Takumi Yanai (scénario)
Satoru Sao (dessin)
d’après Takumi Yanai

Gate, Au-delà de la Porte, tome 15

Manga, fantasy / portal fantasy
Publié en VF le 28 août 2020 chez Ototo
Publié en VO chez Alphapolis à partir de juillet 2011 (« ゲート 自衛隊 彼の地にて、斯く戦えり / Gēto jieitai kanochi nite, kaku tatakaeri »)

20XX, un été dans le quartier de Ginza en plein cœur de Tokyo, une mystérieuse porte donnant sur un monde parallèle apparaît brusquement. De celle-ci surgissent des monstres et des soldats d’un autre temps… La confrontation entre la Garde du palais du martin-pêcheur et l’armée impériale touche à son terme. La vice-ministre Shirayuri ainsi que toute son équipe sont évacués sains et saufs dans le campement d’Alnus en hélicoptère, et les prisonniers diplomatiques de la prison de Bazun sont eux aussi libérés par les forces d’autodéfense japonaise. Mais la situation reste cependant dangereusement instable…

Je ne connais pas du tout les light novels, mais force est de constater avec ce tome 15 que l’adaptation animée est mieux balancée que l’adaptation manga… (c’est ainsi frustrant qu’on incruste un gag coquin entre deux passages hyper-sérieux, ici Itami devant expliquer le fonctionnement des préservatifs à un harem de nanas qui en veulent à son chibre)

Dans un 1er temps nous avons Bozes Co Palesti qui se lance au secours de Pina Co Lada, Beefeater qui se lance au secours de Bozes Co Palesti, et le Colonel Kengun qui sans parler la langue de l’une et de l’autre se lance au secours de l’une et de l’autre… Et ouais, il y a des gens qui ont des valeurs et des gens qui n’ont aucune valeur genre les crevards qui nous gouvernent du plus haut au plus bas échelon de cette martingale pour certains et de cette misère pour les autres qu’est notre barnum politique !

Dans un 2e temps nous avons l’Empire qui comme n’importe quel gouvernement en manque de légitimité se met à terroriser sa propre population dans l’espoir de remporter les prochaines élections (suivez mon regard du côté de ceux qui jactent « insécurité »)… C’est ainsi que l’armée officielle se met à soutenir des malandrins underground choisis à dessein qui pillent et tuent à tout va, et que le chef du village de Leilei devient une cible à éliminer car en récupérant deux enfants il a vu ce qu’il n’aurait pas dû voir… Et au moment où la tragédie semble inévitable survient un bon vieux Deus Ex Machina des familles !

Les stratégies les plus abjectes sont souvent les plus efficaces. Mais si on entre dans leur jeu, on pourrait bien ne plus s’en dépêtrer.

Dans un 3e temps, la Team Itami arrive à la capitale où le Prince Zorzal espère se refaire la cerise avec des ogres en armure lourde alors que la Princesse Pina Co Lada constate que si on se défend en fuyant on est un traître et que si on se laisse faire en ne fuyant pas on est aussi un traître… Comme vous le savez, les idéologues ont du mal avec la réalité qu’ils préfèrent tordre dans tous les sens plutôt que de l’affronter (droitistes, gauchistes, écologistes, féministes, islamistes, christianistes et tutti quanti, rayez les mentions inutiles). Heureusement que nous sommes dans une fiction et que la justice immanente ne va pas tarder à frapper parce que sinon il y aurait de sérieuses raisons de désespérer !!!

Pour ne rien gâcher à chaque étape du récit les auteurs n’oublient pas de dézinguer à tout va les gouvernants incompétents et les journalistes complices, ces deux fléaux de nos sociétés modernes…

note : 7/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This