Sokura Nishiki
(scénario & dessin)
d’après Tsukasa Hojo

City Hunter Rebirth, tome

Manga, polar / humour
Publié en VF le 01 juillet 2021 chez Ki-oon
Publié en VO là partir de 2017 par Tokuma Shoten dans Comic Zenon (« Kyou Kara City Hunter »)

Grâce à City Hunter, le kidnapping des frères Snake a échoué et J. J., débarrassé de ses vieux démons, peut enfin commencer une nouvelle vie ! De son côté, Sayuri a finalement décidé de confier sa sœur à Ryo… La jeune femme sait en effet que la place de Kaori est aux côtés de l’homme qu’elle aime.
Peu après, tandis que l’équipe cherche une nouvelle mission, Ryo tombe nez à nez avec une vieille connaissance aussi belle que dangereuse : Rosemary Moon, son ancienne partenaire, aussi connue sous le nom de Bloody Mary ! Seulement, le célèbre nettoyeur ne semble pas très heureux de la revoir…

Ce tome reprend l’arc Et le Popotin se retourna, commencé dans le chapitre 196 de la série d’origine, non du point de vue de Ryo, Kaori et Bloody Mary, mais d’Umibozu et de Saori. Saori veut s’impliquer dans la saga de ses personnages préférés, mais Umibozu fait tout pour l’en dissuader. Mais on a toujours besoin d’un plus petit que soi (contrairement à ce que dit l’idéologie suprématiste de la ploutocratie mondialisée qui décidément semble davantage descendre du rat et non du singe).
C’est ainsi que c’est sous la supervision de l’expérimenté Umibozu que l’inexpérimentée Saori désamorce un nouveau prototype de bombe américaine ramené au Japon par David Clive le terroriste de l’enfer… Car on peut toujours compter sur les USA, pays presque constamment en guerre depuis sa naissance, pour inventer des engins de morts et les confier aux pires ordures de la planète pour les tester à leur place… Mais bon, tout est bien qui finit bien, hein ! (en fiction évidemment, car IRL tout cela va mal finir)​

– Alors comment se fait-il que vous viviez sous le même toit que Ryo, vous deux ?
– Euh… Moi, je profite honteusement de leur hospitalité…
– Et moi, je suis sa partenaire de travail !
– Ah oui ? Ses goûts ont bien changé avec le temps !
– « Ryo a viré de bord, il préfère les hommes ! » Très drôle ! On ne me l’avait jamais faite, celle-là ! Je suis une femme ! Ça se voit, non ?!

C’est là que s’ouvre un nouveau récit, et Saori ne sait pas quoi faire car il n’a jamais été raconté dans la saga City Hunter. Car c’est en désespoir de cause que Saeko vient demander l’aide de City Hunter ! Le Japon est inondé de LSD par une puissance étrangère en quête d’argent facile, et les élites autoproclamées japonaises ferment les yeux pour toucher leurs trente deniers d’argent qu’elles s’empressent de placer sur des comptes off-shore chez des délinquants fiscaux (que les économistes traîtres à l’humanité ose qualifier de « paradis »)…
C’est ainsi que City Hunter se frotte à Robert Steiner, le PDG du groupe Bibirwa, ex-membre de l’armée latuanienne en tant que chef des gardes du corps du Général Kreuz, putschiste récidiviste dans son pays… Bien sûr ce dernier flash sur Kaori, et cette dernière devient le sésame pour infiltrer le club privé dans lequel le PDG félon (pléonasme ?) passe du bon temps en dehors du boulot et des complots !

J.J. principal apport de Sokura Nishiki à la série d’origine brille étonnamment par son absence. Mais est-ce que Saori a compris qu’apparaissent ici les antagonistes du dernier tome de City Hunter ? To Be Continued…

note : 6/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This