Yasuhisa Hara
(scénario & dessin)

Kingdom, tome 14

Manga, histoire / antiquité
Publié en VF le 13 février 2019 chez Meian
Publié en VO depuis 2006 par la Shueisha dans le Shuukan Young Jump (« キングダム »)

Alors que la situation tournait à l’avantage de Qin, Zhao profite de l’obscurité pour attaquer son ennemi et lui causer de lourdes pertes. L’unité Hi Shin ayant échoué à contenir les charges dévastatrices de Houken, général en chef de Zhao, Kyoukai et Shin décident d’occuper celui-ci afin de permettre à leurs camarades de s’enfuir…

Dans ce tome 14, l’affrontement entre Houken et l’unité Hi Shin est un détournement de l’affrontement entre Zodd l’Immortel et la Bande du Faucon dans Berserk. D’ailleurs l’auteur pousse le vice à donner aux uns et autres les répliques de la scène d’origine. Houken peut découper une escouade entière avec un seul coup de hallebarde, et ni Shin, ni Kyoukai ne parviennent à le stopper. S’il peut saigner on peut le tuer, mais le général Mangoku le Sadique déboule avec ses troupes, donc malgré les renforts ramenés par le commandant Kanou les soldats de l’unité Hi Shin doivent faire retraite dans les bois. Ils pensent pouvoir fuir à la faveur de la nuit, mais ils sont poursuivis sans pitié comme des bêtes traquées… C’est une longue nuit pour les soldats prêts à l’ultime sacrifice pour sauver la vie de leurs leaders.

Au matin, le général Ouki décide d’effectuer une sortie pour remotiver les troupes. Le général adverse Shômo le Destructeur pense que c’est l’heure d’entrer dans la légende en massacrant l’Oiseau Colossal de Qin. Mais cet abruti ne fait même pas un pli ! L’offensive reprend donc de plus belle, et au cœur des montagnes et des collines le général Moubu tombe sur le camp central de Zhao et sur le général Houken ! Ah ça, c’est du bon cliffhanger de fin !!!

La guerre est traîtresse par nature.

Encore une fois beaucoup de rythme et aucun temps mort. Encore une fois beaucoup de personnages, chacun d’entre apportant sa pierre à l’édifice de la victoire comme le montre très bien l’illustration de couverture, et certains vont tirer leur révérence de la plus belle mais de la plus triste des manières.

Encore un excellent tome dans une excellente série ! D’un côté on a de vieux trucs de shonen nekketsu qui fonctionnent bien, genre Taku Kei, Bihei et Bitou qui réalise un triple combo défensif en s’interposant entre Shin et Houken dans la plus pure tradition de Saint Seiya. Et d’un autre côté on a beaucoup de pudeur et de la mélancolie, comme quand Shin accompagne son sauveur jusqu’à ses derniers instants sur terre : une fois encore, parfois toute la force du monde ne sert rien… Pour notre héros Houken doit mourir, mais cela va prendre bien des tomes avant qu’il ne soit suffisamment fort pour l’affronter sur un pied d’égalité, la lance de la victoire dans la main droite, le bouclier d’invincibilité dans la main gauche. Fureur et mélancolie : le destin est en marche, Oh Yeah !

note : 9-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This