey européen en pleine séance de passage à tabac…). Mais malgré le second degré et l’autodérision cela se prend quand même au sérieux avec moult passages dignes d’un polar nordique sur la misère urbaine d’Oulan-Bator, la misère rurale des steppes infinies, les cités minières pourries de Russie et les cités dortoirs pourries de France… Yourtes, isbas, banlieues même combat ? L’auteur s’attarde maintes fois pour basher l’héritage du Régime d’Avant aka celui de l’URSS, mais quand on voit le résultat de 25 ans de capitalisation et de libéralisation des pays anciennement soviétiques il faut parfois bien plisser des yeux pour voir les différences… Avant t’étais pauvre et dans la merde, maintenant t’es pauvre et dans la merde, mais avec un i-machin pour aller râler sur les réseaux sociaux et aller voir les überrichs péter dans la soie… Ironie inside j’espère ? Oui parce que dans la Mongolie de Ian Manook, tous les protagonistes de l’intrigue ont un i-phone TM, un i-tab TM, un mac-book TM… Bonjour la suspension d’incrédulité !!! (sans parler de la facilité pour les jeunes diplômés de trouver un emploi dans la conception et la maintenance de sites web, des distributeurs automatiques des derniers sodas light à la mode, des centres commerciaux type mall et des cybercafés dans un pays où un tiers de la population est encore nomade… ou de la couverture intégrale du pays par Google Maps à laquelle n’importe quel quidam peut accéder… mdr) Sinon que reste-il des autres personnages ? Solongo ne sert à rein, Gantulga est cantonnée au rôle de MacGuffin, et Oyun est de nouveau le centre d’intérêt de toutes les scènes grimdark du récit (censément traumatisée par ce qu’elle a subi dans le tome 1, elle s’envoie en l’air dès les premiers chapitres du tome 2 avec un couple adepte du triolisme à voile et à vapeur… c’est n’importe quoi !)

 

Plus que jamais on sent le polar occidental mainstream plaqué sur un décor exotique pour être plus vendeur, mais pourquoi raconter une histoire qui se déroule en Mongolie pour se retrouver avec un personnage principal qui cite Victor Hugo, Voltaire, Lamartine et Baudelaire à tout bout de champ ? Après cela reste un page-turner qui remplit son office grâce aux capacités de dialoguiste de l’auteur, et pas mal de répliques m’ont bien fait rire quand même (genre les truffes de l’opération « Goldorak »)… Mais je ne serai pas du tome 3, car les nombreuses descriptions culinaires mongoles, russes ou françaises ne compensent pas la pénibilité de devoir se caguer le placement commercial de tous les véhicules automobiles ou de tous les i-machins créés par Steve Jobs.

note : 4/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This