C.J. Cherryh

Chanur, tome 2 :

L’Épopée de Chanur

Roman, science-fiction / space opera
Publié en VF en novembre 1986 chez J’ai Lu
Publié en VO en 1984 chez  Phantasia Press (« Chanur’s Venture »)

Oui, un jour, Chanur et Tully s’étaient déjà rencontrés : elle, la navigante extraterrestre, la belle créature mi-femme mi-fauve, lui, l’homme à la peau étrangement nue et pâle. Et cette rencontre avait valu à Chanur la haine des siens et de toute la Communauté non terrienne. Attaquée, traquée, elle avait su riposter avec succès.Or, voici que Tully réapparaît, porteur d’un contrat qui offre à l’astronef de Chanur toute la liberté et toutes les richesses de l’espace humain. Et un asile, en cas de danger. Peut-elle trahir sa Communauté ? Si elle acquiesçait, serait-ce par cupidité ou parce que Tully, l’être différent, le citoyen d’un monde inconnu, exerce sur elle une fascination inavouée ? Mais ne lui tend-il pas un piège ?

Dans ce tome 2 intitulé L’Épopée de Chanur, on prend les mêmes et les on recommence… Sauf que Tully n’est plus un prisonnier en cavale que tout le monde convoite mais un ambassadeur en mission que tout le monde convoite : c’est reparti pour une poursuite intersidérale avec les Kifs qui se tirent dans les pattes, les Mahendo’sat dont on ignore s’ils jouent un jeu, un double jeu ou un triple jeu, les Stsho qui manipulent tout le monde à moins qu’ils ne soient eux-mêmes manipulés, et les Knnn que personne ne comprend et que personne n’ose affronter… et les humains qui déboulent dans la Communauté en voulant punir les Kifs de leurs actes de cruauté et de barbarie mais qui les confondent avec les redoutés et redoutables Knnn !

On retrouve tous les personnages du tome 1 auxquels s’ajoutent les nouvelles créations de l’auteure pour le diptyque formé par les tomes 2 et 3, et on donne à nouveau dans le féminisme par l’absurde avec Khym l’ex-mari de Pyanfar qui sur le vaisseau L’Orgueil de Chanur est cantonné aux tâches ménagères car les femelles considèrent les mâles comme inaptes à toute activité digne de ce nom. Mais à force de côtoyer Tully l’intrépide capitaine Pyanfar se demande si chez les humains les mâles sont capables de quelque chose d’acceptable…

L’héroïsme raccourcit l’espérance de vie. 

Après j’ai aussi retrouvé le problème de narration que j’avais signalé pour le tome 1 : nous suivons l’intrigue à travers Pyanfar le leader du Clan Chanur pour qui tout est évident car elle maîtrise les us et coutumes de sa civilisation et les ficelles et les arcanes de son univers, mais rien de tout cela n’est évident pour les lecteurs et les lectrices pour lesquels et lesquels l’auteure ne fait guère d’effort d’explication (ça et les très nombreux passages en sabir, les expressions idiomatique extraterrestres qu’on ne peut pas comprendre, les problèmes de tablettes traductrices humain/hani et les modes de communications méthaniennes que personne ne comprend).

Ce tome nous laisse au milieu de l’intrigue avec Pyanfar se lançant au secours d’Hilfy et Tully enlevés par une faction kif, donc To Be Continued j’imagine ?

note : 6-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This