Mari Yamazaki
(scénario & dessin)

Olympia Kyklos, tome

Manga, histoire / antiquité 
Publié en VF le 22 septembre 2021 chez Casterman
Publié en VO à partir de 2018 par la Shueisha dans Grand Jump (« オリンピア・キュクロス »)

Démétrios quitte sa cité natale pour voir le monde et devenir un meilleur peintre, un meilleur athlète, un meilleur homme. Ses pas le mènent à la grande Athènes où Platon, philosophe entre les philosophes, pourrait bien lui prodiguer de précieux enseignements s’il n’est pas trop occupé à rivaliser avec ses disciples… à la lutte ? Et lorsque le tonnerre gronde, c’est un nouveau saut à travers l’espace et le temps qui s’annonce !

​Dans ce tome 3, Démétrios quitte le bourg de Tritonia et son cacique qui ne pense qu’au pouvoir et à l’argent, pour rejoindre la métropole d’Athènes et son oligarchie qui ne pense qu’au pouvoir et à l’argent. L’opulence de quelques uns masque la misère de nombreux autres, et les pauvres et les étrangers sont laissés à l’abandon (on appelle cela l’hypercapitalisme ultralibéral). Encore une fois les êtres humains se heurtent au mur dressé par les élites autoproclamées entre ceux qui seraient tout et ceux qui ne seraient rien (macron copyright).

C’est là qu’il repart vers le futur, mais pas à Tokyo en 1964 chez maître Imaya, mais à Tokyo en 2020 chez son petit-fils (avec des Jeux Olympique plus que jamais transformés en festivités pour le Veau d’Or). Démétrios découvre une monstre de béton, d’acier et de verre, avec édifices d’une hauteur inimaginable, d’étranges oiseaux, et des gens qui marchent les yeux rivés sur des planchettes où sont inscrits des textes…

De son retour à son époque, il s’empresse de dessiner tout ce qu’il a vu sur un mur. Pour le propriétaire de ce mur, il ne peut s’agir que d’une représentation de l’Atlantide. Et cet homme, c’est Platon !

L’important n’est pas tant de vivre que de vivre bien.

Jamais on ne m’avait expliqué les idées platoniciennes avec autant de clarté. Mais Platon avant d’être des idées était d’abord et avant tout un être humain. Et nous découvrons ici un homme misanthrope, qui voit le mal en chacun et qui se bat contre des moulins à vent. Traumatisé il est devenu amer et fermé à cause de l’exécution de son maître Socrate par la Tyrannie des Trente, gouvernement collaborationniste et réactionnaire qu’on pourrait comparer au régime de Vichy. Démétrios et lui s’opposent sur le vrai, le beau et le bien. Mais le philosophe découvre la distinction entre le signifiant et le signifié en participant à une conversation entre Socrate et Osamu Tezuka sur un épisode du manga L’Oiseau de Feu. Et oui Démétrios n’est pas le seul à voyager dans l’espace et le temps, et les humanistes parlent aux humanistes…

Platon se demande comment faire passer son message à son prochain. Et si Démétrios choisi l’art, Platon choisit le sport. Et c’est ainsi qu’il relève le défi de son rival Pélias en affrontant le colosse Drakon au concours de lutte des Panathénées. Et au final le combat des corps devient un combat de l’âme !

PS : Après les JO de 1964 symbole du Japon renaissant, les JO de 2020 reporté en 2021 pour cause de covidisme sont présentés comme le symbole du Japon déclinant qui se fout de la gueule de gens. La pilule ne passe pas, et Mari Yamazaki et Takeshi Yôro tirent à boulets rouges dans les 10 pages d’appendices…

note : 9-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This