Dubu
(scénario & dessin)
d’après Chugong

Solo Leveling,

tome 2

Manga, fantastique / portal fantasy
Publié en VF le 09 juin 2021 chez KBOOKS (Delcourt / Tonkam)
Publié en VO à partir de mars 2018 chez KakaoPage (« 나 혼자만 레벨업 »)

Il n’y a pas de quoi avoir peur. Après tout, je suis déjà mort une fois. Et si j’abandonne, je ne pourrai pas devenir plus fort. Ce dont le système a besoin, c’est d’un Sung Jinwoo impitoyable !

Alors oui avec tome 2 de Solo Leveling, nous sommes toujours dans le genre isekai. Et les œuvres isekai, c’est de la Portal Fantasy éco+ destinée à faire du fanservice pour gameurs et gameuses de la Génération Z… Pire, le pot-pourri vidéoludique est aussi bien utile pour éviter aux auteurs la peine de faire des efforts de worldbuilding et de magicbuilding. Mais avec de tome 2 de Solo Leveling, on inverse la formule et c’est vachement bien fait : ce n’est plus le jeu qui se met à fonctionner comme la réalité, mais la réalité qui se met à fonctionner comme un jeu avec un Sung Jiwoo qui évolue physiquement et psychologiquement en fonction des capacités et des compétences acquises dans la quête secrète dont il est à la fois le héros et la victime… (même si la gestion de la notion de traumatisme s’avère particulièrement maladroite pour rester poli)

Dans un 1er temps, Sung Jiwoo se fait un donjon à lui tout seul pour tester ses nouvelles capacités, à moins que cela ne soit une quête imposée par son nouveau maître de jeu. Comme le récit commence de manière assez abrupte, ce n’est pas clair du tout en fait. Mais dans les deux cas notre héros est assez pour ne pas dire très couillon de se lancer désarmé dans un donjon…

Les faibles sont toujours trahis.

Dans un 2e temps, Sung Jiwoo rejoint le groupe de chasseurs de Hwang Dongsuk, et il fait connaissance de Yoo Jinhoo un gosse de riche qui joue les aventuriers par loisir. Mais là où l’argent règne, il ne faut pas s’étonner des conséquences qu’il entraîne !
ATTENTION SPOILERS Notre héros découvre le darwinisme social de la ploutocratie mondialisée avec ses nouveaux compagnons qui s’avèrent être des Chicago Boys charognards se servant des plus faibles comme appâts pour occuper les monstres trop puissants pour eux… Sauf que Sung Jiwoo est désormais trop fort pour les monstres, et bien trop forts pour eux… FIN SPOILERS

Des portails apparaissent entre les mondes. Des monstres en sortent pour semer la ruine et la désolation. Heureusement des individus spéciaux existent pour lutter contre la menace… Mine de rien c’est un peu le pitch du film Pacific Rim, mais ici pas le bout d’une information sur le pourquoi du comment. Toutefois il y a des amorces de réflexion intéressantes, avec les individus spéciaux qui sont draftés par les firmes multinationales pour protéger la bonne marche du business et remplir leurs poches et celles de leurs employeurs au passage, alors que les autorités sont cantonnés au rôle ingrat et non rémunérateur d’évacuateur des populations civiles quand les choses tournent mal… La privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes, c’est le mantra des cultistes du Veau d’Or (auxquels appartiennent ces saloperies de macronistes) !

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This