Antoine Tracqui (scénario)
Emanuela Negrin (dessin)

Oracle, saison 2 Tome 07 :

Le Clairvoyant

Bande dessinée, fantasy / mythologie
Publiée le 23 mars 2016 chez Soleil

Les Hommes sont-ils condamnés à être les jouets des dieux ? Ils sont deux frères, nés dans un monde en ruines où même les dieux semblent épuisés et près de s’éteindre. Deux frères que tout oppose : l’un sera fort et stupide et au final impuissant devant l’adversité ; l’autre, au contraire, ne rêve que de savoirs oubliés, de voyages et de reconquête. Pour le bien des Hommes, ce dernier ira jusqu’à renier un pacte ancien en défiant Zeus et son épouse, la puissante Héra.

Dans la saison 1 d’Oracle, l’aède sans nom et le jeune Homère voyageaient dans la Grèce des mythes et des légendes. Mais dans cette saison 2 c’est Homère désormais aveugle qui parcours le vaste de monde en compagnie de Cydippe (voir tome 5).
Force est de reconnaître que la saison 2 d’Oracle monte en puissance car après l’histoire de Sisyphe, dans ce tome 7 l’étrange Philométis ranime la flamme du célèbre poète en nous racontant l’histoire du plus célèbre trickster de tous les temps…

Il y a tout un volet historique, en deux temps d’ailleurs :
– après la période mycénienne succède les âges obscurs, et Deuteron voyage à travers le Proche-Orient pour retrouver les connaissances qui lui permettront de sortir sa patrie de l’ignorance et de l’obscurantisme (Hatti, Phénicie, Babylonie, Égypte… je n’ai repéré aucune fausse note dans les références historiques)
– Homère revient à Sparte pour voir le législateur Lycurgue plonger sa patrie dans l’ignorance et l’obscurantisme d’un régime totalitaire des familles… Oui ses réformes vont donner à Sparte la meilleure armée de la Mer Méditerranée dont les exploits vont la faire entrer dans l’Histoire, mais ses lois élitistes vont décapiter année après année son peuple, et ses politiques tantôt isolationnistes tantôt impérialistes vont la conduire à sa perte avant qu’elle ne sorte de l’Histoire !

Il y a tout un volet mythologique :
– ombres d’eux-mêmes et disparus de la mémoire des hommes (de par la conséquence de leurs propres actes car SPOILER), les Olympiens misent tout sur Deuderon qui doit ramener leurs anciens fidèles et leur gloire d’antan !
– Grands anciens, Dieux Très anciens, civilisations condamnées à disparaître de la surface de la terre, ruines hantées par les descendant dégénérés d’un peuple oublié, déesse sauvage qui soutient la comparaison avec Shub-Niggurath, lieu interdit cachant un savoir maudit, monstruosité antédiluvienne… Vade Retro Lovecraftas !

Il y a tout un volet métaphysique :
– les dieux sont-ils les créateurs des hommes ou bien les hommes sont-ils les créateurs des dieux ? et si les dieux comme les hommes naissent, vivent et meurent, comment en premier lieu est né le fait religieux ? Animisme, évhémérisme, ou schizophrénie collective (c’est dommage que le récit ne s’attarde par sur la jeunesse de Deuteron qui ne sait pas si Zeus et Héra existent vraiment ou s’ils ne sont que les fruits de son imagination).
Deuteron parcourt tout le Proche-Orient pour avoir réponses à ses questions, et après avoir pris connaissance de l’hérésie du pharaon maudit dont il ne faut pas prononcer le nom et de la nouvelle religion professée par une tribu orientale prompte à la révolte, Deuteron va jusqu’au bout de sa démarche révolutionnaire en plantant dans le terreau de la civilisation occidentale les graines de l’athéisme… En ce sens il obtient une vengeance posthume contre les puissances qui l’ont manipulé puis trahi !
– il ne faut pas céder à l’hybris certes, mais qui sont ceux qu’il faut blâmer ? Les mortels qui s’élèvent au-dessus de leur condition et qui veulent changer le système injuste qui régit leurs vies ou ceux qui se croient au-dessus des mortels qui ne veulent pas qu’ils s’élèvent au dessus de leur condition et qu’ils changent ledit système injuste parce cela pourrait remettre en cause leurs privilèges ? (aka les élites autoproclamées donc macron est le champion) Je vais finir par croire que cette série BD dédiée aux vengeances des dieux sur les hommes et des hommes sur les dieux n’est qu’une allégorie de la lutte des classes…

Aveugle que j’étais ! Il m’aura fallu bien trop d’années pour que mes yeux se dessillent, mais je comprends à présent !! Ces dieux que j’étais seul à voir et à entendre… Dès mon enfance j’ai été manipulé… Abusé… Comme un peuple entier l’a été avant moi ! Un simple pion, dans un jeu bien trop grand pour les mortels… Mais voilà, il peut parfois arriver aux pions de se venger !

L’histoire se cale dans les pas de l’Histoire, et le scénario d’Antoine Tracqui plus habitué aux polars est bien intéressant, mais aussi bien plaisant car il y a un petit côté city builder à l’ancienne dans le destin de Deuteron (remember Civilisation, Populous, Megalomania, Powermonger… ou autres free to play actuels) et une belle histoire d’amitié avec deux frères qui se jalousent, celui à la courte vue et celui qui voit très loin devant, mais qui se serrent les coudes dans l’adversité avant de partager conjointement le plus tragique des destin…
Les plus malins auront remarqué que le mystérieux Philométis a exactement le même regard que Moshé le sauvé des eaux, la guest star qui inspire à Deutéron ses réformes progressistes… Y aurait-il un traître parmi les immortels qui aurait pris le parti des mortels ? La lutte des classes continuera dans le tome 8 intitulé Le Héros !

Les graphismes de Lucio Leoni et Emanuela Negrin, rehaussés par les coules de Cyril Saint-Blancat sont très satisfaisant, mais gagne en mainstream attitude au fur et a mesure des pages qui défilent donc des échéances qui se rapprochent… Encore une forme en deçà du fond, et la montée en gamme des bandes dessinées mainstream ne comble l’écart qui existe encore avec les top dessinateurs…

Qu’importe cette histoire de manipulateurs immortels et pions mortels me donne furieusement envie de relire le supracool livre de Javier Negrete (passionné de l’Antiquité s’il en est) intitulé Les Seigneurs de l’Olympe mais aussi le chouette essai de Pierre Lévêque (autre passionné de l’Antiquité s’il en est) intitulé Introduction aux première religions : bêtes, hommes et dieux… Avis aux amateurs !

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This