David Chauvel (histoire),
David Chauvel, Mélanie Andoryss & Patrik Wong (scénario)
Jérôme Lereculey (dessin)

Les 5 Terres, tome 2 : « Quelqu’un de vivant »

Bande dessinée, fantasy
Publiée le 08 janvier 2020 chez Delcourt

Mileria est morte, poignardée par son propre père, et ses secrets sont morts avec elle. Astrelia est la seule à comprendre ce qui s’est passé et n’a de cesse de découvrir qui a trahi sa sœur aînée. Mais elle n’est plus en position de force, car ce sont ses cousins qui font désormais la loi à Angleon : Hirus, l’aîné, successeur désigné du Roi, Moron, son frère en quête d’affirmation, et le discret Mederion. Trois frères moins unis qu’ils n’en ont l’air…

C’est désormais officiel : David Chauvel, Mélanie Andoryss et Patrick Wong ont intégré la liste de plus en plus longue d’auteurs de bandes dessinées dégoûtés par Macron, la Macronie et le macronisme…Ça alors, c’est complètement raccord avec ce qui se passe en France où il ne s’écoule pas un jour sans qu’un ministre LREM ou un député LREM insulte ceux qui n’appartiennent pas à la race supérieure des winners ! Ici dès qu’un personnage accède à la moindre parcelle de pouvoir il se met à pratiquer la novlangue avec un triple langage (avec un triple visage, et avec un triple cœur) : un langage publique pour manipuler les masses, un langage privé pour protéger ses intérêts de classe, et un langage intime pour renforcer à l’infini ses petits intérêts bien calculés…

Tout commence avec deux personnages qui conversent dans l’obscurité la plus totale : une porte s’ouvre, la lumière pénètre et on s’aperçoit qu’il n’y a qu’une seule personne… Le ton est donné !
Astrélia est en deuil de la mort de son père le roi Cyrus et de sa sœur Miléria qui a raté son coup d’État à cause d’elle. C’est donc le gros butor Hirus qui devient roi en mettant directement les pieds dans le plat (on va le surnommer Donald Trump) : il veut la guerre préventive contre les ours parce qu’il est persuadé qu’entre lui et la réalité c’est la réalité qui a tort et qui doit plier à sa volonté. Il se met tout le monde à dos y compris sa propre famille, ce qui ne fait qu’aviver toutes les tensions…
Tous les protagonistes du drames savent qu’ils n’ont fait qu’aggraver les choses au lieu de les apaiser (coucou Édouard Philippe, il n’est jamais trop tard pour bien faire au lieu de s’entêter à déclencher la guerre civile), et c’est ainsi qu’Hirus avale sa copie en reprenant à son service Sameus qu’il venait juste de renvoyer, et que Lereas laisse monter Goromio monter en grade sur son dos pour protéger ses arrières…
– après avoir rempli son dernier contrait Kirill le chasseur de prime canin offre ses services à qui veut bien les acheter
– Astrélia décide d’organiser d’elle-même sa fuite avant qu’on dévoile publiquement son embarrassante situation
– pour vivre leur amour au grand jour les otages Eren et Leona n’ont d’autre choix que l’évasion : Bakhek pense qu’il n’y aucun échappatoire mais Genkin déclare avoir la solution
– Silis défie en duel le surdoué Delliana évasif sur son passé, son père et son oncle (on va l’appeler D’Artagnan), et comme il est mauvais perdant il commet l’irréparable avant de trouver la mort… Kara et Delliana vont trouvé le capitaine Blasserius pour prouver leur innocence avant de découvrir que ce derneir est un alter ego de Norman Bates (remember Psychose d’Alfred Hitchcock)

– Ah oui, le silence… C’est ce qui nous tuera tous.

Angleon c’est l’Angleterre : derrière les beaux discours sur la la supériorité de leur civilisation il y a la brutalité du suprématisme… Leur flotte leur sert de bouclier et les félins défendent leurs intérêt économiques par la force militaire et les félins défendent leurs intérêts militaires par la force économique : la concurrence c’est bien mais le monopole c’est mieux, surtout quand on est prêt à tout et au reste pour que celui-ci dure éternellement ! Mais le suprématisme se fait aussi en interne : les tigres vantards et les lions taciturnes se regardent comme chiens de faïence, et les uns comme les autres considèrent les autres félins comme des citoyens de seconde zone… Revoilà donc cet élitisme à la con qui finit toujours en dictature ou en guerre civile, mais les élites s’en moquent car elles pensent être au-dessus du commun des mortels et des malheurs qui les frappent…

On nous décrit en long en large et travers cette fameuse Bataille de Dhakenor qui a fait la célébrité du Roi Cyrus, victoire acquise par perfidie le plus abjecte autant sur le dos de ses ennemis que de ses alliés, le héros étant un salaud n’ayant pas hésité à sacrifier sa propre famille pour dorer son blason. Et la malédiction continue : ATTENTION SPOILERS le dîner de famille devant réconcilier la famille royale se conclut par jeu de massacre et la nouvelle mort d’un roi… FIN SPOILERS
Amis lecteurs et amies lectrices vous allez être obligés / obligées de lire cet album 2 fois : la première fois pour vous prendre le cliffhanger de fin en pleine gueule, la deuxième fois pour voir comment comment la petite merde qui prétend apaiser les conflits ne fait que jeter de l’huile sur les feux qu’elle a elle-même déclenchés (on va l’appeler Emmanuel Macron)… Et pour ne rien gâcher c’est au final Le Trône de Fer sans les défauts du Trône de Fer !

note : 9/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This