Saverio Tenuta
(scénario & dessin)

La Légende des Nuées Écarlates, tome 3 :

Le Trait Parfait

Bande dessinée, fantasy
Publié le 12 novembre 2009 chez Les Humanoïdes Associés

Les samouraïs n’acceptent pas les instruments de bambou pour leur entraînement. Seules les vraies lames parce qu’elles sont mortelles peuvent atteindre la vérité. et l’enseignement d’un guerrier est basé sur la recherche d’un instant crucial, cette étincelle fugitive qui au combat décide de la vie et de la mort. le coup d’épée unique et foudroyant qui fait s’écouler le sang à terre et emporte la vie dans sa pluie écarlate. Peu importe qui sera le vainqueur et qui sera le vaincu. Seul compte ce moment décisif.

Ce tome 3 intitule Le Trait Parfait semble clairement de transition…

On a d’un autre côté le calme avant la tempête : la shogunaï recluse dans sa chambre depuis la refus de Raïdo et la mort de Fudo laisse le pouvoir au sadique et cruel Kawakami qui libère ses de plus en plus ses bas-instincts sur une plèbe de plus en plus séduite par l’idéal révolutionnaire des yama-ikki. C’est ainsi qu’hommes, femmes ou enfants on se met à retrouver cloués à leur porte les visage de ceux qui ont contrevenu à son couvre-feu… La colère gronde ainsi de plus en plus parmi le peuple quand on se met se mettent à gronder la terre et le feu à travers le volcan Shugendô !

D’un autre côté on enchaîne les droits de quota de flashbacks et comme Saverio Tenuta est pour le meilleur comme pour le pire un auteur impressionniste il faut guetter un éventuel petit cailloux blanc oublié par l’auteur pour reconstituer les pièces du puzzle. Il est trop avare d’informations pour tout comprendre, et certains contradictions voire incohérences n’aident pas à comprendre… J’ai compris que le Shogun sans descendance avait recueilli voire adopté Raïdo dont il comptait faire son héritier, qu’il avait épousé Myobu sans savoir qu’elle était la mère de Raïdo.

Dans l’art du dessin, le trait parfait doit inévitablement déborder de la toile.

Comme l’auteur n’explique rien avec pas mal d’incohérences voire de contradictions possible, impossible de savoir qui de Ryin la shogunaï ou de Meïki la marionnettiste est sa sœur de sang ou sa sœur d’âme… On a aussi tout une séquence sur Raïdo qui donne son œil à un petit loup avant de recevoir l’œil d’un grand loup, ensuite il affronte le grand loup après lui avoir rendu son œil et en remportant la victoire il le récupère avant de se le faire prendre par Fudo : j’avoue n’avoir absolument rien compris à tout cela, donc si quelqu’un pouvait éclairer ma lanterne ça serait bien…

Pourquoi la vieille Jera a-t-elle le pouvoir de déclencher une éruption volcanique ? Pourquoi les Izunas sont-ils en croisade contre l’humanité ?? En quoi le daisho « Nuées Écarlates » est-il le garant de l’équilibre ??? Peut-être que le tome 4 apporte-il un semblant de réponse à tout cela…

note : 7-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This