Shonen
(scénario & dessin)

Outlaw Players, tome 11

Manga, fantasy / portal fantasy
Publié le 26 août 2021 chez Ki-oon

Au cours de leur voyage vers Orva Sevi, un village qui se trouve dans les régions du nord, Sakuu et ses compagnons tombent sur une horde d’abominations, dont un gigantesque monstre qui menace de leur barrer complètement la route ! Heureusement, grâce à leurs techniques combinées, les membres de la guilde en viennent à bout. Mais alors qu’il faut encore s’occuper des autres morts-vivants à leurs trousses, Leni reçoit un appel au secours : Taargis et son armée sont sur le point d’éliminer deux irrégularités de Fenrir près de Genopol ! Ni une ni deux, la modératrice se téléporte sur le champ de bataille, bien décidée à affronter l’imposant général de Providence…

Oui les personnages sont très sympathiques, oui dialogues et/ou situations sont pleins d’humours, oui les bastons sont très stylées, et oui les graphismes du mangaka français Shonen sont très léchés… Mais bis repetita : quid de l’histoire dans tout cela ???

Donc on a dans un monde virtuel, les habitants sont PNJs, les antagonistes sont des IAs, et les aléas du récit sont des « events » organisés par le système pour les joueurs. Pour ne rien gâcher, le héros amnésique ou pas amnésique en fonction des besoin du scénario se promène avec un harem de meufs qui le suivent partout. On est donc dans un « isekai », et toutes les questions du « piégés dans un autres monde » qui étaient à la base de de la saga Sword Art Online qui a lancé la mode isekai sont passées à la trappe. A la place, on a du fanservice mélangeant baston et humour à la Fairy Tail. Donc pourquoi s’emmerder avec tous les codes de la Portal Fantasy si c’est pour ne pas les utiliser ?

– A quoi ça sert d’avoir un toit sur la tête si je ne peux même pas décider de mon propre avenir ?

D’un côté on a modératrice Leni qui est une IA qui doit aider les anomalies à regagner le mode réel mais qui franchement ne fais guère avancer le schmilblick, qui ici doit affronter Taargis qui est une IA qui recherche des adversaires forts pour « sentir son sang bouillir » comme dans n’importe quel shonen nekketsu. D’un autre côté on Saaku qui une anomalie qui affronte un gros démon qui lui affirme qu’autrefois lui aussi était une anomalie donc un humain égaré dans le jeu (mais également que maintenant il en a rien à faire).

Divers personnages font des caméo pour donner une impression de profondeur, on a quelques droits de quotas de flashbacks pour donner l’impression qu’il a un univers et un scénario. Mais grosso modo c’est Leni qui se bat contre Taargir avec un gros cliffhanger, et Saaku qui se bat contre un streum avec un gros deus ex machina des familles avec le retour de Super Duranzan.

Les dessins sont magnifiques, mais il faudrait quand même raconter quelque chose hein…

note : 5,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This