France Richemond (scénario)
Michel Suro (dessin)

Reines de sang :

Jeanne, la Mâle Reine, tome 1

 

Bande dessinée, histoire / moyen-âge
Publiée le 21 mars 2018 chez Delcourt

Début XIVe siècle, le royaume de France est le plus riche, le plus peuplé, le plus prestigieux de tous les Etats européens. Mais le destin refuse cette hégémonie et va prendre une cruelle revanche. L’orgueilleuse couronne, ainsi, touchera terre et mordra la poussière. L’instrument de cette ruine : Jeanne, princesse et petite-fille de Saint-Louis, nées sur les marches du trône. Elle est bien loin des arcanes du pouvoir. Pourtant la première place se rapproche inexorablement car les puissances supérieures veillent. Et celle que l’on nommera « la trop mâle reine, puissante et périlleuse » ne reculera devant rien pour régner…

Ce nouvel opus des Reines de Sang est consacré au Game of Thrones originel : que n’a-t-on pas déjà dit et déjà écrit sur la geste des Rois Maudits ?
France Richemond qui a travaillé avec Nicolas Jarry sur la série Le Trône d’argile œuvre ici en solo pour la série Les Reines de Sang, et elle a décidé de nous raconter la fin des Capétiens et le début de la Guerre de Cent à travers les yeux de Jeanne de Bourgogne. Cui bono ? À qui profite l’enchaînement des tragédies ? La jeune fille boiteuse dont personne ne voulait et dont tout le monde se moquait finit par devenir au fil des événements reine et régente de France, une mâle reine puissante et périlleuse… Ses opposants ayant tendance à mourir subitement, a-t-elle été marquée par Dieu ou par le Diable ?

Tout commence sous le règne du roi de fer Philippe IV le Bel : le Duc de Bourgogne Robert a deux fils et le Comte de Bourgogne Othon a deux filles, mais il est hors de question pour le Royaume de France que les deux Bourgognes s’unissent… Donc Jeanny et Blanche épousent ses fils, et pour ne pas se fâcher avec le Duc Robert Marguerite épouse le Dauphin et est donc programmée pour devenir reine. Pour ne pas se fâcher avec la Comtesse Mahaut celle-ci récupère l’Artois, et pour ne pas se fâcher avec le Comte d’Artois Robert son petit-fils illégalement dépossédé est richement rétribué… Tout ce qu’il avait craint finira bel et bien par se réaliser : on ne triche pas avec le Destin !

Avec des interludes troubadouresques le ton est celui de la chronique, et on passe des cours de Bourgogne et celle de France (même si on s’attarde sur sur les relations avec la papauté et sur l’affaire des Templiers). Grosso modo avec Marguerite princesse puis reine, on nous refait le coup de la jeune fille enjouée étouffée par une cour royale pleine d’austérité (remember Aliénor d’Aquitaine, Marie-Antoinette et tutti quanti) : c’est pénible les gens qui veulent le beurre et l’argent du beurre, la gloire et le pouvoir mais pas les responsabilités qui vont avec…

Une princesse ne se marie pas par amour.

Jeanne la sœur de Marguerite est née boiteuse, et pour beaucoup c’est le signe qu’elle est maudite, pire qu’elle a été choisie par le Diable… Les prétendants ne se bousculent donc pas au portillon, mais Jeanne croit en son étoile et continue de rêver au prince charmant qui pourrait être Philippe de Valois qui sait si bien la faire danser. Et c’est ainsi qu’elle consulte un sorcier luciférien qui lui accorde de réaliser son souhait le plus cher à condition qu’elle accepte d’enfin accomplir la destinée pour laquelle elle est née : le lendemain, le beau Philippe arrive en trombe pour lui demander sa main… Puis éclate le scandale de la Tour de Nesle : les frères d’Aulnay sont torturés et tués, les princesses emprisonnées, et le roi de fer finit par décéder ! le nouveau roi Louis X, dit le Hutin, laisse crever son épouse Marguerite à Château-Gaillard et Jeanne jure de la venger… Deviendra-t-elle Dieu ou Diable : To Be Continued !!!

Même si la narration reste très classique et si la caractérisation est un peu girly voire un peu naïve, cela reste passionnant à suivre : l’Histoire de France est remplie de Dallas aristocratiques tous plus intéressants les uns que les autres ! Et pour ne rien gâcher les graphismes du dessinateur Michel Suro et du coloriste Dimitri Fogolin sont plutôt agréables à regarder… Si vous aimez l’ Histoire et la BD vous pouvez y aller !

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This