Takashi Nagasaki (scénario)
Kôji Kôno (dessin)

Inspecteur Kurokôchi, tome 22

Manga, policier
Publié en VF le 28 mai 2020 chez Komikku
Publié en VO de février 2012 à juin 2018 par Nihon Bungeisha dans le Weekly Manga Goraku (« クロコーチ, Kurokōchi »)

Grâce à l’attentat à la bombe et à l’élimination de ses trois concurrents qu’il a lui-même orchestrés, Kazunari Sawatari obtient une victoire écrasante aux élections du Parti Libéral-Nationaliste. Et sa nomination à la tête du parti signifie son accession à la place de Premier Ministre !! Sawatori est deux doigts d’instaurer son gouvernement de terreur !! A la dernière minute, Kurokôchi découvre cependant un atout inespéré contre lui ! Alors qu’il est pris pour cible par Grey, la police des polices, il se lance dans son dernier combat pour arrêter le monstre !! Le scénario de l’effondrement du Japon s’accélère dans ce tome empreint de terreur et de dévastation !!

La série arrive sur la fin et on passe de l’humour noir à la tragédie en bonnes et dues formes…

– Les attentats revendiqués par le prophète de Pure Dharma-Kyô de multiplient, plongeant le Japon dans la terreur… Et tandis que les autorités envoient une fois de plus toutes les forces de sécurité du pays en chasse-patate, c’est le justicier ripou qui malgré « un mystère en chambre close » résout tout en deux coups de cuillères à pots à l’aide de ce bon vieux « cui bono ? »… Car en effet, chaque nouvel attentat semble savamment dosé et joliment orchestré pour déroulé le tapis rouge à cette ordure de Sawatori : nous sommes dans l’exemple le plus parfait de la théorie du choc ! (à savoir foutre la trouille aux gens pour qu’ils ne pensent plus et se rallient au premier guignol qui lui promet la fin du désordre)

– Les éléphants du parti au pouvoir depuis 1945 sont prêts à tout et au reste pour conserver leur rang, leurs rentes et leurs privilèges, y compris à confier la direction de leur pays à un serial killer sans foi ni loi (car Sawatori n’agit même pas par ambition ou par cupidité, mais seulement par vice)… Comme le dit le proverbe chinois « le poisson pourri toujours par la tête » : alors que des flics de terrains se décarcassent pour coffrer le politicard serial killer, leurs supérieurs s’empressent de leur mettre des bâtons dans les roues pour que leurs carrières ne pâtissent pas d’avoir froisser l’ego du futur maire / député / ministre / président (rayez les mentions inutiles)…

– Vous n’avez vraiment aucun scrupule…
– C’est ça, l’essence du terrorisme !

Parfois toute la force du monde ne sert à rien : remember Gilgamesh, Héraclès, Achille, Siegfried… Le justicier ripou s’est battu seul contre pour tous protéger un témoin clé tous en pure perte. Pour que le mal triomphe il suffit que les gens de bien ne fasse rien, et comme les gens de bien ne font rien c’est à quelqu’un de mauvais d’être obligé de se lancer dans une ultime croisade. Après les viols, tortures et autres actes de barbaries l’autre kif du notable friqué Sawatori est humiliation de ses ennemis : c’est tout naturellement qu’en tant que nouveau Premier Ministre il convoque tout ceux qui ont essayer de le stopper pour mieux les bolosser. C’est sous-estimer le justicier ripou qui est prêt à sacrifier sa vie pour rendre la justice et venger les innocents : To Be Continued pour la conclusion de la série dans le tome 23 !

note : 8+/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This