David Chauvel (scénario)
Patrick Pion (dessin)

Sigrid, tome 1 :

Sur cette terre inconnue

Bande dessinée, histoire / moyen-âge 
Publiée le 05 mai 2021 chez Delcourt

Sigrid est une jeune viking avide de parcourir le vaste monde… Lorsque son drakkar quitte le Groenland, pour le pays fraîchement colonisé du Markland, elle est loin d’imaginer ce qui va suivre… Une mystérieuse maladie qui décime l’équipage, une trahison qui la laisse à moitié morte et finalement, la rencontre avec un indien Béothuk, qui va changer son destin à jamais…

Des fois tout est limpide et les pièces du puzzle s’assemblent toutes seules. Je me suis lancé dans cette BD parce qu’un récit de vikings bien troussé ça fait toujours son petit effet (car c’est une valeur sûr des terres d’aventure). Au bout de quelques pages je me suis dit : « ça ressemble à du David Chauvel »… Quand j’ai vérifié en couverture qui était le scénariste j’ai vu que c’était lui, et cela a fait « tilt » dans mon esprit : je saurai désormais identifier le style Chauvel, même si je n’ai pas encore les mots et les images pour le définir…

Autour de l’An Mil, un navire viking s’échoue sur une côte de Terre-Neuve. Il n’y a que deux survivants : Sigrid qui est recueillie par l’Amérindien Gothayet, et Thorleif qui parvient à rejoindre une colonie du Markland. Nous suivons en parallèle leurs heurs et malheurs, et en droit de quota de flashbacks ce qui les lient donc ce qui est arrivé au Déméter scandinave…

Une histoire n’est jamais vieille, elle vit aussi longtemps que ceux qui s’en souviennent pour la raconter ou que ceux qui la vivent…

Au début j’ai pensé à une version médiévale du film SF Enemy Mine dans la relation Sigrid / Gothayet, mais non en fait. Car nous sommes dans un tome d’introduction, Sigrid ayant reçu un MacGuffin de la part de son oncle Harvard que tout le monde semble vouloir s’emparer… C’est presque dommage que la série soit annoncée en deux tomes seulement !

Je découvre le travail de Patrick Pion, et j’aime beaucoup (que voilà un artiste dont je vais m’empresser de découvrir la bibliographie). Le découpage faussement classique cache de belles mises en scène, un bon rythme et un bon dynamisme. Je gage que l’excellente colorisation de la superchromate Lou n’est pas étrangère à la qualité de cette BD. En illustration de couverture nous retrouvons le désormais bankable Ronan Toulhouat, et franchement elle ne tranche pas avec l’univers graphique installé par les auteurs…

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This