Nikiichi Tobita
(scénario & dessin)

Shinobi Gataki, tome 4

Manga, fantastique / uchronie
Publié en VF le 20 août 2020 chez Kurokawa
Publié en VO en 2016 par Shogakukan dans Ura Sunday puis Manga One (« Shinobigataki »)

Le grand combat entre les Ninjas et les Samurai arrive à son paroxysme. Pour protéger Akari, Kabuto encaisse les attaque directes de ses ennemis et semble prendre le dessus, mais… Au même moment Kazemaru, sur ordre de son seigneur Nobukage, va affronter son grand rival, Toranosuke…

Je ne sais pas si je suis « trop vieux pour ces conneries », mais le mangaka Nikiichi Tobita me navre un peu. Il est plein de bonne humeur et plein de bonne volonté, mais si sur la forme c’est très bien dessiné sur le fond c’est une immense naïveté… Ah si seulement il pouvait travailler en binôme avec un vrai scénariste !

On nous ressort donc la force de l’espoir et de l’amitié qui permet à des super-héros de se dépasser pour accomplir des « miracles » (je reviendrai là-dessus un peu plus loin), dans des affrontements contre des super-vilains à évolutions qui balancent des invocations à la Final Fantasy ayant une bonne tête de kaijûs (le mangaka aime les monstres et cela se voit). Tout ça avant un long droit de quota de flasbacks à la Naruto… Bref, c’est du folklore japonais de shonen nekketsu mais si on n’est pas allergique à la naïveté du truc tant de fois repompé (c’est marre des méchants qui ricane diaboliquement à chaque tirade), c’est plutôt bien fait !

La difficile voie du combat sur laquelle s’affrontent les samouraïs et les ninjas est tel un enfer sans fin… 

Ce qui me gêne c’est le background qui n’a aucun sens. On pioche dans tous les classiques du genre du coup on suit en même temps plusieurs voies divergentes qui aboutissent à autant d’incohérences :

– l’auteur veut absolument faire des ninjas et des samouraïs des peuples (ou transformer une fonction sociale en appartenance raciale)
Alors oui il y eut des clans ninjas comme il y eut des clans samouraïs. Mais on parle bien d’une caste qui ne peut survivre sans toute une logistique animée par une majorité populaire pour pouvoir subvenir à tous les besoins de base d’une minorité élitiste qui ne travaille pas au destin du bien commun. L’auteur développe en parallèle une idée qui existe depuis le classique Basilisk tiré du roman Koga Ninpo Cho de Fūtarō Yamada : comme dans les X-Men les super-pouvoirs sont issus de mutations héréditaires, donc en raison de l’atavisme génétique il y aura toujours des résurgents pour battre en brèche la tyrannie de la majorité

– l’auteur se lance dans de grandes explication scientifiques avec des noms de techniques à rallonge pour justifier les super-pouvoirs des super-héros et des super-vilains, mais au final c’est juste des miracles religieux…
Car si tu crois suffisamment fort en « l’âme du sabre », tu obtiens le degré de pureté spirituelle nécessaire pour fusionner avec elle et rendre ton corps aussi dur et aussi tranchant que l’acier (ça ou d’autres trucs vidéoludiques du même genre). De la même manière malgré tout le délire sur l’inné, si tu crois suffisamment en « l’âme ninja » tu obtiens le degré de pureté spirituelle nécessaire pour fusionner avec elle et pouvoir réaliser des transformation ou des invocations (ça ou d’autres trucs vidéoludiques du même genre).

 

Au final on amène de nouveaux mystères lostiens aux mystères lostiens déjà existants. Car si Kazemaru est un mutant dernier de son clan ninja recueilli et éduqué par le clan samouraï de Genjin, comment peut-il être à la fois le pion et le joueur de son propre destin à travers le triste sort de la gorgone Triina qui essaye de le faire changer de voie (avec plus ou moins de trip schizophrénique en mode JoJo’s Bizarre Adventure) ? Et si le ninja Kazemaru veut éradiquer les samouraïs pourquoi démarrer une nouvelle ère ninja en partageant son pouvoir avec le samouraï humaniste Toranosuke avant de le confier entre les mains du samouraï suprématiste Nobukage ??? Parce qu’en plus le boss fin en mode Palpatine essaye de faire passer du côté Obscur Tenjin Ashikaga frère aîné du shôgun en mode Luke Skywalker qui hésite entre Kamehameha et Genkidama… To Be Continued ?!

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This