Isabelle Dethan
(scénario & dessin)

Le Roi Cyclope, Tome 3 :

Griselda

Bande dessinée, fantasy
Publiée en 1999 chez Delcourt

Rongé par l’amour fou qu’il voue à la jeune saltimbanque Griselda, le sinistre Marquis s’est affaibli. Le piège imaginé par le Roi Cyclope a fonctionné. Une ultime bataille doit lui permettre de renverser le tyran… Mais un amoureux déçu peut se révéler le plus dangereux des hommes.

Dans ce tome 3 intitulé Griselda et publié en 1999, les dieux ont placés les pions sur un échiquier au-delà du bien et du mal. Thalès le prince voyant a rejoint la résistance au Marquis qui dirige le royaume pour ne pas dire l’empire de Beldaran d’un main de fer par la force et la magie… Elle est menée par son vieil ennemi Othémar, mais en l’occurrence l’ennemi de mon ennemi est mon allié de circonstance : l’un et l’autre se promettent de régler leurs comptes plus tard. L’important c’est que la gitane Griselda s’est mise de son plein gré sur la route du Marquis pour le stopper.

Mais elle ne sait que faire fasse à un monstre qui par amour d’elle est prêt à redevenir humain, mais qui avant d’être obnubilé par elle était obnubilé par le pouvoir quitte à commette les crimes les plus abominables pour l’obtenir, le garder, et le renforcer. La dictature en marche est à l’arrêt car le Marquis se désintéresse du pouvoir extérieur et du pouvoir extérieur pour se consacrer à sa romance avec Esméralda, euh pardon Griselda. Le pouvoir attire le pouvoir, l’argent attire l’argent, et les monstres attirent les monstres : à un Marquis en pleine crise d’identité qui ne sait à quel saint se vouer, ses ministres macronistes Adole, Fulbert et Florimond lui conseille et lui ordonne de faire exécuter Griselda en lui rappelant la maxime de l’empereur romain schizophrène Caligula (à savoir « qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent »).
ATTENTION SPOILERS Face à l’inquiétante instabilité du Marquis, Griselda jette l’éponge et cela rend le Marquis fou de rage à moins que cela ne le plonge dans le désespoir. L’armée d’Othémar qui devait attendre le signal de Thalès qui devait attendre le signal de Griselda se lance à l’assaut de Lycènes. Le Marquis la détruit en même que son armée est détruite. Et c’est un Marquis détruit qui affronte une nouvelle fois Thalès en affrontement singulier. Et c’est encore une fois celui qui a le plus envie de vivre qui est avantagé et le Marquis n’a plus envie de vivre… FIN SPOILERS

– Sire, vous êtes né pour vous faire craindre. Non pour vous faire aimer.

Nous suivons plus que jamais le chemin de la tragédie antique, avec des personnages écrasés les uns et les autres par le poids de la destinée. Je suis donc obligé de passer de l’autre côté du miroir pour passer en Zone Spoilers !
ATTENTION SPOILERS Le Marquis qui n’a que faire des émotions découvrent les sentiments, Thalès qui n’était qu’émotions suit ses trace pour agir froidement, Antimée qui a tout perdu par amour pour lui n’a plus envie de le soutenir dans sa quête de vengeance, le rivalité entre Thalès et Othémar ne débouche sur rien, alors même qu’entre Thalès, Antimée et Griselda se noue un triangle amoureux qui ne débouche sur rien. Sans parler de la relation entre le Marquis et ses Ministres : Qui est manipulé par l’autre ? Qui est la création de l’autre ? Qui est le pion de l’autre ? Qui est le maître et les serviteurs ? Thalès se retrouve seul face à un pays détruit et un peuple meurtri. La seule façon de sauver ce qui peut l’être c’est de prendre le pouvoir, puis l’utiliser, et enfin l’abandonner. En aura-t-il la force après tant d’épreuves et tant de souffrances ? FIN SPOILERS

Je vous laisse la surprise d’une fin ouverte ni optimiste ni pessimiste, mais mélancolique à l’image de toute la bibliographie d’Isabelle Dethan.

note : 8/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This