Tsutomu Takahashi
(scénario & dessin)

NeuN, tome 3

(pour public averti)

Manga, fantastique / histoire / WWII
Publié en VF le 19 février 2020 chez Pika Édition
Publié en VO depuis 2017 par Kôdansha dans Young Magazine (« ノイン »)

Theo, piégé par le Doktor U, parvient à sauver Georg, l’un des enfants qu’il menaçait d’exécuter à la place de Neun et d’Acht. Georg leur offre l’asile, mais chez lui, les étranges facultés de Neun se manifestent à nouveau…

Là où d’autres mangakas prennent tout leur temps pour faire durer leur série le plus longtemps possibles (suivez mon regard du côté du shonen mainstream à rallonge des années 2000), ici tout avance rapidement voire trop rapidement même, donc c’est impossible de réaliser une critique spoilers free (enfin si c’est possible, mais cela ne serait plus une critique mais un avis).

Quand tu massacres des innocents, il y a toujours des survivants. Mais si le Doktor U. a su remonter la piste des survivants, Sechs dont il est l’exécuteur des basses œuvres le peut aussi. Et le génie du mal est comme les chats plutôt du genre à jouer avec ses proies. C’est ainsi que nous assistons à la mort abrupte et brutale d’un personnage principal, du côté de la victime puis du côté du bourreau. Neun a été épargné parce qu’il commence à se synchroniser et que Sechs veut le voir évoluer pour jouer avec lui plus tard, mais Neun lui se lamente de n’avoir pas su évoluer assez vite pour mieux lire en l’âme de son compagnon disparu…

Le mensonge est le propre de l’homme, car il est le seul être capable de concevoir des idées abstraites.

L’ennemi de mon ennemi est mon ami, et c’est ainsi que la Team Neun qui veut autant sauver sa vie que nuire autant que possible aux Nazis entre entre en contacte avec la résistance polonaise qui prétend héberger un autre enfant caché d’Hitler. Et c’est ainsi que nous faisons connaissance avec Rebekka Elf qui a assisté au massacre de son village et qui a eu la vie sauve grâce au sacrifice de son Wand. Car oui quand tu massacres des innocents il y a toujours des survivants, et il parmi eux certains ne rêvent que de revanche ! Rebekka Elf intègre la résistance polonaise pour casser du nazi, et elle commence sa carrière d’héroïne vigilante en exécutant d’un balle dans la tête celui qui prétendait la protéger pour mieux toucher ses trente deniers. Quand elle fait la rencontre de Neun, elle lui demande comme preuve de sa bonne foi de lui ramener le crâne d’un nazi : To Be Continued !

Il y a tout un passage sur fond noir où déblatèrent sur la loi du plus fort le Côté Obscur. Hitler ressemble à un butor suprématiste, le Doktor U. oscille entre vampire et serial killer, Goebbels tient tout d’un démagogue macroniste lambda (vous savez, ceux qu’on voit à la télé à longueur de journée), et Sechs qui en nerd androgyne n’est pas sans rappeler le personnage principale du manga culte Death Note. En effet il considère que toute personne moins puissante et moins intelligente que lui appartient à un bétail exploitable à merci qu’il faudra bien massacrer un jour au l’autre (bien sûr il oublie facilement et rapidement que s’il n’était pas né dans la pourpre il ferait lui aussi partie du bétail à exploiter et à massacrer : ceci était un message informatif à l’intention des élites autoproclamée)… Je le dis et le répète : la sociopathie est un grave problème de santé publique, et s’il faut envoyer à l’hôpital psychiatrique 15% à 20% des élites autoproclamées pour sauver l’humanité et bien faisons-le avant de tous crever car on ne va pas se mentir le compte à rebours est lancé : la fin du monde viendra avant la fin du système impie dans lequel on vit !!!

note : 8/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This