Buichi Terasawa
(scénario & dessin)

Midnight Eye Goku, tome 2

(pour public averti)

Manga, science-fiction / cyberpunk / policier
Publié en VF le 01 mars 2008 chez Taïfu Comics
Publié en VO entre 1987 et 1989 par Scholar chez Burger Comics (« MIDNIGHT EYE ゴクウ »)

Bienvenue dans l’une des œuvres les plus connues de Buichi Terasawa après Cobra ! Gokû Furinji est un détective privé d’un genre particulier car son œil est un super ordinateur miniaturisé. Un jour qu’il sauve une jeune femme poursuivie par de mystérieux Ninjas, Gokû va se voit entraîné dans une enquête peuplée de Ninjas futuristes et d’esprits maléfiques. Il va percer le secret d’un projet de conquête du monde, manigancé par Yôsuke Kuki, un être doué de pouvoirs psychiques puissants, épaulé par une femme fantôme, qui use de tous ses charmes et de ses pouvoirs, pour assassiner les gens qui se mettent en travers de son chemin.

Ce tome 2 est intégralement consacré au récit La Nymphe des Ténèbres qui s’étend sur la 1ère moitié du tome 3.

Tout commence par un détournement de Ghostbusters :
Yûko Genjô professeure en super-physique à l’Université de Tôkyô remplace Egon Spengler professeur en super-physique à l’Université de New York… Après après photographié et enregistré le phénomène que certains appellent « la nymphe céleste » et d’autres « la nymphe des ténèbres », elle est immédiatement prise en chasse par deux ninjas et crash sa camionnette juste à côté du super-détective Gokû Furinji qui décide de ne pas la laisser partir à son rendez-vous avec Saint-Pierre. Le combat est rude, et encore plus rudes sont les combats contre leurs renforts : c’est excellent de voir les ninjas plus machines qu’humains recourir à des tours de passe-passe proche de la magie et Gokû plus humain que machine recourir à des techniques de hacking proches de la technomancie !

– Tu ne crois que ce qui est rationnel, c’est ça ?
– Dans mon milieu, je n’ai pas le choix.
– Ton milieu ? Il n’y a que la mort et la violence… Tu peux tuer les gens aussi simplement que tu vas faire les courses. Quelle tristesse que ton milieu. Tu es un homme, non ?
– J’étais un homme…
– Tu devrais penser un peu au futur, Gokû… On peut fabriquer un futur merveilleux grâce à des personnes douées de facultés extraordinaires ! Tu n’aurais donc pas de rêve dans ton cœur ?
– Bien sûr, je fais des rêves… Mais la plupart du temps, ça vire au cauchemar…

Pour tout le reste on suit tellement bien bien le cahier des charges jamesbondien que tout cela se transforme en plaisir coupable !
Grâce à divers indices Gôku remonte la piste du Clan Kuki dirigé par le milliardaire Yôsuke Kuki qui veut devenir le maître du monde, et les élites politiques, économiques et médiatiques applaudissent des deux mains celui qui veut les anéantir. C’est ainsi que Gôku infiltre la maisonnée Ko : on veut le tuer puis l’interroger, ou l’interroger et le tuer… Mais il y retrouve la femme de tête Yûko Genjô dans le rôle de la demoiselle en détresse, Reiko Tanuma la femme d’action dans le rôle de la belle traîtresse qui veut le faire tomber dans un piège, et Bomber Yagami la catcheuse de haute taille dans le rôle de la strong independant woman qui laisse planer le doute quand à sa mission et ses affiliations.
Gokû qui lit dans les technologies comme dans des livres ouverts et devine immédiatement le pot aux roses lors de l’inauguration du premier satellite de type Gaüs, donc il doit mourir pour le grand méchant puisse réaliser ses plans…

To Be Continued avec un Buichi Terasawa au sommet de son art dans le noir & blanc !

note : 8/10 (en tant que fan on ne se refait : la note est sans doute surévaluée)

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This