Koyoharu Gotouge
(scénario & dessin)

Demon Slayer

tome 9

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 16 juillet 2020 chez Panini Manga
Publié en VO de février 2016 à mai 2020 par la Shūeisha dans le Weekly Shōnen Jump (« 鬼滅の刃 / Kimetsu no Yaiba »)

Tanjiro, Zenitsu et Inosuke sont partis en mission dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara avec Tengen Uzui, le pilier du son. En effet, c’est là-bas que les trois kunoichis de Tengen, envoyées en reconnaissance pour débusquer un démon, ont disparu. Pour mener leur enquête dans les maisons des courtisanes, Tanjiro et ses compagnons doivent se déguiser en filles. Mais malgré tous leurs efforts, le démon semble introuvable. Nos héros réussiront-ils à le débusquer avant qu’il ne dévore les courtisanes ?!

C’est quand même dingue une œuvre qui refuse d’exploiter son potentiel pour recourir à de grosses ficelles devenues depuis le temps des clichés éculés…

Ce tome 10 intitulé « opération infiltration au quartier des plaisirs de Yoshiwara » voit Tanjiro, Zenitsu et Inosuke se déguiser en employées de maison close pour retrouver les trois jeunes épouses de Tengen Uzui à la fois maître ninja et Pilier du Son. Le leader de l’opération est à la fois crâneur et cabotineur, sans parler du fait que graphiquement il est impossible de savoir s’il porte un turban ou s’il plaque ses cheveux sur son crâne après du gel (hommage à Jotaro Kujo de Stardust Crusaders dont on se savait où se situait la frontière entre sa casquette et ses cheveux ?). Tanjiro est effacée mais gentille et travailleuse, Innosuke est jolie mais stupide, et Zenitsu compense son manque de sex appeal par un bel enthousiasme : niveau gags sur le travestissement, on est à des années lumières en-dessous de Family Compo de Tsukasa Hojo…

Les vainqueurs sont ceux qui survivent.

Il y aurait pu avoir matière à critique sociale avec une civilisation passée où la pauvreté oblige à se prostituer pour les plus fortunée, et une civilisation actuelle qui refuse de qualifier comme déviants les rapports sexuels avec les moins de 13 ans (voire les moins de 11 ans), mais c’est quasiment balayé d’un revers de la main…
Mais pire encore tout l’aspect investigation est réduit à portion congrue car on identifie immédiatement comme étant super-vilaine of the week la courtisane de haut rang suprématiste qui prend tout le monde de haut et qui prend son pied en faisant du mal aux autres. Et on n’est pas loin du fanservice pompier avec la super-vilaine of the week qui passe de oiran à obi à bombasse en bikini alors même que j’ai repéré plein de trucs fumés que je vais charitablement oublier de mentionner sous peine de rager…

note : 6-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This