Mark Atkins (réalisation)
Mark Atkins & Jeffrey Giles (scénarisation)

Knight of the Dead

Film, fantastique / horreur / zombies
Sorti en 2013

Chassés par des assassins qui en veulent à leur cargaison, un groupe composé de chevaliers et d’un moine va devoir escorter le Graal à travers la vallée de la mort infestée par des zombies, un périple qui ne s’annoncera pas de tout repos…

Le titre est déjà un jeu de mots sur le référentiel Night of the Dead. C’est un film de zombies médiévaux, mais c’est d’abord et surtout une série Z.

Dans un film de zombies classique, les protagonistes du survival coincés dans une zone de sécurité relative doivent traverser une zone de danger absolue infestée de morts-vivants pour rejoindre une zone de sécurité absolue. Ici après une introduction d’une médiocrité sans nom caractéristique du tâcheron Mark Atkins (images cheap sur fond de voix off sérieuse, que veulent les chevaliers ? on n’en sait rien presque. Que veulent leurs adversaires ? on n’en sait rien. Qui sont-ils ? on n’en sait rien et on saute d’une scène à l’autre avec les fautes techniques d’un fanfilm), les protagonistes vont d’eux même dans la zone infestée de zombies malgré les avertissement explicites et tournent en rond dans la vallée maudite sans penser à retourner sur leurs pas. Pour le reste on reprend tous les stéréotypes du film de zombies classique.

Les acteurs ont la gueule qu’il faut, mais comme ils ne dégagent rien et qu’on ne construit rien autour d’eux ils meurent les uns après les autres dans l’indifférence totale du spectateur pour que le guerrier-prêtre (le moins intéressant d’entre eux) et la jeune fille sorcière se retrouvent face au vilain pas beau aussi peu futé que ceux qu’ils pourchassent.

 

Les zombies sont ratés, des gars lamba qui déambulent sans maquillage et en habits de cosplay tout propre. Il suffisait de se rouler un peu dans la boue pour faire mieux. Les effets gores sont ratés, avec mention spéciale pour la tentative de faire un truc à la Savini. Toutes les gerbes de sang sont réalisées avec After Effects, sauf que les lycéens cinéastes amateurs savent mieux utiliser le logiciel que les mecs qui ont fait ce film.
Et puis oui les mâchoires humaines développent une puissante mécanique importante, mais non un zombie ne pourrait pas déchirer d’une seule morsure l’armure de cuir et la ceinture musculaire abdominale d’un guerrier d’une seule morsure avant de lui sortir les tripes…

La scène du cul est elle aussi ratée, c’est vous dire à quel point le réalisateur est mauvais. Pourtant il a réussi à choisir de bons paysages extérieurs au Pays de Galles qui grâce une photographie très correcte parviennent régulièrement à offrir de belles images et les scènes de combats mêmes bien maladroites restent regardables pour une série Z.

 

C’est long, c’est lent, c’est chiant en plus d’être inintéressant et médiocre. Tout cela tenait en 30 minutes et aurait pu constituer un moyen-métrage potable avec un réalisateur sincère.

note : 2/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This