Saverio Tenuta
(scénario & dessin)

La Légende des Nuées Écarlates, tome 4 :

La Fleur cachée de l’abomination

Bande dessinée, fantasy
Publié le 26 janvier 2011 chez Les Humanoïdes Associés

Quel est le prix de la beauté ? C’est ce que dévoile ce dernier acte de la tétralogie de « La Légende des nuées écarlates ». Raïdo doit briser, enfin, les sceaux qui retiennent prisonnier le kami de la forêt, mais pour cela il va devoir affronter Ryin et ses maléfices.

Dans ce tome 4 intitulé La Fleur cachée de l’abomination, c’est la révolution car le samouraï Hidemizu prend la tête des rebelles pour renverser les élites autoproclamées.

Au cœur de la folie Ogi cherche à venger son père Gombei, et Meiki prend à la tête des Izunas pour être le chaos de la rédemption et de la miséricorde : Hayao Miyzaki forever !!! Mais la folie ne saurait finir sans destiner la shogunaï qui s’est enfermé dans le sanctuaire profané pour elle par son propre père. Car après les corps, c’est les âmes qu’elle veut sculpter avec la plus noire des sorcellerie pour se réinventer et réécrire la réalité. Seul Raïdo pont entre les Izunas et les humains (et est ou n’est pas son frère d’âme / frère de sang) peut encore l’atteindre pour mettre fin à la violence et à la souffrance…

Nous devons simplement vivre et les respecter, en nous souvenant que nous ne sommes que des invités sur cette terre.

ATTENTION SPOILERS Les douleurs les plus durables sont toujours les plus intimes : le personnage central de la tragédie racontée par Saverio Tenuta est-t-il Raïdo ou Ryin ? Le père s’est maudit en violant l’ordre divin par amour pour sa fille, provoquant ainsi la colère des Izunas garants des lois de la nature, pour finalement se faire assassiner par sa fille prête à se damner pour obtenir de lui un seul témoignage d’affection. Ça c’est OK, mais les liens entre Raïdo, Ryin et Meiki ce n’est pas clair, les liens entre Raïdo et Wudo ce n’est pas clair, et l’histoire de Fudo qui s’est fait greffé un 3e œil et un 3e bras c’est capillotracté… FIN SPOILERS

Un bon tome final, mais pour y arriver l’auteur a inutilement compliqué voire alambiqué son récit pour des raisons que lui seul connaît. Malédiction de l’artiste impressionniste mal à l’aise avec le travail de scénariste ?

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This