Hirohiko Araki
(scénario & dessin)

JoJo’s Bizarre Adventure, Arc 8 :

Jojolion, tome 22

Manga, fantastique / polar
Publié en VF le 24 novembre 2021​ chez Delcourt / Tonkam
Publié en VO à partir de 2011 par la Shueisha dans Ultra Jump (« JoJo no Kimyou na Bouken – JoJolion / ジョジョの奇 »)

Ayant flairé qu’un secret se cachait derrière la famille Higashikata, Ojiro apparaît devant Tsurugi. Dans quel but ? Pendant ce temps, Josuke et Mamezuku essaient de se confronter au mystérieux directeur de l’hôpital. Mais le stand de celui-ci se déclenche ! A partir de là, toute tentative pour s’approcher de l’ennemi semble vaine. Que vont-ils pouvoir faire ?!

Plus on s’approche de la fin d’un arc de JoJo’s Bizarre Adventure et plus cela devient bizarre. Mais bien sûr tout cela fait partie de l’ADN de la saga…

Dans un 1er temps, nous retrouvons Ojiro Sasame le surfeur autoproclamé rendu fou par Kira mais qui semble ici avoir subi une bonne psychothérapie. Et il essaye de s’emparer du fruit du miracle en manipulant Tsurugi grâce au pouvoir de son stand (car en effet il fait ce qu’il veut de celui sur lequel il a déposé la marque).

Sauf qu’avec le pouvoir d’illusion défensif de Tsurugi et le pouvoir thermique offensif de Jobin il s’oppose à forte partie et tout se termine avec deux cadavres dans une piscine…

En enquêtant, on arrive à tout savoir !

Dans un 2e temps, nous suivons Josuke Higashikata toujours en pleine crise d’identité depuis qu’il sait qu’il est la résultante de la moitié de deux êtres, et l’agronome Mamazuku qui en sait trop pour être honnête. En dressant un plan pour démasquer le boss de fin ils font les frais de son effroyable stand. En effet ce dernier dispose d’une portée inimaginable, et se déclenche automatiquement dès qu’on se met à la recherche de son détenteur en provoquant au hasard les pires calamités qui soient…

Cerné par la police et par une pluie transperçante, Josuke tente le tout pout le tout quitte à tout perdre !!! Dans le même temps Tooru continue de vouloir renouer avec Yasuho, et après se l’être joué gros queutard, il se la joue grand poète. Plus louche tu meurs…. En voilà un qui une bonne tête de bosse de fin !

 

PS : dans le tome précédent j’avais évoqué dans la partie horreur scolaire fictionnelle l’horreur scolaire IRL… Et bien force est de constater que l’école de la confiance de Blanquer fait plus de ravages que jamais :

– lundi, un collégien rue de coup le visage de sa prof de maths jusqu’a le mettre en sang parce qu’elle avait touché toujours sa trousse et sa calculatrice pour l’obliger à faire ses exercices : aucune réaction du ministre, du recteur, et du chef d’établissement tous en mode « autruche » puisqu’aucune image n’a filtré de l’événement…

– mardi des lycéens tirent au mortier dans leur établissement et les agents d’entretien et les pompiers n’arrivent pas à éteindre les débuts d’incendie car tous les extincteurs ont été sabotés… Aucune réaction du ministre, du recteur, et du chef d’établissement tous en mode « autruche » puisque les images ont filtré mais ont ne voit pas personne dessus et elles n’ont pas provoqué de polémiques…

– mercredi, après plusieurs avertissements, un enseignant d’EPS est obligé d’exclure un lycéen en le prenant par le bras… le lendemain il est convoqué par son chef d’établissement pour une mise à pied à effet immédiat de 15 jours décidée dans la nuit par la grâce du Saint Esprit par le recteur sans aucune enquête sur les faits concernées. Donc il se torche le cul avec la présomption d’innocence, et pour un représentant de la République bafoue toutes les lois de la République, et puis c’est dingue toutes ces racailles qui parviennent à joindre le rectorat à toutes heures de la nuit et du jour tous les jours de la semaine alors que ces mêmes gens ne répondent à leurs salaries qu’au bout de deux mois comme le préconise la Loi Macron II)

Je vais être clair et net : je prédis une pénurie de goudron et de plume pour quand tous ses gens ne seront plus protégés par Banquer le paratonnerre de Jupiter ! L’école publique est déjà morte, mais elle ne le sait pas encore. Merci qui ? Merci Oncle Fétide alias Banquer issu des business schools ultralibérales qui veulent tout privatiser et qui sévit dans les couloirs du ministère depuis 2009 (là où les choses ont commence à se dégrader à grande vitesse) après avoir baissé son froc devant tous les lobbies extrémistes de l’Académie de Créteil (il aurait même reçu un prix d’islamisme de la part des salafistes locaux, c’est dire à quel point ce mec est un paillasson en plus d’être un traître à la nation !!!)…

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This