Tony Valente
(scénario & dessin)

Radiant, tome 9

Manga, Fantasy
Publié le 25 mai 2018 chez Ankama 

La guerre fait rage en Cyfandir et les armées de la reine Boadicée sont mises à mal face à un pion avancé par leurs adversaires : un dispositif créant une bulle vidée de tout fantasia prête à englober tout le champ de bataille ! Alors que Mélie, Ocoho et Doc sont en mauvaise posture, Seth est escorté par Dragunov pour être livré aux Thaumaturges… Mais les sorciers ne doivent pas perdre ! Si le royaume de Cyfandir tombe, la liberté des infectés ne sera alors qu’un lointain souvenir…

 

Dans ce tome 9 ultra dense et ultra rythmé, en plus d’être epicess et tragicness to the max la guerre magique bat son plein, et encore une fois la simultanéité des action est kiffante :
– Mélie tente d’échapper à la Thaumaturge Liselotte jusqu’au moment ou l’autre Mélie contre-attaque
– la Reine Bouddica lance une charge suicidaire sur la machine anti-magie du Grand Capital, et c’est Lord Brangoire qui mutilé et handicapé organise un dernier carré autour de sa souveraine bien-aimée
– Mordred le marionnettiste (infection : la sociopathie) ordonne à Ocoho la marionnette (infection : passe sous le contrôle de celui qui appuie sur sa tâche de naissance) de se jeter dans le vide pour mettre fin à ses jours,
ATTENTION SPOILERS mais il a oublié d’achever le dragon-laveur de sa victime et face à soif de vengeance de l’aspirante-chevaleresse la plus puissante de tous les temps c’est lui qui devient à son corps défendant l’instrument de sa vengeance, et en découvrant le terrible monde des émotions sa souffrance et son calvaire ne font que commencer FIN SPOILERS

En interludes, Tony Valente n’oublie pas le comic relief puisque Lord Gulis et le Baron Cristolom continuent leur très cartoonesque duel de chevalerie ou l’un est le miroir donc l’âme sœur de l’autre… Parce qu’il faut bien cela pour ne jeter ce tome par terre tellement est imbuvable le Baron Doussant qui place ses bien aimés signes extérieurs de richesse bien au-dessus de la vie et de la mort des petits gens, qui après tout ne sont que ressources humaines exploitables à merci et renouvelables à l’infini… C’est la mentalité suprématiste de merde des homines crevarices, donc les modèles sont les DRH et les sicaires du Nouveau Monde : qu’ils aillent tous au diable !

– Entre toi et moi qui est esclave de ses idées à la con ?!

 

Pour mettre fin au carnage Seth se rend à Dragunov et Dragunov rend Seth à l’Inquisition, car après tout les cornus sont l’excuse de la Bête Immonde, euh pardon de l’autoproclamé « monde libre » pour envahir et exploiter tel ou tel pays qui devient particulièrement rentable si on use et abuse de « méthodes de business non éthiques ». Mais Inquisiteurs et Barons-Marchands décident de continuer les hostilité malgré les demandes de reddition (bouh vilains Japonais qui ont obligé les gentils Yankees à combattre jusqu’au mois de septembre 1945 alors que le Japon avait demandé sa reddition dès le mois de mars de la même année). Les deux s’aperçoivent en même temps qu’ils ont été trompés et qu’on s’est servi d’eux, et chacun de leur côté et de leur manière qu’il partes en guerre contre la guerre ! Et vous connaissez la méthode de Seth : foncez tête baissée pour se fighter directement avec le mec le plus fort du camp d’en face… c’est ainsi qu’il traverse le champ de bataille en balayant tout ce qu’on lui oppose pour aller à la stonba avec Santori le junkie de la violence !

Et c’est nous assistons à un déluge de twists jusqu’au terrible cliffhanger de fin : accrochez vos ceinture, ça va SPOILER !
– le duel entre Seth et Santori est évidemment un combat entre la liberté et la tyrannie, et c’est les victimes de la tyrannie qui offrent le moyen de de vaincre le représentant de la Bête Immonde (Luffy de One Piece n’a qu’à bien se tenir)
– au pire donc au meilleur moment, ou l’inverse, la légendaire Armure de Pendraig fait son apparition sur le champ de bataille du côté des combattants de la liberté, de l’égalité et de … à l’intérieur Doc une fois de plus victime de son côté « aventuriste » est en train de crever de « stressade », et face à la « louchitude » il ne sait pas s’il doit cultiver la « bravitude » ou la « lâchitude » !
– côté force obscure de la crevardise, tandis que Vérone et son miracle « la pétrification » se charge de la défense, Ullmina et son miracle « l’armée des morts » se charge de l’attaque et le carnage reprend de plus belle…
– … quand Grimm revient en scène au moment le plus opportun pour foutre le bordel dans la flotte de l’Inquisition avec ses spectres géants
– et c’est pas fini ! Un Arme de Destruction Massive peut en cacher une autre, et dans le dos de tout les Barons Marchands réalise en écocide généralisé en détruisant Brocéliande, sa flore, sa faune et sa gardienne
– en conséquence Myrddin / Merlin devient Colère et passe du Côté Obscur, entraînant dans sa folie Seth qui passe une fois de plus en mode berserk !

Un tome émotionnellement épuisant : vite la suite !

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This