Tsutomu Takahashi
(scénario & dessin)

Sidooh,

tome 12

(pour public averti)

Manga, histoire / 19e siècle
Publié en VF en mars 2013 chez Panini
Publié en VO de 2005 à 2010 par la Shûeisha dans le Shuukan Young Jump (« 士道 »)

Le Byakurentaï arrive dans le quartier des étrangers de Kobe et découvre qu’il a été mis à sac par un groupe d’hommes du han de Choshu, guidés par Shinsaku Takasugi. Dans un pays en pleine mutation, les Japonais se divisent entre ouverture et protectionnisme. Shotaro et Gentaro resteront-ils unis ?

Dans ce tome 12, Shinsaku Takasugi ne chôme pas ! Et après avoir coulé plusieurs navires étrangers dans la Baie de Kobe, il monte au sommet des Kobe Towers (émule de bric et de broc des Petrona Towers de Kuala Lumpur) pour négocier avec le représentant de la communauté étrangère. Sauf que Mozu est déjà sur place pour faire la même chose que lui…

Or il est vénère de chez vénère car le Bakufu n’a envoyé que 9 hommes pour faire la peau à lui et à ses partisans. Donc c’est sans aucune hésitation qu’il trucide Monsieur Grant devant ses troupes dans l’espoir de déclencher un conflit entre Japonais et étrangers…

Aucune difficulté n’est insurmontable quand on se sert de sa tête.

Lesdits étrangers principalement américains ne sont aucune différence entre les hommes de Choshu qui sont là pour les bouter hors de leur pays quittes à les trucider et les hommes du Bakufu qui sont là pour les protéger et les sauver. Ce qui nous offre une alliance de circonstances entre Shotaro et Takasugi, tandis que Gentaro et Toshizô Hijitaka combattent de nouveau ensemble.

Mais Shotaro l’a formellement déclaré : il règlera ses comptes et remplira sa mission dans un duel à mort si son équivalent dans le camp adverse survit à l’enfer que sont devenus les escaliers en colimaçon enflammés dans lequel ils sont plongés… To Be Continued, Oh Yeah !

 

J’aime toujours autant le style de l’auteur qui ne s’embarrasse pas des phylactères qui ne servent à rien, et qui fait tout passer par la fluidité, le dynamisme et l’expressionnisme de ses graphismes très réussis (planches complètes et planches doubles soulignant ainsi les moments les plus intenses du récit)…

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This