Saverio Tenuta
(scénario & dessin)

La Légende des Nuées Écarlates, tome 2 :

Comme Feuilles au vent

Bande dessinée, fantasy
Publié le 08 octobre 2008 chez Les Humanoïdes Associés

Les samouraïs n’acceptent pas les instruments de bambou pour leur entraînement. Seules les vraies lames parce qu’elles sont mortelles peuvent atteindre la vérité. Et l’enseignement d’un guerrier est basé sur la recherche d’un instant crucial, cette étincelle fugitive qui au combat décide de la vie et de la mort. Le coup d’épée unique et foudroyant qui fait s’écouler le sang à terre et emporte la vie dans sa pluie écarlate. Peu importe qui sera le vainqueur et qui sera le vaincu. Seul compte ce moment décisif.

Dans ce tome 2 très rempli et intitulé Comme Feuilles au vent, Raido Caym a retrouvé la mémoire en retrouvant les épées « Nuées Écarlates ». Si les voix dans sa tête s’arrêtent dans sa tête, ça déclenche évidemment un droit de quota de flashbacks :
– Raido Caym se souvient dans son enfance avoir donné son œil gauche à manger à un louveteau izuna, et que Wunjo le chef de meute des Izunas lui a donné son propre œil gauche en rétribution (à quoi ça sert ? quelle influence/répercussion sur le reste du récit ? quels symbolismes possibles pour comprendre le pourquoi du comment ? OSEF !)
– la shogunaï* Ryin Fujiwara se souvient dans son enfance avoir rêvé recevoir l’amour de son père qui lui a toujours été refusé, sa naissance ayant causé la mort de sa mère, et avoir rêver recevoir l’amour de Raido qui lui a toujours été offert mais auquel elle n’a jamais rien osé demandé

– Un jour, j’ai demandé à mon père de me décrire la femme qui était ma mère. Il m’a dit qu’il y avait en elle quelque chose d’éthéré. Chaque fois qu’il détachait son regard de son visage, ses traits devenaient flous, comme si son esprit n’arrivait pas à retenir l’image vivace d’une beauté si extraordinaire. Quand elle mourut, je n’étais plus que le pâle reflet de leur amour.

Tout le monde est au courant du retour de Raido Caym : le pouvoir lui envoie des ninjas pour l’assassiner (dont un mutant monstrueux dont l’apparence surprend notre héros : WTF ?), et les rebelles yama-ikki lui envoient Jera Isegawa une mémé magicienne miyazakienne pour le recruter car il faut sauver des geôles de la reine sorcière Yozeru Masa le secrétaire du souverain précédent…

ATTENTION SPOILERS Évidemment 3e droit de quota de flashback avec Meiki qui devait faire partie du troupeau sacrificielle de la nouvelle reine sorcière et qui a été sauvé par Yozeru (pour quelles raisons ? On en reparlera plus tard) et qui donc connaît les bons vieux passages secrets de récits de cape et épée. Évidemment aussi c’est un piège et les démembreloups du Général Fudo qui s’est fait greffé le bras et l’œil qu’il a pris à son rival Raido Caym (à quoi ça sert ? quelle influence/répercussion sur le reste du récit ? quels symbolismes possibles pour comprendre le pourquoi du comment ? OSEF !).
Alors ce n’est super bien raconté, mais Ryin n’est pas très fière d’avoir recouru à la nécromancie de masse grâce à la pierre magique volée aux Izunas par son père pour remodeler son corps (on dirait Jacqueline Ess de Clive Barker), et est encore moins fière d’avoir assassiné de ses propres mains son père qui a encouru la malédiction des dieux pour sa fille unique. C’est pour cela qu’elle demande à Raido de l’aimer pour l’aider à redevenir humaine ou de la tuer pour mettre fin à ses crimes et à ses tourments. Comme l’auteur veut encore faire plusieurs tomes, Raido ne fait ni l’un ni l’autre et sort du sanctuaire arcanepunk de la shogunaï pour affronter son vieux rival Fudo avec l’aide des Izunas libérés par Meiki et son ami Ogi… To Be Continued ? FIN SPOILERS

* le shogun devient la shogunaï et le dictateur devient la dictatrice, ça ne me dérange pas du tout. D’autant plus qu’on pioche dans le théâtre classique et qu’on peut retrouver la Lady MacBeth de Shakespeare ou la Clytemnestre d’Eschyle, Euripide et Sophocle… Mais dans un monde aussi décor de théâtre un shogun aurait dû être accompagné d’un empereur au-dessus de lui et de seigneurs en-dessous de lui pour réaliser un univers japonisant plus crédible…

note : 7+/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This